République et canton de Genève

Grand Conseil

Chargement en cours ...

La séance est ouverte à 17h, sous la présidence de M. François Lefort, président.

Assistent à la séance: Mmes et MM. Anne Emery-Torracinta, présidente du Conseil d'Etat, Serge Dal Busco, Mauro Poggia et Nathalie Fontanet, conseillers d'Etat.

Exhortation

Le président. Mesdames et Messieurs les députés, prenons la résolution de remplir consciencieusement notre mandat et de faire servir nos travaux au bien de la patrie qui nous a confié ses destinées.

RD 1387
Accueil de M. Petteri TAALAS, secrétaire général de l'OMM

Le président. Mesdames et Messieurs les députés, avant d'aborder les différents points de notre ordre du jour, j'ai le plaisir de donner la parole à M. Petteri Taalas, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, pour quelques mots de bienvenue en anglais à l'occasion de notre première séance dans la salle Obasi de l'OMM, salle que nous fréquenterons jusqu'à fin octobre 2021. Monsieur le secrétaire général, vous avez la parole.

M. Petteri Taalas, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale. Thank you. Dear Grand Conseil participants, it is a pleasure to address you. We are very proud, from the WMO side, that we can host you here, and I hope that despite these unusual times you are feeling well. You are brave to attend such meetings.

I would like to tell you briefly what my organization does. I am sorry, my French is a little bit limited, so I hope that you will cope with my English. WMO is the United Nations specialized agency in weather, water and climate, in charge of the global observing system: we have satellites, balloons, ground-based and aircraft-based observations, and we are taking care of the free exchange of global data, which is the backbone of any weather forecasting business worldwide. We are running thirteen centers, some of them providing services for the global population. Here, European countries have a joint center that is also providing long-term forecast for Switzerland and all the other European countries. So if you complain about the quality of the forecast, it is the European center that is in charge of that. Météo-France has its office in this building and they are providing services for the Suisse romande here.

We are the nucleus of climate science, and here are some examples of our climate products. We know that so far we have been reaching 1.2 degree warming globally and we are breaking records in main greenhouse gases. Here is an example of carbon dioxide, whose concentration has been growing year by year. And we have been warming especially Europe: Europe had the warmest year ever last year; with the dark colors, you can see it even better. What may also interest you is that all the glaciers worldwide are melting, which means that major rivers are getting less and less water. That is also a challenge here in Switzerland. We are providing several science reports on an annual basis to describe what is happening to the climate.

Our less developed country members do not have proper early warning services; we have a program to improve their performance. Switzerland has been one of the important donors behind this work. We can build better early warning services for less developed countries, so that they can save human lives and we can avoid economic losses.

We are the second oldest United Nations agency: we were established already in 1873, and in that founding meeting there was not a single woman, so I am happy to see that there are more women in this audience. Our work is very much done by our members, we have more than two hundred thousand experts at the national level. We are also hosting IPCC, which is providing science reports; their secretariat is working in this building. This real-time data exchange is our core business. Weather forecasting would not be possible without our AWS, would not be possible without us: the main support of the climate science is coming from our community. This data and know-how sharing is our everyday business. Here you can see several sectors which are benefiting from our expertise. In developing countries, for example, agriculture is very important.

The World Economic Forum has just taken place this week, and they have been listing the major risks to the global economy this year. You can see the likelihood of various risks: extreme weather events and failure of climate action are among the highest risks. When it comes to impact, of course, the ongoing pandemic is the highest, but again, climate action failure is already number two. Climate and extreme weather events have been on the top of the World Economic Forum risks for the past four years.

We have just carried out a major reform of WMO's constituent bodies and secretariat, and for example we have opened the doors to private sectors: we are now growing among the private sector service providers, and they are becoming part of our work.

Finally, I would like to show you some climate-related slides we published two years ago - the IPCC 1.5 degree Report - to demonstrate that it is still possible to even try to reach 1.5 degree globally. Recently we have heard the European Union and China, last night also the USA, Japan and South Korea, saying that they would like to aim at becoming global neutral by 2050 or 2060. That means that we would reach a target between 1.5 and 2 degrees. So far we have not done enough to reach those targets. And this is the problem: at the moment, 85% of the global energy, including transport sector energy, is based on fossil energy - coal, oil and gas - and only 15% is based on nuclear, hydro and renewable energy. We should reverse those numbers during the coming decades to be successful with climate mitigation.

This goal also has an impact on us as a UN agency and on many other agencies. In the future we will very much favor videoconferences. Our guess is that we will only organize one-third of our meetings physically in the future, and that may have an impact on Geneva in general: how much hotel capacity and meeting capacity will we meet in the future ? The teleworking we have been carrying out recently is going to be part of our practice. That means that in the future, we may need less office space. Those things may have an impact on the economy of this region.

In general we are proud of WMO and we think that we are one of the dynamic players in the UN family. With these words, thank you for the opportunity to address you. I wish you very successful meetings here. Thank you. (Applaudissements.)

Présentation de M. Petteri Taalas, secrétaire général de l'OMM

RD 1377
Hommage à M. Claude BLANC, député de 1985 à 2004, président du Grand Conseil en 1992, décédé
RD 1382
Hommage à Mme Liliane CHARRIERE DEBELLE, députée de 1993 à 1998, décédée
RD 1384
Hommage à M. Pierre PELLEGRIN, député de 1973 à 1985, décédé
RD 1385
Hommage à Mme Jacqueline BERENSTEIN-WAVRE, députée de 1973 à 1989, présidente du Grand Conseil en 1989, décédée

Le président. Mesdames et Messieurs les députés, nous avons à déplorer le décès de quatre anciens collègues.

Nous avons appris avec tristesse le décès de M. Claude Blanc, ancien député et ancien président du Grand Conseil, dans sa 86e année. Après plusieurs mandats exercés au sein de sa commune de Meyrin - dont la fonction de maire - Claude Blanc a été élu député au Grand Conseil en 1985 sur la liste du parti démocrate-chrétien. Il a été réélu ensuite en 1989, 1993, 1997 et 2001 avant de démissionner trois ans plus tard. Nul doute que Claude Blanc était un ténor de la politique genevoise, non par le nombre d'années passées au service de la collectivité, mais bien eu égard à l'influence exercée dans les différentes enceintes où il a siégé, et au-delà, notamment pendant les dix-neuf années passées sur les bancs du Grand Conseil. Adversaire redouté, auteur de réparties cinglantes face aux péroreurs, il était fier de ses bons mots; il en riait volontiers, et ceux qui l'ont connu se souviennent que tout son visage s'illuminait alors. Très au fait des questions financières comme membre éminent de la commission des finances, il a toujours recherché l'intérêt public, passionnément, mais âprement aussi. C'est dans cet esprit qu'il présida notre Grand Conseil en 1992, où il démontra sa grande dextérité dans le maniement de notre règlement d'organisation. Nous perdons avec Claude Blanc un homme passionné par l'Etat et un homme d'Etat; un homme de foi aussi, guidé par les valeurs chrétiennes qui lui étaient si chères.

Nous avons également appris avec peine le décès de Mme Liliane Charrière Debelle dans sa 89e année. Elue au Grand Conseil en 1993 sur les bancs du parti socialiste, Mme Charrière Debelle fut réélue en 1997, avant de démissionner fin 1998 en raison de son départ à l'étranger. Cette même année, elle présida par ailleurs la commission des transports. Cette femme de caractère, profondément attachée à l'être humain, interpella le Conseil d'Etat à de nombreuses reprises sur divers sujets, relatifs notamment à la formation des jeunes mais aussi à leur bien-être.

Nous avons en outre appris avec regret le décès de M. Pierre Pellegrin à l'âge de 94 ans. Elu au Grand Conseil en 1973, M. Pellegrin siégea douze ans sur les bancs du parti libéral et fut membre du Bureau en 1979. Il présida par ailleurs la commission des pétitions et la commission de développement du canton en 1984 - qui s'appelle maintenant la commission d'aménagement du canton. Ce viticulteur de Satigny, très engagé en faveur de sa région et des métiers de la terre, intervint à de nombreuses reprises sur des sujets touchant au Mandement tout comme sur des thématiques relatives à l'agriculture et à la vigne. Outre son mandat de député, M. Pellegrin siégea au Conseil municipal de Satigny de 1959 à 1967 et fut adjoint au maire de cette commune de 1967 à 1975.

C'est également avec tristesse que nous avons appris le décès de Mme Jacqueline Berenstein-Wavre dans sa 100e année. Elue au Grand Conseil en 1973 sur les bancs du parti socialiste, elle y siégea seize ans et présida le parlement en 1989. Cette figure hors du commun, tenace et dynamique, s'engagea sans relâche en faveur de la cause des femmes et fut l'une des initiatrices de l'article constitutionnel adopté en 1981 sur l'égalité des droits entre hommes et femmes. Au sein de notre parlement aussi, elle s'employa à faire progresser les questions féminines et l'égalité, par exemple en matière fiscale, mais également en oeuvrant pour la féminisation des métiers et des fonctions publiques ou en incitant à supprimer l'appellation «mademoiselle» des écrits de l'administration. Mme Berenstein-Wavre se battit en outre pour une revalorisation du travail domestique et publia en 1974 «Ménagère aujourd'hui». La préservation de la mémoire ouvrière tint par ailleurs à coeur à cette ancienne employée d'usine qui contribua à créer la Fondation Collège du Travail; elle sera la deuxième à présider l'institution de 1984 à 1998. Avant son mandat de députée, Mme Berenstein-Wavre siégea au Conseil municipal de la Ville de Genève et fut la première femme à le présider en 1968-1969.

Aux familles de M. Blanc, de Mme Charrière Debelle, de M. Pellegrin et de Mme Berenstein-Wavre nous disons toute notre sympathie en ce moment douloureux. Pour honorer leur mémoire, je vous prie d'observer, Mesdames et Messieurs les députés, un instant de silence. (L'assemblée, debout, observe un moment de silence.)

Personnes excusées

Le président. Ont fait excuser leur absence à cette séance: MM. Pierre Maudet, Antonio Hodgers et Thierry Apothéloz, conseillers d'Etat, ainsi que Mmes et MM. Edouard Cuendet, Adrien Genecand, Eric Leyvraz, Caroline Marti, Cyril Mizrahi, Pierre Nicollier, Jean-Charles Rielle, Ana Roch, Alexandre de Senarclens, Salika Wenger et Raymond Wicky, députés.

Députés suppléants présents: Mmes et MM. Pierre Bayenet, Joëlle Fiss, Badia Luthi, Patrick Malek-Asghar, Eliane Michaud Ansermet, Jean-Pierre Pasquier, Helena Rigotti et Francisco Valentin.

Procès-verbal des précédentes séances

Le procès-verbal de la session du Grand Conseil des 25, 26, 27 novembre, 3 et 4 décembre 2020 est adopté.

Discussion et approbation de l'ordre du jour

Le président. La liste des projets de lois renvoyés sans débat vous a été transmise par messagerie.

Projets de lois renvoyés sans débat

Le président. Le Conseil d'Etat demande la discussion immédiate et l'urgence sur le PL 12857 «ouvrant un prêt d'un montant total de 30 000 000 de francs en faveur de Palexpo SA, Le Grand-Saconnex, destiné à fournir les liquidités nécessaires au maintien et à la poursuite des activités de la société dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus (COVID-19)».

Mise aux voix, la discussion immédiate du projet de loi 12857 est adoptée par 87 oui (unanimité des votants).

Mis aux voix, le traitement en urgence du projet de loi 12857 est adopté par 86 oui (unanimité des votants).

Le président. Ce point figurera sur la liste des urgences. La parole est à M. Jean Burgermeister.

M. Jean Burgermeister (EAG). Merci, Monsieur le président. Le groupe Ensemble à Gauche sollicite la discussion immédiate et l'urgence sur le PL 12839 «modifiant la loi sur l'imposition des personnes physiques (LIPP) (D 3 08) (L'Etat doit cesser d'assister des multimillionnaires !)». Il s'agit d'un projet de loi qui propose d'abolir le bouclier fiscal pour les contribuables dont la fortune imposable excède 2 millions de francs.

Le président. Merci, Monsieur le député. Je lance la procédure de vote.

Mise aux voix, la discussion immédiate du projet de loi 12839 est rejetée par 58 non contre 37 oui.

Le président. Ce projet de loi est donc renvoyé à la commission fiscale. Les autres projets de lois sont pour leur part renvoyés dans les commissions indiquées. Monsieur Florey, vous avez la parole.

M. Stéphane Florey (UDC). Merci, Monsieur le président. J'ai juste une question: pourquoi ne voit-on pas sur l'écran ce que vote le Bureau ? (Commentaires.) Je suis désolé, mais regardez l'écran: le Bureau n'est pas représenté sur le tableau des votes ! (Remarque. Exclamations.)

Le président. Monsieur le député, vous avez un oeil d'aigle ! (Commentaires.) Effectivement, à cause de la résolution de l'écran, nous ne pouvons pas afficher les votes du Bureau pour l'instant, mais celui-ci n'a qu'un seul représentant qui vote depuis la tribune en ce moment. Nous allons essayer de régler ce problème technique pour les prochaines séances. J'espère que vous accepterez qu'il en soit ainsi pour celle que nous venons de commencer. (Brouhaha.)

La liste des propositions de motions renvoyées sans débat vous a également été transmise par messagerie.

Propositions de motions renvoyées sans débat

Le président. Le Bureau demande la discussion immédiate et l'urgence sur la M 2723 «chargeant la commission de contrôle de gestion d'élaborer un rapport afin de faire toute la lumière sur le harcèlement sexuel au sein de la police genevoise et de proposer des mesures pour la protection de la personnalité, la féminisation du corps de police et la promotion des femmes».

Mise aux voix, la discussion immédiate de la proposition de motion 2723 est adoptée par 95 oui (unanimité des votants).

Mis aux voix, le traitement en urgence de la proposition de motion 2723 est adopté par 94 oui et 1 abstention.

Le président. Ce point figurera sur la liste des urgences. Quant aux autres propositions de motions, elles sont renvoyées dans les commissions indiquées.

Enfin, la liste des propositions de résolutions renvoyées sans débat vous a été transmise par messagerie.

Propositions de résolutions renvoyées sans débat

Le président. La discussion immédiate est-elle demandée sur l'un de ces points ? Ce n'est pas le cas, ces propositions de résolutions sont donc renvoyées dans les commissions indiquées.

Je vous informe que les objets suivants seront traités ensemble: les PL 12406-A et PL 12422-A relatifs à l'incompatibilité élective, les M 2555-A et RD 1186-A sur le CEVA, ainsi que les M 2498-A, R 870-A et R 878 à propos des réfugiés en Méditerranée.

Nous passons aux demandes du Bureau. Celui-ci sollicite tout d'abord l'ajout et l'urgence sur le RD 1386 et la R 947 en rapport avec les arrêtés du Conseil d'Etat.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du rapport divers 1386 et de la proposition de résolution 947 est adopté par 96 oui (unanimité des votants).

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport divers 1386 et de la proposition de résolution 947 est adopté par 93 oui (unanimité des votants).

Le président. Ces objets figureront sur la liste des urgences. Le Bureau propose ensuite l'ajout et l'urgence concernant le RD 1383 «sur le service de chirurgie cardiovasculaire des HUG».

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du rapport divers 1383 est adopté par 53 oui contre 36 non et 1 abstention.

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport divers 1383 est adopté par 48 oui contre 36 non et 4 abstentions.

Le président. Ce point figurera également sur la liste des urgences. Nous passons aux demandes du Conseil d'Etat, qui souhaite en premier lieu l'urgence concernant le PL 12263-A «sur l'organisation du réseau de soins en vue du maintien à domicile».

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport PL 12263-A est adopté par 91 oui contre 2 non.

Le président. Ce rapport rejoint lui aussi la liste des urgences. Le Conseil d'Etat sollicite maintenant l'ajout, la discussion immédiate et l'urgence sur le PL 12863 «relatif aux aides financières extraordinaires de l'Etat destinées aux entreprises particulièrement touchées par la crise économique ou directement par les mesures de lutte contre l'épidémie de coronavirus, pour l'année 2021».

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du projet de loi 12863 est adopté par 94 oui (unanimité des votants).

Mise aux voix, la discussion immédiate du projet de loi 12863 est adoptée par 92 oui (unanimité des votants).

Mis aux voix, le traitement en urgence du projet de loi 12863 est adopté par 88 oui et 1 abstention.

Le président. Encore un point qui figurera sur la liste des urgences. Le Conseil d'Etat formule la même demande pour le PL 12864 «modifiant la loi 12833 sur l'aide financière extraordinaire de l'Etat destinée aux installations et établissements accessibles au public voués à la restauration et au débit de boissons, fermés conformément à l'arrêté du Conseil d'Etat du 1er novembre 2020, dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus (COVID-19)».

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du projet de loi 12864 est adopté par 96 oui (unanimité des votants).

Mise aux voix, la discussion immédiate du projet de loi 12864 est adoptée par 92 oui (unanimité des votants).

Mis aux voix, le traitement en urgence du projet de loi 12864 est adopté par 96 oui (unanimité des votants).

Le président. Ce projet de loi figurera également sur la liste des urgences. Le Conseil d'Etat propose à présent l'ajout du PL 12865 «accordant une aide financière d'un montant annuel de 1 602 366 francs à l'association Carrefour addictionS pour les années 2021 à 2024».

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du projet de loi 12865 est adopté par 94 oui (unanimité des votants).

Le président. Ce texte est renvoyé à la commission des finances. Pour finir, le Conseil d'Etat souhaite l'urgence sur les PL 12837-A et PL 12838-A. Le premier concerne l'octroi d'une indemnité extraordinaire à la Fondation Genève Tourisme et Congrès pour les années 2021 et 2022 dans le cadre des mesures liées à la crise sanitaire du coronavirus, tandis que le second vise à modifier la loi sur le tourisme.

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport PL 12837-A et PL 12838-A est adopté par 94 oui (unanimité des votants).

Le président. Ce rapport figurera sur la liste des urgences. Je passe maintenant la parole à M. François Baertschi.

M. François Baertschi (MCG). Merci, Monsieur le président. Le groupe MCG demande l'ajout, la discussion immédiate et l'urgence sur la R 946 «Soutenons les employés de Swissport et combattons le dumping salarial».

Le président. Merci, Monsieur le député. Je soumets ces propositions au vote.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour de la proposition de résolution 946 est adopté par 80 oui contre 10 non et 1 abstention.

Mise aux voix, la discussion immédiate de la proposition de résolution 946 est adoptée par 58 oui contre 38 non et 1 abstention.

Mis aux voix, le traitement en urgence de la proposition de résolution 946 est adopté par 57 oui contre 37 non et 1 abstention.

Le président. Cet objet figurera sur la liste des urgences. Monsieur Yvan Zweifel, vous avez la parole.

M. Yvan Zweifel (PLR). Merci, Monsieur le président. Le groupe PLR souhaite l'ajout, la discussion immédiate et l'urgence sur la M 2726 «Mettons en place les conditions nécessaires à un avenir prometteur pour nos acteurs culturels et nos lieux de loisirs».

Le président. Je vous remercie. Nous passons tout de suite au vote.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour de la proposition de motion 2726 est adopté par 74 oui contre 11 non et 10 abstentions.

Mise aux voix, la discussion immédiate de la proposition de motion 2726 est adoptée par 71 oui contre 9 non et 12 abstentions.

Mis aux voix, le traitement en urgence de la proposition de motion 2726 est adopté par 74 oui contre 11 non et 12 abstentions.

Le président. Ce texte figurera sur la liste des urgences. A présent, la parole est à Mme Léna Strasser.

Mme Léna Strasser (S). Merci, Monsieur le président. Le groupe socialiste propose l'ajout et l'urgence concernant le PL 12798-A «sur le soutien individuel aux locataires en période d'épidémie de COVID-19».

Le président. Très bien. J'appelle l'assemblée à voter sur ces demandes.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour du rapport PL 12798-A est adopté par 53 oui contre 41 non.

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport PL 12798-A est adopté par 51 oui contre 46 non.

Le président. Ce rapport rejoint la liste des urgences. La parole va maintenant à M. Pierre Eckert.

M. Pierre Eckert (Ve). Merci, Monsieur le président. Je demande l'ajout, la discussion immédiate et l'urgence sur la M 2727 «pour des conditions salariales et de travail dignes à Swissport».

Le président. Merci, Monsieur le député. Je mets successivement aux voix ces trois demandes.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour de la proposition de motion 2727 est adopté par 78 oui contre 16 non et 1 abstention.

Mise aux voix, la discussion immédiate de la proposition de motion 2727 est adoptée par 57 oui contre 37 non et 1 abstention.

Mis aux voix, le traitement en urgence de la proposition de motion 2727 est adopté par 55 oui contre 38 non et 2 abstentions.

Le président. Ce texte figurera sur la liste des urgences. La parole est à M. Jacques Blondin.

M. Jacques Blondin (PDC). Merci, Monsieur le président. Le PDC sollicite l'urgence sur la M 2635-A «Déplafonnement des APG pour les indépendants».

Le président. Merci, Monsieur le député. Je lance la procédure de vote.

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport M 2635-A est adopté par 73 oui contre 10 non et 10 abstentions.

Le président. Ce rapport figurera sur la liste des urgences. Monsieur Burgermeister, vous avez la parole.

M. Jean Burgermeister (EAG). Merci, Monsieur le président. Le groupe Ensemble à Gauche souhaite l'urgence sur la R 892-A «Pour le maintien de la gratuité des soins médicaux de base en prison: non à des économies qui coûtent cher !» Il s'agit d'un texte que la pandémie actuelle rend encore plus urgent.

Le président. Merci, Monsieur le député. Je fais voter l'assemblée sur cette demande.

Mis aux voix, le traitement en urgence du rapport R 892-A est rejeté par 53 non contre 43 oui.

M. Stéphane Florey (UDC). Monsieur le président, je propose l'ajout, la discussion immédiate et l'urgence sur la M 2725 «demandant de suspendre les intérêts en faveur de l'Etat pour l'année 2021». Je vous remercie.

Le président. Merci, Monsieur le député. Nous sommes en procédure de vote.

Mis aux voix, l'ajout à l'ordre du jour de la proposition de motion 2725 est adopté par 64 oui contre 30 non.

Mise aux voix, la discussion immédiate de la proposition de motion 2725 est adoptée par 56 oui contre 39 non.

Mis aux voix, le traitement en urgence de la proposition de motion 2725 est adopté par 55 oui contre 38 non.

Le président. Cet objet figurera sur la liste des urgences.

Communications de la présidence

Le président. Mesdames et Messieurs les députés, les règles à respecter dans le cadre de la pandémie de covid-19 sont désormais bien connues. Je me permets - et le Bureau avec moi - d'insister sur le port du masque dès lors que les dimensions de la salle Obasi où nous nous trouvons demandent d'instaurer de nouvelles pratiques. En application des règles édictées par l'OFSP et dans la mesure où la distance de 1,5 mètre ne peut être respectée partout dans cette salle, le port du masque est obligatoire en permanence, y compris lors des prises de parole.

Je vous rappelle que la tenue de cette séance a lieu grâce à une dérogation du Conseil fédéral, qui considère comme important que les parlements cantonaux continuent de se réunir. Dès lors, je vous remercie de porter correctement et en tout temps un masque chirurgical, afin que nous puissions continuer à siéger et à légiférer pour la collectivité. Les citoyennes et citoyens sont en droit d'attendre de nous ce comportement exemplaire, sans qu'on doive sans cesse le rappeler. Je vous remercie donc d'observer ces quelques règles. Merci de votre attention.

Correspondance

Le président. L'énoncé de la correspondance reçue par le Grand Conseil vous a été envoyé par messagerie. Cet énoncé figurera au Mémorial.

Rapport annuel 2019-2020 du comité d'éthique et de déontologie de l'Université de Genève (transmis à la Commission de l'enseignement supérieur) (C-3968)

Courrier de la Ville de Lancy relatif à la modification de la zone de Pont-Rouge (PL 12162) (transmis à la Commission de l'aménagement) (C-3969)

Courrier de M. WANG Shihting, Ambassadeur de Chine en Suisse, relatif à la R 931 (Relations sino-suisses : des accords indignes d'une grande démocratie) (C-3970)

Courrier de l'Union des Fournisseurs Genevois de l'Hôtellerie et de la Restauration demandant des mesures d'urgence pour la période 2020-2021 (C-3971)

Rapport annuel du Conseil d'orientation stratégique de l'Université de Genève pour la période du 1.1.2020 au 31.12.2020 (transmis à la Commission de l'enseignement supérieur) (C-3972)

Réponse de l'Assemblée fédérale concernant l'initiative cantonale pour le maintien à Genève de l'actualité télévisuelle (Résolution du Grand Conseil genevois à l'Assemblée fédérale exerçant le droit d'initiative cantonale) (R 880) (C-3973)

Courrier de M. POGGIA Mauro, conseiller d'Etat, relatif au projet de loi 12263 sur l'organisation du réseau de soins en vue du maintien à domicile (LORSDom) (K 1 04) (transmis à la Commission de la santé) (voir point 114 à l'ordre du jour) (C-3974)

Courrier de M. AZZABI Omar, conseiller municipal de la Ville de Genève, et de Mme MASTROMATTEO Silvana, de Caravane Sans Frontière, relatif à la pétition 2096 (Aide alimentaire et stop aux poursuites à l'encontre de la Caravane de solidarité Genève) (voir point 223 à l'ordre du jour) (C-3975)

Courrier de l'association Droits politiques pour les résident-e-s à Genève (DPGE) relatif au projet de loi 12441 (Feu vert pour les droits populaires !) (transmis à la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil) (voir point 33 à l'ordre du jour) (C-3976)

M. Sylvain Thévoz (S). Monsieur le président, j'aimerais demander la lecture du courrier 3975 de M. Omar Azzabi, conseiller municipal de la Ville de Genève, et de Mme Silvana Mastromatteo, de Caravane Sans Frontière, relatif à la pétition 2096 «Aide alimentaire et stop aux poursuites à l'encontre de la Caravane de solidarité Genève».

Le président. Merci, Monsieur le député. Etes-vous soutenu ? (Plusieurs mains se lèvent.) Oui, vous l'êtes. Souhaitez-vous que ce courrier soit lu maintenant ou lorsque nous traiterons la pétition en question ? (Remarque.) Très bien. M. le premier vice-président en donnera donc lecture dans un instant. La parole est à M. Stéphane Florey.

M. Stéphane Florey (UDC). Merci, Monsieur le président. Je sollicite la lecture du courrier 3971 de l'Union des Fournisseurs Genevois de l'Hôtellerie et de la Restauration demandant des mesures d'urgence pour la période 2020-2021.

Le président. Très bien. Etes-vous suivi ? (Plusieurs mains se lèvent.) Il semblerait que ce soit le cas. Ce courrier sera donc lu à l'issue des demandes portant sur la correspondance. Monsieur Eckert, vous avez la parole.

M. Pierre Eckert (Ve). Merci, Monsieur le président. Je demande la lecture du courrier 3969 de la Ville de Lancy relatif à la modification de la zone de Pont-Rouge. Comme cette lettre est liée au PL 12162-A, elle pourrait être lue lors du traitement de ce point.

Le président. Merci, Monsieur le député. Etes-vous soutenu ? (Plusieurs mains se lèvent.) Oui, vous l'êtes. Cette lettre sera donc lue lorsque nous aborderons le PL 12162-A. Nous allons maintenant écouter le premier vice-président, qui va nous lire les courriers 3975 et 3971.

Courrier 3975 Courrier 3971

Annonces et dépôts

Le président. Je vous informe que les objets suivants sont retirés par leurs auteurs:

Projet de loi de MM. André Pfeffer, Thierry Cerutti, Bernhard Riedweg, Patrick Lussi modifiant la loi d'application de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LaLAT) (L 1 30) (Accélérons la construction des logements !) (PL-12046)

Proposition de motion de Mmes et MM. Alexandre de Senarclens, Pierre Conne, Nathalie Fontanet, Charles Selleger, Philippe Morel, Murat Julian Alder, Michel Ducret, Nathalie Hardyn, Jacques Béné, Bénédicte Montant, Nathalie Schneuwly, Raymond Wicky, Georges Vuillod, Gabriel Barrillier, Jean Romain, Bertrand Buchs, Delphine Bachmann, Anne Marie von Arx-Vernon, Jean-Marc Guinchard, Vincent Maitre, Yvan Zweifel pour la mise en place d'un dossier patient informatisé efficace et efficient (M-2472)

Proposition de motion de Mmes et MM. Christo Ivanov, Daniel Sormanni, Stéphane Florey, Patrick Hulliger, Eliane Michaud Ansermet, Marc Falquet, Salika Wenger, Thomas Bläsi, Patrick Lussi, Florian Gander, Thierry Cerutti, François Baertschi, Françoise Sapin, André Python, Ana Roch, Francisco Valentin pour l'octroi d'un droit de superficie aux forains et aux gens du voyage sur le site de la Bécassière (M-2594)

Proposition de motion de Mmes et MM. Ana Roch, Sandro Pistis, Florian Gander, Daniel Sormanni, Thierry Cerutti, Francisco Valentin, Jean-Marie Voumard, Patrick Dimier, Christian Flury, Françoise Sapin : Population genevoise laissée pour compte des mesures d'aides étatiques Covid-19 : ne laissons pas nos concitoyens vivre en dessous du seuil de pauvreté (M-2677)

GR 542
Rapport de la commission de grâce chargée d'étudier le dossier de Madame J. Y.
Rapport oral de Mme Nicole Valiquer Grecuccio (S)

Le président. Je prie Mme Nicole Valiquer Grecuccio de bien vouloir nous présenter le dossier de grâce.

Mme Nicole Valiquer Grecuccio (S), rapporteuse. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les députés, la commission de grâce s'est réunie le 25 janvier dernier... (Brouhaha.)

Le président. Excusez-moi de vous interrompre, Madame la députée. Pourriez-vous parler plus près de votre micro ? Nous ne vous entendons pas très bien !

Mme Nicole Valiquer Grecuccio. D'accord, Monsieur le président. La commission de grâce s'est réunie le 25 janvier dernier pour examiner le recours en grâce déposé le 1er octobre 2020 par une étude pour le compte de Mme Y. Ce recours porte sur la grâce, à tout le moins partielle, pour raison humanitaire, de la condamnation, au motif principal que l'exécution de peine est incompatible avec le suivi médical multidisciplinaire souhaitable pour l'intégrité physique et psychique de la concernée.

Mme Y. a en effet été reconnue coupable, suite à une plainte pénale, d'abus de confiance, escroquerie par métier et faux dans les titres, dans le contexte du développement d'un projet dans lequel les plaignants avaient été amenés à investir. La détermination de la peine a fait l'objet de dix décisions judiciaires. Elle tient compte des avis médicaux produits et de l'état de santé de Mme Y., condamnée à trois ans de peine privative de liberté, sous déduction des quatre-vingt-sept jours de détention avant jugement et de quinze jours selon arrêt du TF, afin de tenir compte des mesures de substitution subies durant la procédure, une peine assortie d'un sursis partiel, la partie à exécuter étant de dix-huit mois.

Les montants frauduleusement obtenus portent sur plusieurs millions. La procédure qui visait Mme Y. concernait aussi son ex-époux en tant que co-auteur. Leur situation personnelle ne peut expliquer leurs actes: Mme Y. possédait une bonne formation et disposait de l'appui de sa famille, et son mari était également à même de travailler et au bénéfice d'une expérience professionnelle diversifiée. Il ressort que l'appât du gain en vue de maintenir un niveau de vie élevé a été le seul mobile de leurs agissements.

La commission relève, à l'instar du Ministère public, que toute personne placée dans un lieu de détention a accès en tout temps aux professionnels de la santé et bénéficie de soins équivalents à ceux mis à disposition des personnes libres. Il appartiendra donc au SAPEM, le cas échéant, d'aménager la détention pour la rendre compatible avec l'état de santé de Mme Y. et son suivi médical.

En conséquence, la commission de grâce a rejeté ce recours à l'unanimité et vous demande de faire de même.

Le président. Merci, Madame la rapporteure. Mesdames et Messieurs les députés, vous êtes priés de vous prononcer sur le préavis de la commission, qui recommande le rejet de la grâce.

Mis aux voix, le préavis de la commission de grâce (rejet de la grâce) est adopté par 71 oui et 4 abstentions.

E 2745
Election d'un·e membre au conseil d'administration de l'Office cantonal des assurances sociales, en remplacement de Mme Stéphanie BOLAY ROBIN, démissionnaire - entrée en fonction immédiate, durée du mandat : jusqu'au 30 novembre 2023
E 2746
Election d'un·e membre (PDC) au conseil de la Fondation HBM Emma Kammacher, en remplacement de M. Bruno DA SILVA (PDC), démissionnaire - entrée en fonction immédiate, durée du mandat : jusqu'au 30 novembre 2023
E 2748
Election d'un·e membre (PDC) au conseil d'administration du Fonds cantonal de compensation de l'assurance-maternité, en remplacement de M. Jean-Philippe TERRIER (PDC), ayant atteint la limite de durée de mandat - entrée en fonction : 1er mars 2021, durée du mandat : jusqu'au 30 novembre 2023
E 2750
Election d'un·e Juge assesseur·e au Tribunal des baux et loyers du Tribunal civil, représentant les groupements de locataires, en remplacement de Mme Simone CARTIER, démissionnaire (entrée en fonction immédiate)

Le président. La liste des élections vous a été envoyée par messagerie. Il en est pris acte.

Elections

E 2751
Election d'un·e Juge assesseur·e psychologue au Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant (pris·e en dehors de l'administration), en remplacement de Mme Tania KNOCH, démissionnaire (entrée en fonction immédiate)

Le président. Sont parvenues à la présidence, avec un préavis favorable du Conseil supérieur de la magistrature, les candidatures de Mmes Odile Lecerf et Loredana Scippa da Silva.

Etant donné qu'il y a deux candidates pour ce poste, nous allons procéder à l'élection à bulletin secret. Est élue celle qui, au premier tour, obtient la majorité absolue des suffrages valables, y compris les bulletins blancs. Le deuxième tour a lieu à la majorité relative.

Sur le bulletin de vote, vous voudrez bien inscrire un nom parmi les deux candidates. Je prie les huissiers de bien vouloir distribuer les bulletins de vote. (Les députés remplissent leur bulletin de vote.)

Tous les bulletins ont été distribués. Le vote est clos. Je prie les huissiers de bien vouloir récolter les bulletins de vote et les scrutateurs de se rendre à la salle située au sous-sol pour le dépouillement, accompagnés par M. Christian Flury. Je suspends la séance quelques minutes dans l'attente du résultat.

La séance est suspendue à 18h08.

La séance est reprise à 18h15.

Le président. Mesdames et Messieurs les députés, nous reprenons la séance. Voici le résultat de l'élection:

Bulletins distribués: 87

Bulletins retrouvés: 84

Bulletin nul: 0

Bulletins valables: 84

Majorité absolue: 43

Bulletins blancs: 13

Est élue: Mme Loredana Scippa da Silva, avec 58 voix. (Applaudissements.)

A obtenu des voix: Mme Odile Lecerf, 13 voix.

PL 11947-A
Rapport de la commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d'étudier le projet de loi constitutionnelle de M. Eric Stauffer modifiant la constitution de la République et canton de Genève (Cst-GE) (A 2 00) (En finir avec le cumul des mandats)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session II des 21, 22 juin et 30 août 2018.
Rapport de M. Christian Flury (MCG)
PL 11948-A
Rapport de la commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d'étudier le projet de loi de M. Eric Stauffer modifiant la loi portant règlement du Grand Conseil de la République et canton de Genève (LRGC) (B 1 01) (En finir avec le cumul des mandats)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session II des 21, 22 juin et 30 août 2018.
Rapport de M. Christian Flury (MCG)

Premier débat

Le président. Nous arrivons à notre ordre du jour ordinaire avec deux objets liés, classés en catégorie II, trente minutes. Avant de passer la parole au rapporteur, je vous demande de faire silence, parce que la salle est petite: je vous rappelle que dans les salles plus petites, le brouhaha est plus intense, comme c'était le cas dans les salles 3 et 4 du CICG. Je parle évidemment en l'air, puisque le brouhaha continue... (Commentaires.) Je donnerai le micro au seul rapporteur dans le silence ! (Un instant s'écoule.) Monsieur le rapporteur Christian Flury, vous avez la parole.

M. Christian Flury (MCG), rapporteur. Merci, Monsieur le président. Mesdames et Messieurs les députés, chers collègues, «En finir avec le cumul des mandats»: tout un programme, porté par un député indépendant venu expliquer en commission qu'il n'était pas possible de cumuler plusieurs mandats politiques, au risque de trop embrasser et de mal étreindre; le même député qui, alors qu'il se trouvait à la tête d'un parti, était cumulativement président de ce parti, conseiller administratif, administrateur délégué, membre de commissions extraparlementaires CODOF - des délégations qu'il s'était octroyées à lui-même eu égard à leurs retombées économiques. Par la suite, il avait quitté son parti avec perte et fracas, en prenant toutefois le soin de conserver son ou ses postes d'administrateur.

Après avoir déposé ces deux textes, alors que plusieurs de ses camarades de parti étaient dans sa ligne de mire, c'est la bouche en coeur qu'il vint expliquer à la commission qu'il ne s'agissait pas de textes revanchards car, doté d'une extraordinaire capacité de travail, lui avait pu cumuler ses divers mandats; à ses yeux, telle n'était réellement pas la situation de ses successeurs. La brillance de son exposé avait d'ailleurs poussé un député, qui n'est plus en fonction actuellement, à porter le jugement suivant: «Chers collègues, en plus de vingt années de politique, c'est la pire audition à laquelle il m'a été donné d'assister.» Suite à cette présentation, la commission des droits politiques avait pris l'option de ne pas entrer en matière sur ces deux projets de lois, cette décision ne reposant pas tant sur le fond des problèmes soulevés que sur la forme employée par le député signataire.

Notre assemblée dispose maintenant dans son ordre du jour de plusieurs projets de lois traitant de l'incompatibilité entre divers mandats électifs, que ce soit le cumul de la fonction de conseiller administratif en Ville de Genève avec un mandat aux Chambres fédérales ou l'incompatibilité entre les fonctions de conseiller administratif et de député.

Ces autres projets de lois, qui reprennent globalement le corpus des PL 11947 et 11948, ont été soigneusement traités à la commission des droits politiques et certains figurent déjà à notre ordre du jour, notamment aux points 30 et 31 de cette session, soit les PL 12406-A et PL 12422-A.

La majorité de la commission des droits politiques vous recommande dès lors, Mesdames et Messieurs les députés, de suivre sa décision et de refuser l'entrée en matière sur les PL 11947 et 11948.

M. Pierre Vanek (EAG). Nous allons suivre les conclusions du rapporteur de la commission. En effet, il a relevé l'incongruité du dépôt par Eric Stauffer de ces projets de lois proposant de sanctionner une pratique qu'il a mise en oeuvre lui-même avec beaucoup de persistance. Tout ça est évidemment un peu ridicule !

Sur le fond, l'incompatibilité des mandats, nous sommes pour ! Du côté d'Ensemble à Gauche, nous la pratiquons. Quand j'ai été élu au Conseil national, j'ai démissionné du Grand Conseil; quand j'ai été élu au Grand Conseil étant au municipal, j'ai démissionné du municipal ! Nous avons des règles, et on peut se poser la question de savoir si les règles que se donnent les partis sont suffisantes en la matière. Il faudrait probablement légiférer, mais la tentative d'Eric Stauffer en la matière a démontré qu'il n'était pas forcément jurisconsulte: il a proposé de balancer dans la constitution une incompatibilité totale de tout mandat électif en Suisse ou à l'étranger avec la fonction de député au Grand Conseil. Or, il y a évidemment des circonstances particulières, avec des fins de mandat d'un côté, lors de législatures de cinq ans. Par exemple, Rémy Pagani qui est assis à côté de moi s'est présenté au Grand Conseil sachant qu'il allait renoncer à son mandat au Conseil administratif et il n'aurait pas pu se présenter si cette incompatibilité avait été très stricte. L'incompatibilité s'étend aussi aux députés suppléants; si un député suppléant est élu alors qu'il est conseiller municipal dans une petite commune, eh bien, il ne pourrait pas continuer son mandat de conseiller municipal alors qu'il n'y a aucune incompatibilité objective.

Ces textes se revendiquent d'un principe tout à fait valable, un principe que son auteur n'a toutefois pas su ou pas voulu mettre en pratique pour lui-même. En plus, ils posent des problèmes d'exécution qui nous conduisent à les rejeter.

M. Jean-Marc Guinchard (PDC). Monsieur le président, Mesdames les députées, Messieurs les députés... (L'orateur s'interrompt un instant.) Je pensais qu'un moment de silence méprisant pouvait être un bon préambule à ces deux projets de lois, l'un modifiant notre constitution, l'autre la loi portant règlement de notre Conseil. Ils ont été déposés, comme cela a été dit, par un de nos anciens collègues dont les excès verbaux, écrits, voire physiques, ont émaillé bien des séances de notre assemblée plénière, sans compter les nombreux incidents de procédure.

Je n'entends pas ici passer trop de temps à argumenter sur ces projets de lois, manifestement revanchards et aigris, rédigés par un député qui durant son activité parlementaire a été l'un des plus grands cumulards que nous ayons connus, s'adjugeant tant les commissions que les mandats parmi les plus lucratifs au sein des entités de droit public. Partant du principe que toute argumentation supplémentaire serait une perte de temps, le groupe démocrate-chrétien - qui a des règles assez strictes en la matière - vous recommande le rejet sans équivoque de ces deux textes, et si possible à l'unanimité.

M. Patrick Lussi (UDC). Mesdames et Messieurs les députés, vous venez d'entendre des réquisitoires qui sont corrects, mon Dieu ! Il n'en demeure pas moins qu'il faut savoir faire la différence entre le fond et la forme. Sur le fond, vous savez que ces affaires de cumul des mandats reviennent régulièrement sur la table en commission, et d'autres textes vont traiter de cette question.

Ce qui se passe avec ces objets, quand même déposés en 2016, c'est qu'ils sont revanchards, comme le dit le rapporteur, puisque M. Stauffer venait de quitter le MCG. Il n'en demeure pas moins que tout le libellé du rapport est peut-être aussi revanchard. Si vous le lisez, à une voix près, nous étions quand même prêts à ouvrir le débat et à accepter l'entrée en matière; non parce que c'était M. Stauffer qui le disait, mais parce que le cumul des mandats est un problème qui mérite d'être discuté un peu plus sur le fond.

Beaucoup de partis - dont le nôtre - ont déjà pris des décisions internes pour essayer de limiter au maximum le cumul des mandats. Dans un autre rapport, nous avions vu que c'était difficile avec les mandats de conseiller administratif dans les petites communes. Mesdames et Messieurs les députés, c'est la raison pour laquelle je n'aurai pas un élan du coeur pour soutenir les conclusions du rapport, qui sont pour moi aussi peu correctes que le projet de loi de cet auteur; mais le groupe UDC acceptera le refus de l'entrée en matière.

M. Romain de Sainte Marie (S). Mesdames et Messieurs les députés, en partant, Eric Stauffer, auteur de ces textes, a eu un geste de mauvais perdant et a joué la politique de la terre brûlée en déposant un projet de loi visant à rendre impossible le cumul des mandats, notamment pour embêter ses ex-camarades du MCG. C'est assez particulier pour quelqu'un qui n'a eu de cesse de cumuler les mandats ! Il ne s'agit pas de se prononcer sur l'attitude d'Eric Stauffer ou de faire ici son procès: nous devons nous prononcer sur le fond et donc sur le projet de loi. Or, celui-ci est très simple; il vise en effet à mettre fin au cumul de mandats électifs en Suisse et à l'étranger pour les députés. Dans ce sens, le parti socialiste soutient pleinement ce projet de loi.

Pour quelles raisons ? Pour des raisons évidentes pour vous tous, Mesdames et Messieurs les députés ! Lorsque nous siégions à l'Hôtel de Ville, vous avez déjà vu des députés alterner entre les séances du Conseil municipal de la Ville de Genève et des séances de commission du Grand Conseil tout en signant dans les deux entités ! Est-ce que nous pouvons tolérer un tel cumul ? La réponse est non !

Nous avons aussi beaucoup de magistrates et magistrats communaux dans cette enceinte. Nous pouvons nous poser la question du rôle de ce parlement: est-ce que les députés représentent les communes ou est-ce qu'ils défendent plus largement les intérêts du peuple genevois ? Le principe du système proportionnel que nous connaissons n'est pas celui d'une représentation des communes, mais plutôt celui d'une représentation des partis politiques. Là encore, c'est une véritable problématique et nous devons nous positionner. Or, le parti socialiste est absolument droit dans ses bottes puisque ses statuts interdisent le cumul des mandats. Nous souhaitons que cela s'applique à l'entier des représentants politiques pour les raisons que j'ai évoquées juste avant.

Un autre aspect est un peu surprenant, quand je vois la majorité qui se dessine. Il n'y a pas eu de rapport de minorité et c'est étrange; il y avait pourtant une minorité assez importante en commission. Peut-être que personne n'a souhaité soutenir le projet de loi d'Eric Stauffer ? Pourtant, nous nous apercevons que la majorité qui soutient le refus de ce projet de loi est issue de partis dont les statuts autorisent le cumul de mandats. (Le président agite la cloche pour indiquer qu'il reste trente secondes de temps de parole.) On peut comprendre leur attitude comme une défense du cumul des mandats par ces partis, mis à part Ensemble à Gauche; je vois Pierre Vanek qui se retourne - malheureusement, à part au Grand Conseil et au Conseil municipal de la Ville de Genève, Ensemble à Gauche n'a pas d'autres mandats, et c'est fort dommage.

Monsieur le président, je terminerai sur un aspect assez piquant: ce sont les mêmes partis qui ont voté l'interdiction du cumul des mandats de député et de membre de commissions officielles dans la LOIDP qui autorisent le cumul des mandats en Suisse ou à l'étranger.

Le président. Il vous faut terminer, Monsieur le député.

M. Romain de Sainte Marie. Le parti socialiste votera ce projet de loi.

Le président. Merci. Votre fin était un peu longue, quand même. La parole va maintenant à M. le député Pierre Eckert.

M. Pierre Eckert (Ve). Merci, Monsieur le président. Mesdames les députées, Messieurs les députés, je ne vais pas revenir sur une histoire ancienne et sur le moment où ce projet de loi a été déposé. J'aimerais bien qu'on ne s'étende pas trop sur cet objet parce que d'autres projets de lois ont été déposés, cela a été dit. Il y a notamment un texte du parti socialiste, le PL 12422, et j'aimerais plutôt qu'on se penche sur cet objet quand on arrivera au point 31 de l'ordre du jour.

Pour moi, le présent texte est trop restrictif et ne permet pas de souplesse. Il ne traite pas le cas des députés suppléants. Il ne traite pas la possibilité de terminer un mandat municipal comme c'est le cas au parti des Verts. Ce projet de loi est selon moi trop extrême et ne propose pas assez de nuances. Il ne convient pas de le soutenir; je viendrai avec des propositions quand nous traiterons le PL 12422. Pour l'instant, je recommande le refus de cet objet.

M. Pierre Conne (PLR). Monsieur le président, chers collègues, le groupe PLR refusera l'entrée en matière sur ces projets de lois. La commission des droits politiques n'a pas pu faire totalement abstraction de la personnalité du seul signataire de ce texte. Celui-ci demande de manière extrême d'appliquer une totale incompatibilité entre la fonction de député et toute autre fonction élective en Suisse et à l'étranger.

Séparons néanmoins le fond de la forme. Cela a été dit, la question s'est posée en commission; plusieurs groupes soutiennent l'idée - d'une façon évidemment plus articulée, en précisant la nature ou la typologie des fonctions entre lesquelles il faudrait éventuellement prévoir des incompatibilités. La commission des droits politiques s'est demandé s'il fallait voter l'entrée en matière et amender ce projet de loi totalitaire et extrémiste. Vous avez compris, puisque la majorité de la commission refuse l'entrée en matière, que la conclusion a été qu'il ne fallait pas entrer en matière et amender un projet de loi qui, d'une part à cause de la personnalité et de l'histoire de l'initiant et d'autre part parce que la question du tout ou rien est une question pour un étudiant de première année... Cette question a été résolue en disant que des ajustements pouvaient être apportés à des projets de lois qui se posent des questions plus spécifiques: comme cela a été dit, nous traiterons au point 30 de notre ordre du jour de la question de l'incompatibilité d'une fonction de conseiller administratif avec un mandat aux Chambres fédérales, et au point 31 de l'incompatibilité des conseillers administratifs et municipaux.

Je reviendrai peut-être tout à l'heure sur la question mais, sur le fond, le groupe PLR est opposé au principe de légiférer sur les incompatibilités, considérant que les partis politiques doivent garder une marge de manoeuvre et que cela relève de la responsabilité des élus concernés. Fort de ces arguments, le groupe PLR vous invite à refuser l'entrée en matière sur ces projets de lois.

Le président. Merci, Monsieur le député. La parole n'étant plus demandée, je vous fais voter l'entrée en matière sur le premier projet de loi.

Mis aux voix, le projet de loi 11947 est rejeté en premier débat par 61 non contre 14 oui.

Le président. Je vous fais maintenant voter l'entrée en matière sur le second texte.

Mis aux voix, le projet de loi 11948 est rejeté en premier débat par 63 non contre 13 oui.

PL 12261-A
Rapport de la commission législative chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'Etat sur la protection des lanceurs d'alerte (LPLA) (B 5 07)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session X des 27 et 28 février 2020.
Rapport de majorité de M. Jean Rossiaud (Ve)
Rapport de première minorité de M. Pierre Vanek (EAG)
Rapport de deuxième minorité de M. André Pfeffer (UDC)
PL 12076-A
Rapport de la commission législative chargée d'étudier le projet de loi de Mme et MM. Thomas Bläsi, Cyril Mizrahi, Bernhard Riedweg, Michel Baud, Christo Ivanov, Stéphane Florey, André Pfeffer, Patrick Lussi, Magali Orsini, Pierre Gauthier, Eric Stauffer, Jean Batou, François Lefort, Boris Calame, Pierre Vanek modifiant la loi générale relative au personnel de l'administration cantonale, du pouvoir judiciaire et des établissements publics médicaux (LPAC) (B 5 05) (Protection des donneurs d'alerte)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session X des 27 et 28 février 2020.
Rapport de majorité de M. Jean Rossiaud (Ve)
Rapport de première minorité de M. André Pfeffer (UDC)
Rapport de deuxième minorité de Mme Danièle Magnin (MCG)
R 838-A
Rapport de la commission législative chargée d'étudier la proposition de résolution de Mmes et MM. Lionel Halpérin, Murat Julian Alder, Nathalie Fontanet, Jean Romain, Nathalie Schneuwly, Beatriz de Candolle, Yvan Zweifel, Patrick Saudan, Michel Ducret, Alexandre de Senarclens, Charles Selleger, Jacques Béné, Georges Vuillod, Raymond Wicky, Edouard Cuendet, Serge Hiltpold, Nathalie Hardyn, Jean-Luc Forni, Vincent Maitre, Bénédicte Montant, Philippe Morel, Céline Zuber-Roy, Simone de Montmollin : Site internet de la Cour des comptes : NON à la délation anonyme !
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session X des 27 et 28 février 2020.
Rapport de majorité de M. Jean Rossiaud (Ve)
Rapport de première minorité de Mme Céline Zuber-Roy (PLR)
Rapport de deuxième minorité de Mme Danièle Magnin (MCG)

Premier débat

Le président. Nous passons aux objets liés PL 12261-A, PL 12076-A et R 838-A... (Brouhaha.) C'est dommage, Mesdames et Messieurs, je ne suis pas invité à vos discussions, autrement je descendrais volontiers parlementer avec vous ! Nous sommes en catégorie II, soixante minutes. Il y a cinq rapporteurs différents, je vais leur donner la parole successivement; ensuite, nous lèverons la séance pour aller dîner...

Une voix. Déjà ?

Le président. Eh oui, déjà ! ...et nous reprendrons les travaux demain, après les urgences. Je cède donc la parole tout d'abord au rapporteur de majorité, M. Jean Rossiaud.

M. Jean Rossiaud (Ve), rapporteur de majorité. Je vous remercie, Monsieur le président. Mesdames les députées, Messieurs les députés, la commission législative s'est réunie au cours de vingt-trois séances jusqu'au 17 mai 2019. Lors de sa séance du 18 mai 2018, elle a décidé de lier le traitement de ces trois objets. La R 838 «NON à la délation anonyme !», déposée par un certain nombre de députés, s'adresse à la Cour des comptes et l'invite à désactiver immédiatement sur son site internet la possibilité offerte aux dénonciateurs de se voir garantir l'anonymat. Aucune majorité ne s'est dessinée pour ce texte.

En ce qui concerne le PL 12261 du Conseil d'Etat, à savoir celui sur lequel nous avons décidé de travailler en commission, la première question concernait... Ah, pardon: j'ai oublié le PL 12076 de M. Thomas Bläsi sur lequel nous avons choisi de ne pas entrer en matière ou plutôt dont nous avons préféré repousser la discussion pour la mener en même temps que celle sur le texte du gouvernement.

La première question, donc, concernait le titre: celui-ci a soulevé passablement d'interrogations, car la volonté du Conseil d'Etat était de mettre en oeuvre l'article 26 de la constitution genevoise:

«Art. 26 Liberté d'opinion et d'expression

1 Toute personne a le droit de former, d'exprimer et de diffuser librement son opinion.

2 Toute personne a le droit de recevoir librement des informations, de se les procurer aux sources généralement accessibles et de les diffuser.

3 Toute personne qui, de bonne foi et pour la sauvegarde de l'intérêt général, révèle à l'organe compétent des comportements illégaux constatés de manière licite bénéficie d'une protection adéquate.»

Cette disposition vise «toute personne», et pas uniquement «toute personne travaillant pour le grand Etat», ce qui fait que nous avons déjà dû modifier le titre. En effet, le projet de loi ne porte au fond que sur une partie de la problématique, c'est-à-dire la protection des lanceurs d'alerte au sein de l'administration publique.

Ensuite, l'article 1 sur le but a été âprement discuté. En normalisant les mécanismes de protection des lanceurs d'alerte au sein de l'Etat, le Conseil d'Etat voulait permettre le signalement de comportements illégaux; nous avons jugé que c'était excessif, trop restrictif, et avons préféré opter pour le terme d'«irrégularités» qui est plus extensif.

L'article 2 relatif au champ d'application a été débattu encore davantage. Aujourd'hui, le texte s'applique, et c'est très important, à l'administration cantonale, au Grand Conseil, au Pouvoir judiciaire, à la Cour des comptes, aux entités visées par la loi sur l'organisation des institutions de droit public, à l'Université de Genève, à la Haute école spécialisée de Suisse occidentale ainsi qu'aux autorités communales et aux services et organismes de droit public qui en dépendent. La BCGE et les Rentes genevoises ont été exclues du périmètre, ce que regrettent le PS, les Verts et Ensemble à Gauche.

L'article 3 «Définition» a également donné pas mal de fil à retordre aux commissaires. Au final, voici ce qui a été retenu: «Est un lanceur d'alerte au sens de la présente loi le membre du personnel qui, de bonne foi et pour la sauvegarde de l'intérêt général, sur la base de soupçons raisonnables, a signalé à sa hiérarchie ou à toute autre entité compétente en la matière des irrégularités constatées» - et non, comme le souhaitait le Conseil d'Etat au départ, des «comportements illégaux» - «de manière licite dans l'exercice de ses fonctions [...].» Au troisième débat, l'exécutif a proposé de protéger également les témoins via un amendement, lequel a été rejeté par la commission.

Mais c'est bien la disposition ayant trait au signalement qui a généré le plus de controverses, c'est la question de l'anonymat. L'article 4 tel que rédigé par le Conseil d'Etat a été vivement remis en cause, en premier lieu parce que le signalement n'est pas anonyme - l'objectif du Conseil d'Etat était d'éviter la délation - en deuxième lieu parce qu'il se fait en priorité à la hiérarchie. Ces deux éléments ont donné lieu à énormément d'échanges.

L'anonymat et la confidentialité, c'est ce qui va être examiné aujourd'hui à travers les amendements qui seront présentés à la fois par le Conseil d'Etat et Ensemble à Gauche - M. Vanek l'avait annoncé en commission - c'est ce qui constitue le point central du projet. La proposition du Conseil d'Etat que le signalement s'effectue en priorité à la hiérarchie a été très contestée. Le gouvernement estime que la confidentialité quant à l'identité du lanceur d'alerte suffit à le protéger. Au sein des groupes, les avis sont tranchés entre d'une part les députés socialistes, Verts et d'Ensemble à Gauche tout à fait favorables à l'anonymat, comme il se pratique dans d'autres contextes similaires, et d'autre part les représentants du PLR qui y sont farouchement opposés. La position de l'UDC est plus nuancée. Quant au PDC, il a changé de camp au cours des travaux et s'est rallié au PLR.

Voilà, Mesdames et Messieurs les députés, le point sur lequel nous devons statuer aujourd'hui. La commission n'a pas pris la mesure de l'anonymat, il est donc important de le mettre en discussion. L'objectif partagé par les commissaires était de ne pas encourager les dénonciations anonymes, mais de les maintenir possibles si elles sont requises; autrement, comment trouver un équilibre entre l'incitation à la délation et la protection des lanceurs d'alerte ? La version issue du deuxième débat préservait ainsi la possibilité de l'anonymat.

Le président. Vous êtes sur le temps du groupe, Monsieur.

M. Jean Rossiaud. Au troisième débat, le Conseil d'Etat est revenu avec un amendement rétablissant l'interdiction de l'anonymat: «Le signalement n'est pas anonyme [...] et l'identité du lanceur d'alerte est confidentielle.» Proposition qui a finalement été acceptée et sur laquelle nous devons voter maintenant. Nous reprendrons cette question lors des débats sur les amendements.

Pour conclure, Mesdames et Messieurs, la commission vous invite premièrement à accepter le projet de loi tel qu'issu des travaux de commission, deuxièmement à refuser en l'état le texte du député Bläsi - non qu'il soit mauvais, mais l'essentiel de son contenu a été inclus dans celui que nous avons élaboré - troisièmement à rejeter la proposition de résolution qui entre en parfaite contradiction avec les projets de lois. Instaurons une pratique utile pour Genève et pour les lanceurs et lanceuses d'alerte, une pratique qui permette aux institutions de résister aux irrégularités et autres illégalités qui fleurissent en leur sein. J'interviendrai à nouveau plus tard sur le reste de mon temps pour donner la position des Verts sur ces objets. Merci.

Le président. Je vous remercie, Monsieur. Je laisse maintenant la parole à M. Pierre Vanek, rapporteur de première minorité sur le PL 12261-A.

M. Pierre Vanek (EAG), rapporteur de première minorité. Merci, Monsieur le président. Mon rapport ne vise pas à contester le projet de loi dans son ensemble, même si c'est un rapport de minorité, donc d'opposition, mais concerne la problématique circonscrite de l'anonymat qu'a évoquée le rapporteur de majorité. Pour nous, il faut être parfaitement clair: il y a de très bonnes raisons de permettre à des lanceurs et lanceuses d'alerte de rester anonymes s'ils le désirent. Cela étant, ce n'est pas une obligation. Pour des personnes en position subordonnée, soit en posture de faiblesse structurelle par rapport à des responsables - leurs supérieurs, leurs employeurs - la protection offerte par l'anonymat garantit contre d'éventuelles représailles ou mesures de rétorsion, c'est indispensable. Ce n'est pas qu'on se félicite de l'usage de l'anonymat, mais il s'agit d'une protection nécessaire du faible face au fort.

Ensuite, la dénonciation anonyme: on a eu droit à des discours avec des trémolos dans la voix et des évocations du régime de Vichy et de Dieu sait quelle Gestapo... Bon, il se trouve que la dénonciation anonyme représente un problème quand elle s'adresse à une autorité qui est antidémocratique, qui ne respecte pas le droit, mais quand on sollicite l'Etat de Genève, on devrait pouvoir le faire en sachant que celui-ci se comportera correctement; sinon, il y a un problème ailleurs, et il faut le régler ailleurs.

Comme son nom l'indique, le lanceur d'alerte, et ce sera mon troisième point, ne fait que lancer une alerte, ouvrant ainsi au mieux - potentiellement, mais pas obligatoirement - un processus d'investigation ou d'enquête qui doit aboutir à des conclusions sur la base d'éléments confirmatoires ou non, indépendants de la dénonciation.

Mon quatrième argument est très concret, c'est l'expérience de la Cour des comptes. Notre Cour des comptes genevoise a mis en place un système de signalement avec possibilité d'anonymat qui fonctionne, et elle revendique de pouvoir continuer à l'utiliser et qu'il ne soit pas affaibli à travers la suppression de l'anonymat. Signalons aussi, pour ne prendre qu'un exemple, que la FIPOI, qui a été confrontée aux graves problèmes que l'on sait - mon collègue Jean Batou, qui est ici, avait déposé la proposition de résolution 810 à ce sujet, laquelle a été votée par notre Conseil - a adopté en 2018, dans un règlement de son conseil de fondation, une disposition selon laquelle le comité d'audit peut être saisi de manière anonyme, tirant son expérience précisément d'une dérive problématique.

Lors des travaux de commission, nous avons entendu le représentant du Contrôle fédéral des finances, qui n'est pas a priori le bras armé d'un Etat totalitaire - on peut se montrer critique, et je figure sans doute parmi les plus critiques dans cette salle en ce qui concerne la Confédération helvétique, mais enfin, quand même. Il nous a indiqué que l'anonymat est indispensable au fonctionnement du contrôle financier, et la LPers fédérale, la loi sur le personnel de la Confédération, stipule d'ailleurs en son article 22a que des signalements anonymes peuvent être opérés. A noter aussi qu'Olivier Jornot, qui n'est pas à proprement parler mon camarade politique, s'est exprimé en commission et a cité le Contrôle fédéral des finances et ses règles en exemple. Bref, en interdisant l'anonymat aux lanceurs d'alerte, comme le fait le Conseil d'Etat dans son projet, le gouvernement s'engage dans un combat d'arrière-garde très discutable.

A ce propos, deux remarques, j'allais dire au nom du Conseil d'Etat - pas tout à fait, mais presque: le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, avant d'être magistrat, quand il était encore dans son état, disons, normal, s'était exprimé très vigoureusement lors d'un débat de ce Grand Conseil sur l'article 10A de la LPA visant la suppression de l'anonymat, qui avait été imposé par la droite à l'époque. Antonio Hodgers, alors jeune député Vert, avait ferraillé contre Michel Halpérin - qui, la voix vibrante, prétendait vouloir défendre les petits contre les corbeaux de cette république - il avait indiqué: «Vous ne pouvez pas affirmer, comme vous le faites ce soir, que l'anonymat c'est mal et c'est honteux. L'anonymat est l'acte de faibles.» C'est une protection du faible, avait insisté Antonio Hodgers en revenant à réitérées reprises sur la question - vous retrouverez les citations dans mon rapport de minorité. Cette suppression de l'anonymat lui évoquait des dictatures diverses et notamment latino-américaines, et il en connaît quelque chose, Antonio Hodgers, pour les raisons que vous savez - sachant que la proposition provenait entre autres de M. Schifferli qui, lui aussi, connaît des dictatures d'Amérique latine, mais sous un autre angle. Dès lors, les choses sont claires: que le Conseil d'Etat vienne aujourd'hui remettre en cause l'anonymat, c'est déplacé. Déplacé, tout à fait déplacé !

Et je parlerai maintenant au nom d'un autre conseiller d'Etat, à savoir Mauro Poggia. Il se trouve que j'ai pris la parole à la commission législative sur les arrêtés covid - vous trouverez cela dans mon rapport - pour dire qu'il fallait une intervention plus ferme en matière de contrôle des entreprises, et la réponse que m'a donnée Mauro Poggia, c'est que concernant le covid, s'il y avait des dénonciations, même anonymes, quant à des sociétés qui violeraient ou dont il serait allégué qu'elles violent les dispositions sanitaires en vigueur, elles seraient investiguées. Un homme pragmatique comme Mauro Poggia...

Le président. Vous passez sur le temps de votre groupe. Soyez bref, s'il vous plaît.

M. Pierre Vanek. Je m'arrête ! ...quand il est confronté à la question de savoir s'il faut donner suite à des dénonciations anonymes ou pas, il sait bien - et il l'a dit tout récemment à la commission législative - qu'il faut y donner suite. Je vous remercie.

Le président. Merci. La parole revient à M. André Pfeffer, rapporteur de deuxième minorité sur le PL 12261-A et de première minorité sur le PL 12076-A.

M. André Pfeffer (UDC), rapporteur de minorité. Merci, Monsieur le président. Mesdames et Messieurs les députés, l'actualité nous montre que la protection des lanceurs d'alerte est absolument nécessaire. Il n'y a pas seulement les très médiatiques affaires internationales comme celles de MM. Edward Snowden ou Julian Assange, mais également plusieurs scandales genevois. La garantie d'une protection des lanceurs d'alerte existe depuis six ans dans notre constitution et il y a une unanimité pour la renforcer et surtout la rendre applicable.

Comme l'ont révélé nos travaux menés lors de nombreuses séances de commission, deux éléments divisent. Le premier, c'est la question de l'anonymat. Tout le monde est d'accord pour dire que l'anonymat est détestable et peut gravement nuire si des délations sont de mauvaise foi. Cela étant, la pratique démontre qu'une bonne partie des dénonciations auprès de la Cour des comptes sont anonymes. Celle-ci nous a expliqué qu'elle est obligée de traiter toutes les demandes, anonymes ou pas, et qu'en cas d'interdiction de l'anonymat, elle ne pourrait plus accomplir sa mission dans son ensemble. D'ailleurs, il n'est pas question de favoriser la délation, mais d'accepter les dénonciations anonymes exclusivement auprès de la Cour des comptes.

Le deuxième différend concerne l'ampleur des règles et prescriptions à établir pour remplir cette tâche. Sur ce point, notre Conseil d'Etat nous propose une véritable usine à gaz ! Son projet initial a été totalement remodelé en commission, car il ne convainquait personne. L'approche du gouvernement est de tout flécher et de tout planifier: il faut déterminer comment les signalements doivent se faire, il faut fixer des normes quant à la manière dont ils sont traités... Il décrit dans son projet les obligations, les conséquences et la protection des lanceurs d'alerte avec, au passage, une pub pour le groupe de confiance - je n'exagère pas, il y a réellement une disposition là-dessus ! - et il impose une hiérarchie des intervenants - supérieurs, groupe de confiance, Cour des comptes, etc.

Pour le groupe UDC, le texte du Conseil d'Etat est inacceptable. D'ailleurs, aucun groupe ne le trouve bon, et lors des votes en commission, beaucoup avaient hésité et voulaient voter blanc. Même en ajoutant l'anonymat pour les dénonciations à la Cour des comptes, ce que l'UDC avait proposé à l'origine, il demeure mauvais. Ce projet de loi constituerait certes l'application d'un article constitutionnel, mais il légiférerait aussi sur le fonctionnement et les liens entre collaborateurs de notre administration. Cette manière de procéder démultiplierait les actions juridiques et les interventions auprès des tribunaux.

De la même manière, le groupe UDC rejette fermement la proposition de résolution du groupe PLR qui veut désactiver la possibilité d'effectuer des dénonciations anonymes sur le site de la Cour des comptes. Si nous partageons le souhait du PLR de garantir la présomption d'innocence, cette proposition est irréaliste et inapplicable.

Pour finir, sans surprise, notre parti soutiendra le projet de loi UDC. Pour rappel, le PL 12076 prévoit que les lanceurs d'alerte puissent s'adresser à la Cour des comptes pour signaler tout type d'irrégularité. De plus, il stipule que les lanceurs d'alerte ne subissent aucun désavantage sur le plan professionnel ou personnel. Le projet UDC est conforme à la fois à la disposition constitutionnelle, à ce qui se pratique aujourd'hui et à ce que la Confédération met en oeuvre; et surtout, il a été recommandé par la Cour des comptes qui préconise même qu'il s'applique également aux communes et aux institutions de droit public.

Pour ces raisons, Mesdames et Messieurs, le groupe UDC vous recommande d'accepter le PL 12076 ainsi que l'amendement suggéré par la Cour des comptes. Merci de votre attention.

Le président. Je vous remercie. La parole est à Mme Danièle Magnin, rapporteure de deuxième minorité sur le PL 12076-A et sur la R 838-A.

Mme Danièle Magnin (MCG), rapporteuse de deuxième minorité. Je vous remercie, Monsieur le président. La Cour des comptes dispose en effet d'une procédure pour que l'on puisse dénoncer anonymement - en matière administrative, bien entendu - mais dans la mesure où son numéro de téléphone est publié sur le site, rien n'empêche quiconque de composer ce numéro, de demander un rendez-vous et de s'y présenter avec un dossier sans forcément demeurer anonyme.

Dans notre système juridique, le lanceur d'alerte est suffisamment protégé pour qu'il n'ait pas besoin de se cacher derrière l'anonymat. L'anonymat, selon nombre d'entre nous... Je citerai les études du professeur Tanquerel ainsi qu'un texte de M. Florian Irminger, qui a travaillé sur la nouvelle constitution genevoise et qui nous parle de la protection des lanceurs d'alerte en lien avec la délation anonyme.

Et c'est là toute la difficulté, Mesdames et Messieurs: si on veut protéger toutes les personnes qui dénoncent anonymement, ça peut conduire à des catastrophes ! Rappelez-vous ce qui est arrivé au service des votations et élections: on a soupçonné des gens qui n'avaient absolument rien fait d'illégal. En revanche, ça a mis en évidence, et c'est en cela que ça n'aurait pas eu besoin d'être anonyme, le fait que certaines méthodes de surveillance n'étaient pas correctement mises en place au sein de ce service.

Bon, je sais que mon groupe ne partage pas forcément mon avis, mais en ce qui me concerne, j'ai une hypersensibilité à ce sujet: qu'on doive se cacher derrière l'anonymat m'inspire un dégoût profond, je pense que dans notre pays civilisé, les messes basses, les blabla et autres rumeurs derrière le dos des uns et des autres sont la cause de problèmes très importants qui génèrent également des dégâts économiques, parce que cela a un coût. A mon avis, quand on a quelque chose à déplorer ou à annoncer, il faut le faire en utilisant les voies prévues pour cela. Je rappelle que jusqu'à présent, toutes les dénonciations anonymes à l'Etat de Genève étaient traitées verticalement, et il serait vraiment regrettable que cela change. Je vous remercie.

Le président. Merci bien. Je passe enfin la parole à Mme Céline Zuber-Roy, rapporteure de première minorité sur la R 838-A.

Mme Céline Zuber-Roy (PLR), rapporteuse de première minorité. Merci, Monsieur le président. La première minorité soutient la protection des lanceurs d'alerte. Nous sommes heureux de voir la concrétisation de ce droit fondamental qui a été mis en place par la Constituante, qui joue un vrai rôle d'intérêt public, nous souhaitons protéger les gens qui effectuent des dénonciations dans l'intérêt commun. La contrepartie, c'est que ces dénonciations soient réellement faites dans l'intérêt commun, c'est-à-dire pas dans un intérêt personnel, pas pour porter préjudice à quelqu'un ou améliorer sa propre situation. Dans ce cas-là, ce ne serait pas une dénonciation de bonne foi et la personne ne mériterait pas la protection de l'Etat.

Outre le fait que les dénonciations doivent servir l'intérêt public, la protection des lanceurs d'alerte ne peut pas simplement se résumer à cacher leur nom, nous voulons une protection active, et c'est ce qui est prévu dans le projet de loi, notamment avec l'exclusion de toute sanction. Par définition, si on veut protéger activement les lanceurs d'alerte, il faut au minimum que l'autorité connaisse leur nom; de ce point de vue là, l'anonymat empêche une bonne protection. Si certaines révélations sont connues d'un nombre limité de personnes, une fois le dénonciateur identifié, il n'y aura plus de protection. C'est pourquoi nous soutenons plutôt le principe de confidentialité qui permet de protéger efficacement le lanceur d'alerte tout en assurant à l'Etat la possibilité d'intervenir plus largement s'il le faut. Nous comprenons l'intérêt de l'anonymat, par exemple pour la Cour des comptes, mais cela dénote surtout un manque de confiance envers l'Etat; c'est à l'Etat de montrer qu'il entend protéger efficacement les lanceurs d'alerte afin que ceux-ci n'aient pas besoin de se réfugier dans l'anonymat.

Je ne vais pas revenir sur les faits de l'histoire ni sur les risques que présentent l'anonymat et les dénonciations, mais nous avons évidemment un choix de société à opérer, Mesdames et Messieurs: voulons-nous des lanceurs d'alerte qui agissent dans l'intérêt public en faisant preuve d'un certain courage ou voulons-nous instaurer la protection de toute personne qui transmettrait des rumeurs ou opérerait des fuites dans son propre intérêt ? Pour le PLR, le choix est fait. Dès lors, nous vous invitons d'une part à soutenir la proposition de résolution déposée par Lionel Halpérin, d'autre part à maintenir le compromis qui avait été trouvé en commission sur le projet de loi du Conseil d'Etat. Si l'anonymat devait être étendu plus largement, nous devrions à regret refuser l'entier du texte. Je vous remercie.

Le président. Merci, Madame. Voilà, nous sommes arrivés au terme de la présentation de ces trois textes par leurs rapporteurs respectifs, nous en poursuivrons l'examen après le traitement des urgences, c'est-à-dire demain.

Fin du débat: Séance du vendredi 29 janvier 2021 à 18h

PL 12834
Projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi sur l'organisation des institutions de droit public (LOIDP) (A 2 24)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission législative.

PL 12842
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de fonctionnement à Caritas Genève et au Centre social protestant de Genève pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12856
Projet de loi du Conseil d'Etat portant sur la constitution de servitudes d'usage d'un local et pour des canalisations souterraines sur la parcelle N° dp3012 du domaine public de la Ville de Carouge au profit des Services industriels de Genève
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission d'aménagement du canton.

PL 12851
Projet de loi de Mmes et MM. Stéphane Florey, Eliane Michaud Ansermet, André Pfeffer, Patrick Hulliger, Thomas Bläsi, Marc Falquet, Virna Conti, Christo Ivanov relatif à l'accompagnement du secteur de la restauration suite aux conséquences économiques résultant de la situation sanitaire, des prescriptions en matière d'hygiène et de distance sociale en vue de contenir et d'atténuer l'épidémie du coronavirus (COVID-19), ainsi que de l'insécurité juridique liée à la gestion de la crise (Plan cantonal d'aide et d'accompagnement de la restauration)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission de l'économie.

PL 12858
Projet de loi du Conseil d'Etat de bouclement de la loi 10418 ouvrant un crédit d'investissement de 108 847 000 francs pour la réalisation d'un établissement dit «Curabilis» pour l'exécution, de nature pénale, de mesures thérapeutiques institutionnelles pour le traitement des troubles mentaux et de l'internement ainsi que de divers ouvrages connexes à la prison de Champ-Dollon
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des travaux.

PL 12840
Projet de loi de Mme et MM. Alberto Velasco, Jean-Marie Voumard, Boris Calame, Jean Romain, Patrick Lussi, Jean-Luc Forni, Antoine Barde, Léna Strasser, Christian Zaugg modifiant la loi sur l'organisation judiciaire (LOJ) (E 2 05) (Renforcement du Tribunal des contraintes)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission judiciaire et de la police.

PL 12844
Projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi sur le convoyage et la surveillance des détenus hors des établissements pénitentiaires (LCSD) (F 1 51)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission judiciaire et de la police.

PL 12847
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 1 441 867 francs à la Fondation genevoise pour le dépistage du cancer pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12848
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 2 677 990 francs à l'association Première ligne pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12849
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière d'un montant total de 10 212 496 francs aux associations : Groupe sida Genève (5 320 488 francs), Dialogai (3 558 072 francs), PVA (593 976 francs) et Boulevards (739 960 francs) pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12850
Projet de loi de Mmes et MM. Stéphane Florey, Eliane Michaud Ansermet, André Pfeffer, Patrick Hulliger, Thomas Bläsi, Marc Falquet, Virna Conti, Christo Ivanov modifiant la loi sur la restauration, le débit de boissons, l'hébergement et le divertissement (LRDBHD) (I 2 22) (Aidons nos restaurateurs avec un mécanisme pérenne de suspension de la taxe d'exploitation en cas de situation particulière)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission de l'économie.

PL 12854
Projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi sur l'organisation judiciaire (LOJ) (E 2 05) (Encouragement à la médiation)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission judiciaire et de la police.

PL 12855
Projet de loi du Conseil d'Etat ouvrant un crédit de 10 656 000 francs au titre de subvention d'investissement au bénéfice des Hôpitaux universitaires de Genève pour l'acquisition d'un système d'information pour l'anesthésie, les soins intensifs adultes, les soins intensifs de pédiatrie et la néonatologie
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des travaux.

PL 12860
Projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi sur la santé (LS) (K 1 03) (Pro-pharmacie)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission de la santé.

PL 12835
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 351 450 francs à l'association SOS Femmes pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12839
Projet de loi de Mmes et MM. Jean Batou, Olivier Baud, Pierre Bayenet, Jean Burgermeister, Pablo Cruchon, Jocelyne Haller, Françoise Nyffeler, Pierre Vanek, Salika Wenger, Christian Zaugg modifiant la loi sur l'imposition des personnes physiques (LIPP) (D 3 08) (L'Etat doit cesser d'assister des multimillionnaires !)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission fiscale.

PL 12841
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 297 000 francs à l'Association Vires pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12843
Projet de loi du Conseil d'Etat sur l'égalité et la lutte contre les violences et les discriminations liées au genre (LELVDG) (A 2 90)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des Droits de l'Homme (droits de la personne).

PL 12845
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 718 739 francs à l'association Aide aux Victimes de Violence en Couple (AVVEC) pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12846
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière annuelle de 387 051 francs à l'association Viol-Secours pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12852
Projet de loi de Mmes et MM. Jean Batou, Pierre Bayenet, Jocelyne Haller, Olivier Baud, Christian Zaugg, Salika Wenger, Rémy Pagani, Pierre Vanek, Jean Burgermeister, Françoise Nyffeler modifiant la loi sur les droits de succession (LDS) (D 3 25) (Impôt de solidarité sur les grosses successions et donations)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission fiscale.

PL 12853
Projet de loi de Mmes et MM. Romain de Sainte Marie, Sylvain Thévoz, Nicole Valiquer Grecuccio, Léna Strasser, Emmanuel Deonna, Amanda Gavilanes, Glenna Baillon-Lopez, Badia Luthi, Diego Esteban, Jean-Charles Rielle modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l'Etat (LGAF) (D 1 05) (Pour la suspension des freins au déficit et à l'endettement)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12859
Projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi instituant la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (LCPEG) (B 5 22)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12829
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une indemnité à la Fondation pour l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) pour les années 2021-2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12830
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière pour les années 2021 à 2024 à trois institutions du domaine du soutien à la famille : a) la Fondation Service social international - Suisse b) l'Ecole des parents c) la Fondation 022 Familles
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

PL 12865
Projet de loi du Conseil d'Etat accordant une aide financière d'un montant annuel de 1'602'366 francs à l'association Carrefour addictionS pour les années 2021 à 2024
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Ce projet de loi est renvoyé sans débat à la commission des finances.

M 2720
Proposition de motion de Mmes Marjorie de Chastonay, Ruth Bänziger, Jocelyne Haller : Respect des lois et règlements aux HUG
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de motion est renvoyée sans débat à la commission ad hoc sur le personnel de l'Etat.

M 2722
Proposition de motion de Mmes et MM. Sylvain Thévoz, Nicole Valiquer Grecuccio, Amanda Gavilanes, Badia Luthi, Grégoire Carasso, Glenna Baillon-Lopez, Pierre Bayenet, Didier Bonny, Emmanuel Deonna, Marjorie de Chastonay, Yves de Matteis, Alessandra Oriolo, Françoise Nyffeler, Jocelyne Haller : Abus sexuels et sexistes à la police : stop à l'omerta !
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de motion est renvoyée sans débat à la commission judiciaire et de la police.

M 2717
Proposition de motion de Mmes et MM. Marjorie de Chastonay, Dilara Bayrak, Didier Bonny, Ruth Bänziger, Emmanuel Deonna, Adrienne Sordet, Jocelyne Haller : Prime COVID
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de motion est renvoyée sans débat à la commission des finances.

M 2724
Proposition de motion de Mmes et MM. Natacha Buffet-Desfayes, François Wolfisberg, Diane Barbier-Mueller, Francine de Planta, Helena Rigotti, Charles Selleger, Sylvie Jay, Jean Romain, Jean-Pierre Pasquier, Christina Meissner : Stop à la création d'écoles à filières mixtes dans l'enseignement secondaire II
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de motion est renvoyée sans débat à la commission de l'enseignement, de l'éducation, de la culture et du sport.

R 944
Proposition de résolution de Mmes et MM. Alberto Velasco, Caroline Marti, Nicole Valiquer Grecuccio, Thomas Wenger, Emmanuel Deonna, Sylvain Thévoz, Badia Luthi, Glenna Baillon-Lopez, Léna Strasser, Amanda Gavilanes en faveur d'une mesure de prolongation du délai en cas de demeure du locataire pour défaut de paiement (Résolution du Grand Conseil genevois à l'Assemblée fédérale exerçant le droit d'initiative cantonale)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de résolution est renvoyée sans débat à la commission du logement.

R 943
Proposition de résolution de Mmes et MM. Jacques Béné, Véronique Kämpfen, Yvan Zweifel, Serge Hiltpold, Edouard Cuendet, Vincent Subilia, Fabienne Monbaron, Murat-Julian Alder, Pierre Nicollier, Pierre Conne, Beatriz de Candolle, Charles Selleger, Jean-Pierre Pasquier, Alexis Barbey, Jacques Apothéloz, Sylvie Jay, Francine de Planta, Helena Rigotti, Alexandre de Senarclens, François Wolfisberg, Cyril Aellen, Natacha Buffet-Desfayes, Philippe Morel : Eviter la casse sociale en adaptant au plus vite les conditions d'octroi des prêts « cas de rigueur »
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de résolution est renvoyée sans débat à la commission de l'économie.

R 942
Proposition de résolution de Mme et MM. Thomas Bläsi, Virna Conti, Christo Ivanov, Stéphane Florey, Marc Falquet, André Pfeffer : Respect du cessez-le-feu au Haut-Karabakh (Résolution du Grand Conseil genevois à l'Assemblée fédérale exerçant le droit d'initiative cantonale)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VIII des 28 et 29 janvier 2021.

Cette proposition de résolution est renvoyée sans débat à la commission des affaires communales, régionales et internationales.

PL 12046
Projet de loi de MM. André Pfeffer, Thierry Cerutti, Bernhard Riedweg, Patrick Lussi modifiant la loi d'application de la loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LaLAT) (L 1 30) (Accélérons la construction des logements !)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session XII des 26 et 27 janvier 2017.

Le projet de loi 12046 est retiré par ses auteurs.

M 2472
Proposition de motion de Mmes et MM. Alexandre de Senarclens, Pierre Conne, Nathalie Fontanet, Charles Selleger, Philippe Morel, Murat Julian Alder, Michel Ducret, Nathalie Hardyn, Jacques Béné, Bénédicte Montant, Nathalie Schneuwly, Raymond Wicky, Georges Vuillod, Gabriel Barrillier, Jean Romain, Bertrand Buchs, Delphine Bachmann, Anne Marie von Arx-Vernon, Jean-Marc Guinchard, Vincent Maitre, Yvan Zweifel pour la mise en place d'un dossier patient informatisé efficace et efficient

La proposition de motion 2472 est retirée par ses auteurs.

M 2594
Proposition de motion de Mmes et MM. Christo Ivanov, Daniel Sormanni, Stéphane Florey, Patrick Hulliger, Eliane Michaud Ansermet, Marc Falquet, Salika Wenger, Thomas Bläsi, Patrick Lussi, Florian Gander, Thierry Cerutti, François Baertschi, Françoise Sapin, André Python, Ana Roch, Francisco Valentin pour l'octroi d'un droit de superficie aux forains et aux gens du voyage sur le site de la Bécassière
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VI des 31 octobre, 1er et 7 novembre 2019.

La proposition de motion 2594 est retirée par ses auteurs.

M 2677
Proposition de motion de Mmes et MM. Ana Roch, Sandro Pistis, Florian Gander, Daniel Sormanni, Thierry Cerutti, Francisco Valentin, Jean-Marie Voumard, Patrick Dimier, Christian Flury, Françoise Sapin : Population genevoise laissée pour compte des mesures d'aides étatiques Covid-19 : ne laissons pas nos concitoyens vivre en dessous du seuil de pauvreté
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VI des 29 et 30 octobre 2020.

La proposition de motion 2677 est retirée par ses auteurs.

Le président. Pour le dîner, Mesdames et Messieurs, il vous faut prendre le chemin des ascenseurs qui vous conduiront au neuvième étage. Je vous souhaite un bon appétit ! Nous nous retrouvons dans cette salle à 20h30. A tout à l'heure, donc.

La séance est levée à 19h.