République et canton de Genève

Grand Conseil

P 2031-A
Rapport de la commission des pétitions chargée d'étudier la pétition : A Onex, sauvons une remarquable maison de maître des démolisseurs
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session IV des 11 et 12 octobre 2018.
Rapport de majorité de Mme Marion Sobanek (S)
Rapport de minorité de M. Raymond Wicky (PLR)

Débat

Le président. Nous passons maintenant aux pétitions - traitées en catégorie II, trente minutes - en commençant par la P 2031-A. Je prie les rapporteurs de bien vouloir prendre place à la tribune avec leur badge. (Un instant s'écoule.) Madame Sobanek, vous avez la parole.

Mme Marion Sobanek (S), rapporteuse de majorité. Merci, Monsieur le président. Cette pétition est largement soutenue par la population car actuellement, vous le savez très bien, cette dernière souhaite sauvegarder les maisons revêtant une certaine valeur patrimoniale. En même temps, nous sommes souvent obligés de construire en ville, à des emplacements où se trouve déjà du bâti, or dans une ville comme Onex, qui a déjà énormément contribué à l'effort collectif en matière de construction, cela a donné lieu à une vive opposition. Cette pétition visant à soutenir une maison de maître a en effet recueilli plus de 1945 signatures électroniques et 122 signatures manuscrites. Certes, l'accord principal entre le département et la commune prévoyait la destruction de cette propriété, mais le département est revenu sur sa décision. Si vous avez lu le compte rendu des interventions de la commune, vous avez pu voir qu'au début cette dernière était plutôt hésitante, mais Mme Bänziger a très clairement indiqué que la population supporterait très mal la destruction de cette maison. Il est vrai qu'il faudra revoir l'aménagement qui avait été prévu à l'origine, notamment de la crèche, mais le député Olivier Baud, qui représente la FOJ, a voté la pétition suite à cet accord, je vous prie donc de suivre la majorité et d'accepter le renvoi de cette pétition au Conseil d'Etat. Merci beaucoup.

M. Raymond Wicky (PLR), rapporteur de minorité. Mesdames et Messieurs, chers collègues, la minorité est pour sa part inquiète. Elle est inquiète parce que chaque fois qu'un groupe de défense en matière patrimoniale se constitue dans ce canton, une majorité de notre parlement suit cette démarche, sans forcément faire une appréciation complète de la situation, à notre avis. Certes, la sauvegarde de notre patrimoine est importante, nous partageons ce point de vue, mais il y a chaque fois une juste pesée des intérêts à effectuer. Dans le cas qui nous concerne, la valeur patrimoniale de l'objet telle qu'elle a été présentée en commission par des observateurs neutres n'est pas si exceptionnelle, d'autant plus que cette propriété mêle plusieurs styles. En outre, comme vient de le rappeler la rapporteuse de majorité, l'accord qui a été passé entre l'Etat et la commune d'Onex était très clair et prévoyait non seulement la construction de 230 logements - or il faut savoir qu'avec le classement de cette bâtisse, il va y avoir une perte non négligeable de quelques dizaines d'unités en matière d'appartements construits - mais aussi l'installation de certains organismes liés à la FOJ afin d'améliorer l'intégration profonde des pensionnaires dont ils s'occupent dans la société, dans le monde coutumier. Par ailleurs, la préservation de cette maison empêchera ou en tout cas compliquera fortement l'activité communale d'Onex, comme l'a relevé Mme Bänziger elle-même, parce que ce projet prévoyait l'intégration d'éléments socio-éducatifs, dans un quartier relativement prétérité de ce côté-là. Pour terminer, je vous fais également part de notre surprise, car le coût induit par cette opération de classement va très certainement être particulièrement important étant donné que cette bâtisse n'a pour ainsi dire pas évolué depuis plusieurs décennies. Forte de toutes ces considérations, la minorité de la commission vous propose tout simplement de revoir votre jugement et de déposer cette pétition sur le bureau du Grand Conseil. Merci de votre attention.

M. Alexis Barbey (PLR). Que faut-il construire ? Que faut-il préserver ? Que faut-il transformer ? C'est le dilemme devant lequel nous place ce projet qui a été approuvé à la fois par le canton et par la commune, et qui répond à un besoin reconnu de la FOJ. Ce besoin est lié à l'intégration des jeunes dans le quartier, ainsi qu'à un programme de mélange d'âges et de générations dans les bâtiments qui seront construits dans le cadre de ce projet. Il y a donc besoin d'espace pour réaliser le projet en tant que tel, mais également pour assurer son équilibre financier à travers la construction de logements autour de la maison de maître. Si on ne le réalise pas à cet endroit-là, où le fera-t-on ? La non-concrétisation de ce projet aura un impact majeur sur l'activité de la FOJ, c'est pourquoi le PLR vous recommande de refuser les conclusions du rapport de majorité. Je vous remercie.

M. Sylvain Thévoz (S). Le parti socialiste soutiendra le renvoi de cette pétition au Conseil d'Etat et se réjouit que M. Hodgers ait déjà annoncé publiquement la préservation de cette villa. Nous rétorquons ensuite au PLR que nous nous étonnons de sa volonté de construire et qu'il oublie parfois de le rappeler à ses maires et élus de la rive gauche. En effet, nous aimerions bien voir plus de logements à Cologny, à Bellevue ou à Vandoeuvres et arrêter un peu de densifier - voire surdensifier - à Onex, en ville de Genève ou à Vernier.

Oui, des habitants de la commune d'Onex souhaitent préserver un bien auquel ils tiennent. On peut les traiter de haut avec arrogance en disant qu'ils sont attachés à une vieille villa et la raser sans autre, mais en tant qu'élus de tous bords politiques on peut aussi prendre le temps de se réunir, d'entendre cet attachement, de mener une réflexion plus large sur la densification de ce canton et de voir comment, d'une manière inégale, certaines communes portent le gros du développement et de la densification, tandis que d'autres sont malheureusement intactes et ne contribuent pas à l'effort collectif. Avec cette pétition, le parti socialiste adresse donc un souhait, une recommandation appuyée au Conseil d'Etat, à savoir qu'il veille à ce que la densification et le développement sur la rive gauche soient sinon majoritaires, du moins égaux, car pour l'instant cette dernière demeure absente de la collaboration pour ce qui est de ces enjeux-là. Je vous remercie beaucoup de votre attention et vous salue - ainsi que mes préopinants PLR, bien sûr. (Exclamation.)

M. Olivier Baud (EAG), député suppléant. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les députés, la question est quand même relativement simple - les demandes des pétitions sont généralement assez simples - il s'agit de savoir s'il faut sauver cette maison de maître ou pas. La réponse a été affirmative. Certes, cela va demander un certain réajustement du plan localisé, mais cela ne met pas en péril tous les logements et tout ce qui était prévu dans la commune. Il est clair que si on rase une maison et qu'on peut ensuite construire comme on veut, c'est relativement facile, mais une fois qu'on a détruit un objet unique, on ne peut plus le voir, on ne peut plus le reconstruire. Arriver à conserver un témoin du passé et l'intégrer à un projet nouveau, moderne, nous semble donc une idée tout à fait séduisante, Mesdames et Messieurs les députés, et elle est parfaitement réaliste et réalisable, il faut bien le dire. Le groupe Ensemble à Gauche soutient par conséquent le renvoi de cette pétition au Conseil d'Etat et vous remercie de bien vouloir suivre cet avis.

Le président. Je vous remercie, Monsieur le député. Nous allons maintenant nous prononcer sur les conclusions de la majorité de la commission - représentées notamment par la voix de Mme Marion Sobanek - soit le renvoi au Conseil d'Etat.

Mises aux voix, les conclusions de la majorité de la commission des pétitions (renvoi de la pétition 2031 au Conseil d'Etat) sont adoptées par 37 oui contre 31 non et 5 abstentions.