République et canton de Genève

Grand Conseil

Chargement en cours ...

PL 12530-A
Rapport de la commission de la santé chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'Etat modifiant la loi sur la santé (LS - K 1 03)
Ce texte figure dans le volume du Mémorial «Annexes: objets nouveaux» de la session VI des 29 et 30 octobre 2020.
Rapport de majorité de M. Sylvain Thévoz (S)
Rapport de première minorité de Mme Jocelyne Haller (EAG)
Rapport de deuxième minorité de M. Pierre Conne (PLR)

Premier débat

Le président. Nous reprenons le traitement des urgences avec le PL 12530-A. Le débat est classé en catégorie II, quarante minutes, et la parole échoit pour commencer à M. Sylvain Thévoz.

M. Sylvain Thévoz (S), rapporteur de majorité. Merci, Monsieur le président. Le Grand Conseil a introduit simultanément deux nouvelles dispositions dans la loi sur la santé qui sont entrées en vigueur le 28 juillet 2018: d'une part l'article 39A qui empêche les établissements médicaux privés et publics ainsi que les EMS de refuser la tenue d'un suicide assisté dans leurs locaux, d'autre part l'article 12A qui instaure une commission de surveillance en matière d'assistance au suicide. C'est cette deuxième disposition qui pose problème.

Le projet de loi 12530 soumis par le Conseil d'Etat propose de supprimer cet article 12A qui, comme je viens de le dire, institue une commission de surveillance en matière d'assistance au suicide chargée de contrôler la pratique. Or contrairement à ce qu'indique son libellé, il ne s'agit précisément pas d'une commission de surveillance, car elle ne dispose d'aucune compétence décisionnelle à l'égard de quiconque. De plus, elle ne définit pas le cercle des personnes contrôlées.

L'intention de départ, rappelée par un commissaire à l'origine de l'amendement établissant cet article 12A dans la loi, était de mettre en place un garde-fou dans le cas où la personne fragilisée qui a le dessein de mettre fin à ses jours subirait une influence. Il se trouve que cette cautèle ne marche pas. Dans l'idéal, la commission devrait pouvoir être saisie par toute personne qui, connaissant l'existence d'un désir de suicide assisté, aurait des raisons sérieuses de penser qu'un suicidant est sous influence ou incapable de discernement, donc pas libre d'exprimer ses doutes, cas échéant de modifier son projet. Dans les faits, cet organe n'a pas été en mesure de répondre à quelque demande que ce soit par manque de compétence, par inadéquation de son mandat avec la réalité.

La commission, après avoir été constituée, a traité deux cas seulement en plusieurs mois. Elle a certes essayé de tenir compte de la volonté du législateur et de fonctionner, mais il a fallu se rendre à l'évidence: l'article 12A est inapproprié. La présidence de l'entité a dressé un constat d'échec et s'est retirée en préconisant de renoncer à cette disposition. A ce jour, la commission est suspendue.

L'alinéa 5 de l'article 12A précise par exemple que «les membres de la commission [...] sont soumis au secret professionnel au sens de l'article 321 du code pénal suisse». Tristement, cette disposition n'est pas valable: seuls les membres désignés en leur qualité de médecins, soit les représentants du Centre universitaire romand de médecine légale, le CURML, et les avocats sont tenus au secret en vertu de l'article précité. Les autres membres, à savoir le représentant de la direction générale de la santé, le spécialiste en bioéthique et le représentant d'organisations se vouant statutairement à la défense des droits des patients, eux, n'y sont pas soumis.

Quant à l'alinéa 6, il est également problématique, car il dispose que le président de la commission doit être un médecin du CURML. Cela crée un conflit d'intérêts et met en péril le processus de levée de corps consécutif à des suicides assistés, puisque ceux-ci donnent lieu à l'intervention de la police et du CURML. La tâche du médecin légiste consiste à s'assurer que le cadre mis en place soit respecté, s'agissant notamment du discernement de la personne suicidante et du respect des indications ayant conduit à la prescription d'une substance létale. Par conséquent, le médecin légiste pourra se trouver confronté à une situation que son collègue, en tant que président de la commission, aura déjà évaluée.

Autre écueil, l'alinéa 9 stipule que «dans les cas qui le justifient, la commission alerte immédiatement le Ministère public». Or le Ministère public est une autorité de poursuite pénale, et non une instance de prévention. S'il intervient, c'est uniquement parce qu'une infraction a été commise.

Pour toutes ces raisons, Mesdames et Messieurs, une très large majorité de la commission de la santé vous enjoint d'adopter ce projet de loi et donc d'abroger l'article 12A. Lors de nos travaux, un résultat de 10 oui contre 3 non et 2 abstentions a clôturé l'examen du texte. Je précise encore que nous avons auditionné Mme Samia Hurst-Majno, directrice de l'Institut Ethique Histoire Humanités de l'UNIGE, M. Jean-Jacques Bise et Mme Dominique Delannoy, de l'association Exit, de même que M. Olivier Jornot, procureur général. De manière unanime, ces intervenants ont soutenu le projet, c'est-à-dire la suppression d'un article qui pose problème et qui, dans la pratique, n'a jamais fonctionné. Merci de suivre la majorité, Mesdames et Messieurs, et d'en faire de même.

Mme Jocelyne Haller (EAG), rapporteuse de première minorité. Puisque vous avez certainement lu le rapport, Mesdames et Messieurs, je ne vous surprendrai pas en déclarant que la première minorité de la commission rejoint la majorité quant à l'opportunité de supprimer l'article 12A. Cependant, elle estime qu'un certain nombre de mesures supplémentaires doivent être ajoutées à la loi sur la santé, parce que d'autres problèmes demeurent non couverts.

Légiférer en matière d'assistance au suicide constitue une véritable gageure, tant sur le plan législatif qu'éthique. Or il faut que l'Etat garantisse l'application de la liberté de choisir de mourir dans la dignité, il s'agit d'un impératif auquel il ne doit pas pouvoir se soustraire. L'accompagnement et la surveillance restent des questions particulièrement sensibles sur lesquelles le législateur ne peut rester muet.

Au terme des travaux de la commission et de diverses auditions, il est apparu que la commission de surveillance en matière d'assistance au suicide telle qu'une majorité de ce parlement l'avait conçue... (Brouhaha.)

Le président. Un instant, s'il vous plaît. (Le président marque un temps d'arrêt en attendant que le silence se rétablisse.) Poursuivez.

Mme Jocelyne Haller. Merci. ...à travers l'article 12A n'est pas appropriée. Cependant, il est toujours nécessaire d'introduire un dispositif propre à permettre un contrôle de la pratique, énonçant par exemple le processus à suivre en cas de suspicion de non-respect de la volonté d'une personne appelée à mettre fin à ses jours ou en cas de doutes sur sa capacité de discernement. Le Conseil d'Etat a déposé le présent projet de loi pour abroger cette disposition et la commission de la santé l'a suivi.

Or les préoccupations qui ont prévalu lors de l'établissement de cet organe demeurent, notamment quant à la nécessité d'un deuxième avis médical, lorsqu'un doute survient sur la capacité de discernement de la personne candidate au suicide assisté ou sur sa capacité à faire entendre sa volonté. Les auditions ont de surcroît montré que la majeure partie des accompagnants ne bénéficient pas d'une formation spécifique à ce processus si particulier qu'est l'assistance au suicide. Certes, l'expérience permet de forger des compétences, mais l'expertise devrait être présente dès la première fois, et non se développer à l'usage.

La première minorité vous propose non seulement d'accepter la suppression de l'article 12A, mais également d'amender l'article 39A en instaurant trois nouveaux alinéas. Le premier indique que le suicide assisté est autorisé dans la mesure où il ne contrevient pas à l'article 115 du code pénal - une précision qui gagne à être rappelée en l'occurrence; le deuxième stipule qu'il est possible de requérir un second avis relatif à la capacité de discernement lorsqu'un doute se manifeste à cet égard; enfin, le dernier prévoit la mise sur pied d'une formation adéquate et certifiante à l'accompagnement des personnes en fin de vie pour les bénévoles des associations qui interviennent dans ce domaine. Si ces trois alinéas sont acceptés, les sept alinéas existants deviendront les alinéas 4 à 10.

Mesdames et Messieurs les députés, je vous invite à soutenir cet amendement. Je tiens encore à souligner, puisque le rapporteur de deuxième minorité vous présentera lui aussi une modification, que nous estimons tous deux qu'il n'y a pas de contradiction entre les propositions qu'il formule et celles que je viens de vous exposer, qu'elles sont même complémentaires. C'est pourquoi je vous recommande également de les accepter. Merci de votre attention.

M. Pierre Conne (PLR), rapporteur de deuxième minorité. Chers collègues, en 2018, notre Grand Conseil a décidé de légiférer sur l'assistance au suicide, tâche particulièrement ardue, nous le savions. Nous sommes ici aujourd'hui pour corriger une disposition que nous avions introduite à l'époque, qui, si elle visait à répondre à une vraie problématique, ne constitue pas la bonne manière de procéder.

Ce que je soulignerai en introduction, c'est que la minorité que je représente est également favorable à la suppression de l'article 12A instaurant une commission de surveillance; comme cela a été indiqué, ce n'est pas la réponse appropriée au problème que nous avions identifié. (Brouhaha.)

Le président. Un instant, s'il vous plaît. (Le président marque un temps d'arrêt en attendant que le silence se rétablisse.) Vos voix portent, Mesdames et Messieurs ! Poursuivez, Monsieur Conne.

M. Pierre Conne. Rappelons qu'en 2018, il s'agissait de faire en sorte que les personnes souhaitant se livrer à l'assistance au suicide ou en bénéficier dans les EMS et les établissements médicaux privés et publics y soient autorisées. Dans ce cadre, il avait été prévu que la pratique ferait l'objet d'une surveillance, puisqu'il est énoncé très clairement que le patient ou le résidant demandant un suicide assisté dans un EMS, un hôpital ou une clinique doit être capable de discernement, persister dans sa volonté de se suicider, souffrir d'une maladie ou de séquelles d'accident grave et incurable, et qu'en cas de doute quant à ces conditions, il est possible de solliciter l'avis d'un autre médecin ou d'une commission de surveillance.

Dès lors que nous instaurions un contrôle de l'assistance au suicide dans les EMS, les hôpitaux et les cliniques, il nous est apparu essentiel, pour garantir une égalité de traitement, que les suicides assistés ayant lieu à domicile soient soumis au même type de garde-fou. Si nous abandonnons la commission de surveillance puisque, selon la formulation de la disposition y relative, elle est impropre à répondre à ces exigences, que devons-nous faire ?

D'abord, rappelons que le problème persiste. Je tiens à citer certains propos de Mme Samia Hurst, professeure de bioéthique que nous avons auditionnée: «On peut avoir des doutes sur la capacité de discernement de la personne et il faudrait le cas échéant un deuxième avis. On peut avoir des doutes sur l'existence de pressions et, là aussi, un deuxième avis peut être opportun.» En effet, ce n'est pas tant dans les institutions, c'est-à-dire dans les EMS et les établissements médicaux privés et publics, que la question se pose, puisqu'il existe des mécanismes de surveillance, mais plutôt lorsque la pratique a lieu à domicile. Et de préciser: «Le problème qui visait à être réglé par la commission de surveillance» - que nous allons abroger - «demeure.» Je mentionne une dernière phrase qui relève un point important s'agissant de notre proposition, Mme Hurst a dit: «J'ai participé à des formations continues pour les bénévoles d'Exit et certains se demandaient ce qu'était la capacité de discernement.» D'ailleurs, la responsable d'Exit que nous avons entendue l'a admis: «Il n'existe pas de formation proprement dite des accompagnateurs [...]»

Nous en sommes donc là aujourd'hui. Mais alors que faire ? La situation est extrêmement délicate, parce qu'il s'agit vraiment de respecter la liberté de mettre fin à ses jours comme le droit pour quiconque d'offrir, sur une base volontaire, l'aide nécessaire à une personne voulant se suicider. En même temps, il ne faut surtout pas transformer cet acte altruiste en prestation médicale. On voit bien que le chemin sur lequel nous avançons est étroit et particulièrement tortueux. Cela étant, il nous apparaît indispensable que les activités d'assistance au suicide répondent à des critères de qualité et de sécurité, en rappelant que cela concerne des personnes en fin de vie, des familles qui se dirigent de toute façon vers un bouleversement, parce qu'il s'agit de moments éminemment difficiles.

Dès lors, que proposons-nous ? Un nouvel article 39B - c'est l'amendement que nous vous prions d'accepter tout à l'heure - intitulé «Assistance au suicide: charte d'éthique». Ce que nous demandons, c'est que toute personne morale active dans le domaine de l'assistance au suicide sur le territoire de la République et canton de Genève se dote d'une charte d'éthique, laquelle précise les modalités mises en place pour garantir que la personne bénéficiaire a exprimé son consentement de manière libre et éclairée, qu'elle n'est ni sous influence ni incapable de discernement, qu'elle est libre de solliciter un deuxième avis, d'exprimer ses doutes, cas échéant de changer son projet de suicide en tout temps. Voilà le premier point.

Second élément: les formations effectuées par les bénévoles ainsi que les conditions d'encadrement et de surveillance des personnes doivent être explicitées. Ce que nous voulons à travers cette disposition, c'est que toute association intervenant dans le domaine de l'assistance au suicide puisse exposer clairement les mesures mises en place pour garantir la liberté de choix de la personne, sa capacité de discernement de même que la qualité de formation de ses volontaires.

Voilà, Mesdames et Messieurs, je m'arrête là. Je vous remercie de suivre notre recommandation et de voter cet amendement. En réponse à ce qui a été mentionné tout à l'heure par notre collègue Mme Haller, je précise que nous soutiendrons également les modifications présentées dans le rapport de première minorité. Je vous remercie de m'avoir écouté.

Mme Marjorie de Chastonay (Ve). Mesdames et Messieurs les députés, lors de la présentation du projet de loi par le département, on nous a exposé les raisons de cette demande d'abrogation de l'article 12A de la loi sur la santé. Il s'agit surtout d'abandonner la commission de surveillance en matière d'assistance au suicide telle qu'instituée par l'alinéa 1 de cette disposition. Dans les faits, ce n'est pas une commission de surveillance, car elle ne dispose d'aucune compétence décisionnelle ni ne définit le cercle des personnes contrôlées. Cet organe a été créé sur la base d'excellentes intentions; toutefois, dans la pratique, elle est incapable de fonctionner et est source de nombreux problèmes.

Le présent texte vise donc la suppression de l'article 12A. Les Vertes et les Verts, tout comme la majorité de la commission de la santé, ont bien compris les problèmes que pose cette disposition actuellement. Sans parler des différentes souffrances, sans mentionner les bonnes intentions, sans rappeler les questions éthiques et personnelles sous-jacentes à la pratique de l'assistance au suicide, il est nécessaire de souligner que lorsque nous légiférons sur des sujets aussi sensibles, voire intimes, que le choix de l'assistance au suicide, il est fondamental, en amont, de nous montrer prudents et de veiller à ce que le résultat ne soit pas contreproductif ni inutile.

Aujourd'hui, il existe une protection suffisante qui consiste à mandater un médecin extérieur, le but étant d'avoir la certitude que la personne veut réellement mettre fin à ses jours. Par conséquent, comme il ne s'agit pas de provoquer des situations insensées, le plus simple est d'abroger cet article 12A. Les Vertes et les Verts soutiendront dès lors la suppression de cette commission qui ne s'est réunie qu'une ou deux fois et qui complexifie l'assistance au suicide sans forcément apporter de plus-value à la personne concernée ou à sa famille.

En conclusion, j'aimerais rappeler que dans les décisions à prendre en lien avec la fin de vie figure aussi l'option des soins palliatifs, qui ont fait des progrès. L'assistance au suicide doit rester un choix, un choix personnel; cela doit rester une liberté, une dernière liberté. Pour toutes ces raisons, les Vertes et les Verts accepteront ce projet de loi. Merci.

M. Bertrand Buchs (PDC). En préambule, je souligne que le parti démocrate-chrétien était à la base contre le fait de légiférer sur cette question, estimant que si on commençait à réglementer l'assistance au suicide, on risquait de rencontrer des problèmes d'application de la loi... (Brouhaha.)

Le président. Un instant, s'il vous plaît. (Le président marque un temps d'arrêt en attendant que le silence se rétablisse.) Mesdames et Messieurs, merci de tenir vos petits conciliabules à l'extérieur de la salle ! Poursuivez, Monsieur Buchs.

M. Bertrand Buchs. Merci beaucoup, Monsieur le président, je continue. Nous n'étions pas d'accord avec l'idée d'une loi sur l'assistance au suicide, partant du principe qu'on allait avoir de grandes difficultés d'abord à la rédiger, ensuite à la mettre en pratique. La preuve, c'est exactement ce qui s'est passé avec le texte que nous avons voté. Maintenant, la loi a été adoptée, je ne reviendrai pas sur cette commission de surveillance qu'il s'agit de supprimer, tout le monde s'accorde sur ce point.

J'aimerais en revanche évoquer les amendements déposés par les deux minorités, que le parti démocrate-chrétien soutiendra. Pourquoi ? Parce qu'on se rend compte que depuis les débuts de l'assistance au suicide, il y a une certaine... Comment dire ? Au départ, Exit travaillait d'une façon que je trouvais éthique, mais plus les années passent, plus il me semble que le fonctionnement de cette organisation tend, et c'est un propos personnel, à ressembler à celui d'une secte. Tout se passe extrêmement vite lorsqu'on accepte un candidat à l'assistance au suicide. Or il est vraiment important de mettre en place des contrôles, d'avoir la possibilité de solliciter un deuxième avis quand une personne souhaite mettre fin à ses jours. On n'écoute plus tellement les médecins traitants. En ce qui me concerne, j'ai souvent accompagné des gens avec Exit, mais depuis quelques années, on ne me demande plus mon avis de médecin traitant. En fin de compte, le processus se déroule de manière assez automatique: la personne devient membre d'Exit, dépose une demande qui est validée, et quelques jours plus tard, elle s'en va. Là, ça commence à me turlupiner, à me donner mauvaise conscience. Je pense qu'il faut instaurer des cadres légaux, et ceux présentés par les deux minorités me paraissent excellents. Merci dès lors de voter ce projet de loi avec les amendements des deux rapports de minorité.

Le président. Merci, Monsieur le député. Je passe la parole à M. Pierre Nicollier pour deux minutes.

M. Pierre Nicollier (PLR). Merci, Monsieur le président. Mesdames et Messieurs les députés, je ne reviendrai pas sur la suppression de l'article telle que proposée dans le projet de loi, parce qu'elle fait l'unanimité, le rapporteur de majorité l'a très bien expliqué. Je souhaite souligner que durant nos travaux de commission, nous avons entendu des témoignages indirects de médecins indiquant que leurs patients «avaient été suicidés» - c'est le terme employé - sans qu'ils soient au courant, et ils étaient sûrs qu'on aurait pu procéder autrement.

Le fait d'éliminer des voies de recours qui ne fonctionnent pas est une bonne chose, tout le monde s'accorde là-dessus. Toutefois, il est primordial de cadrer également l'assistance au suicide qui a lieu hors d'une institution. Nous avons besoin de garde-fous pour éviter les dérives et faire en sorte que cette pratique perdure en toute sécurité. Le cadre ne doit pas être différent pour les personnes au sein d'un établissement de soins et pour celles qui sont à la maison. Je vous invite donc à voter les amendements que les deux rapporteurs de minorité ont déposés et vous remercie par avance de votre soutien.

Le président. Merci bien. Madame Sylvie Jay, c'est à vous pour trente secondes.

Mme Sylvie Jay (PLR). Merci, Monsieur le président. J'informe simplement cette assemblée qu'en vertu de l'article 24, je ne prendrai pas position sur cet objet. Merci.

M. Thomas Bläsi (UDC). Je ne reviendrai pas sur tout ce qui a été évoqué. Le groupe UDC votera l'abrogation de l'article 12A eu égard au fait que cette commission de surveillance ne s'est réunie qu'une ou deux fois et n'a pas démontré son utilité. S'agissant de l'amendement proposé par le PLR et de celui présenté par Ensemble à Gauche, ils vont finalement dans le même sens, instaurant tous deux une formation et la possibilité de deux avis médicaux afin d'avoir une certitude concernant la capacité de discernement des personnes. L'UDC acceptera l'amendement PLR ou celui d'Ensemble à Gauche, au choix. Merci beaucoup.

Le président. Je vous remercie. La parole revient à M. Charles Selleger pour deux minutes.

M. Charles Selleger (HP). Merci, Monsieur le président. Je ne serai pas très long. J'aimerais insister sur le fait que si le droit au suicide est une chose, le droit à l'assistance au suicide en est une autre. Personne ne conteste la liberté que détient tout un chacun de mettre fin à ses jours, mais quand on entre dans un processus actif d'assistance, il faut prendre des précautions, et ce n'est pas toujours le cas, d'après ce qu'on peut comprendre, d'après ce qu'on a lu dans la presse, de la principale société active dans ce domaine, c'est-à-dire Exit.

Je prendrai deux exemples. Lorsqu'on interroge les dirigeants d'Exit quant à la légitimité ou non d'apporter une assistance au suicide en fonction de l'âge du suicidant, on ne nous répond jamais. J'ai le souvenir d'une émission de télévision où la question a été posée quatre fois au docteur Beck, et à quatre reprises, celui-ci a détourné le sujet et s'est arrangé pour ne pas y donner suite.

Maintenant, une autre chose est extrêmement importante, c'est la capacité de discernement. Il ne s'agit pas d'une disposition qui suit une logique du tout ou rien, c'est un continuum: les gens peuvent être plus ou moins capables de discernement selon les moments, et il faut vraiment veiller à ce que toute personne susceptible de mettre en doute la légitimité d'une demande puisse recourir.

Dans ce sens-là, je pense qu'il faut soutenir l'amendement de Mme Haller tout comme celui déposé par le PLR. Quant à la suppression de la commission de surveillance, je suis tout à fait d'accord: il faut le faire, puisqu'elle ne peut pas fonctionner correctement. Je vous remercie, Monsieur le président.

Mme Jocelyne Haller (EAG), rapporteuse de première minorité. Qu'on s'entende bien: il ne s'agit pas ici de faire le procès d'Exit. Chacun a une opinion à ce propos et certains l'ont exprimée, mais ce n'est pas l'intention, me semble-t-il, des rapporteurs de minorité. Nous souhaitons simplement garantir qu'un certain nombre de cautèles soient mises en place et appliquées en ce qui concerne la liberté de mourir - il faut bien faire une différence entre le droit de mourir et la liberté de mourir. En l'occurrence, il convient d'instaurer des garde-fous permettant de protéger les personnes qui feraient ce choix pour s'assurer qu'en tout temps, leur volonté soit respectée. Voilà de quoi il est question.

Il y a sans doute un tas de points dont nous pourrions débattre s'agissant du suicide assisté, mais aujourd'hui, de manière assez limitative, je dirais, le projet de loi du Conseil d'Etat vise uniquement la suppression de la commission de surveillance. Certes, cela répond également à une préoccupation de notre parlement et nous avons accepté l'abrogation de cette disposition parce que malheureusement, telle que libellée, elle est peu appropriée, mais nous voulons tout de même faire en sorte que l'esprit qui a prévalu lors de l'instauration de cette mesure soit conservé, et c'est la raison d'être des modifications que nous présentons.

Il y a d'abord celle sur la formation des accompagnants d'Exit. Un déficit en la matière est en effet apparu - les représentants de l'association l'ont totalement admis -, un déficit qui doit être comblé. Ensuite, il est nécessaire de substituer à la commission de surveillance un instrument offrant la garantie que la personne soit réellement entendue et que ses souhaits soient observés, et c'est ce qui vous est proposé au travers d'un second avis médical.

Mesdames et Messieurs, je vous encourage à accepter les différents amendements déposés par les deux minorités; vous ne prenez pas un grand risque, si ce n'est celui de vous montrer encore plus prudents dans un domaine extrêmement sensible. Je vous remercie de votre attention.

Le président. Merci, Madame. La parole retourne à M. Sylvain Thévoz pour une minute quarante-quatre.

M. Sylvain Thévoz (S), rapporteur de majorité. Merci, Monsieur le président. Je m'exprimerai sur les amendements, en commençant par celui d'Ensemble à Gauche. L'alinéa 1 de l'article 39A stipule, selon l'amendement: «Le suicide assisté est autorisé pour autant qu'il ne contrevienne pas à l'article 115 du code pénal.» Je vous suggère de refuser cette proposition, Mesdames et Messieurs, car elle est redondante: l'article 115 du code pénal s'applique de toute façon dans ce domaine, il ne semble dès lors pas nécessaire de le rappeler dans la loi sur la santé.

Voici le deuxième alinéa: «Un second avis médical peut être requis par toute personne qui, connaissant l'existence d'un projet d'assistance au suicide [...]» Cette disposition est dangereuse, parce que dans le cas où la famille ou les proches s'opposent au désir de mourir d'une personne - souvenez-vous, une affaire de ce genre a été médiatisée -, eh bien vous bloquez le processus, c'est-à-dire qu'il faut convoquer un deuxième médecin, relancer une procédure. On parle de gens endurant des souffrances extrêmes, les délais sont parfois très courts, et par ce biais, vous empêchez, et c'est peut-être la ligne de crête évoquée par M. Pierre Conne tout à l'heure, la volonté de ces personnes de se réaliser. Cet alinéa n'est pas anodin, il entraîne au contraire des risques susceptibles d'entraver la liberté dont dispose tout un chacun... (Le président agite la cloche pour indiquer qu'il reste trente secondes de temps de parole.) ...de choisir la manière de mettre fin à ses jours. Je vous suggère également de le rejeter.

Enfin, je passe au troisième alinéa: «Les bénévoles intervenant dans le processus de fin de vie lors d'un suicide assisté sont au bénéfice d'une formation ad hoc certifiante.»

Le président. Merci...

M. Sylvain Thévoz. Je peux prendre sur le temps de mon groupe ?

Le président. Non, il vous reste quinze secondes en tout et pour tout.

M. Sylvain Thévoz. Mais mon parti ne s'est pas encore exprimé.

Le président. Vous avez utilisé la totalité du temps à disposition.

M. Sylvain Thévoz. Alors je recommande encore le refus de ce dernier alinéa, parce qu'il est flou, on ne sait pas exactement en quoi consiste une formation ad hoc certifiante. Quant à l'amendement du PLR...

Le président. Merci, Monsieur...

M. Sylvain Thévoz. ...introduisant une charte d'éthique... Laissez-moi finir, Monsieur le président ! ...là aussi, sa place n'est pas dans la loi sur la santé. Il précise avec excès...

Le président. C'est terminé, Monsieur.

M. Sylvain Thévoz. Je conclus là-dessus ! ...des éléments qui ne sont pas forcément utiles. Merci.

Le président. Bien, je vous remercie. Monsieur Pierre Conne, vous avez demandé la parole ? (Remarque.) Oui ? Parce que vous ne disposez plus que de vingt secondes. Allez-y.

M. Pierre Conne (PLR), rapporteur de deuxième minorité. Merci, Monsieur le président. Je souhaite juste rappeler que l'assistance au suicide dans les EMS et les hôpitaux se fait sous seing privé, et la cautèle que nous prévoyons avec un deuxième avis médical vise à ce que les choses se passent de la même manière à domicile. Si on n'instaure pas cette disposition, on crée une inégalité de traitement.

Le président. Je vous remercie et je rends la parole à M. Bertrand Buchs pour une minute et cinquante-cinq secondes.

M. Bertrand Buchs (PDC). Oui, merci, Monsieur le président, je serai bref. Vu l'évolution des débats et le fait que nous n'avons jamais discuté des amendements en commission, puisque nous avions voté le projet de loi et que ceux-ci figurent dans les rapports de minorité, je propose un renvoi à la commission de la santé.

Des voix. Oh non !

Une voix. Quelle bonne idée !

Une autre voix. Oui, il a raison. (Commentaires.)

Le président. Un instant, s'il vous plaît ! (Le président marque un temps d'arrêt en attendant que le silence se rétablisse.) Nous sommes saisis d'une demande de renvoi à la commission de la santé. Madame Jocelyne Haller, à vous.

Mme Jocelyne Haller (EAG), rapporteuse de première minorité. Je vous remercie, Monsieur le président. Nous n'avons peut-être pas formellement voté sur ces dispositions, mais je rappelle aux membres de la commission que ces éléments sont apparus dans les discussions parce qu'ils ont été amenés par des auditionnés, donc soutenir qu'on les découvre aujourd'hui me paraît quelque peu hasardeux.

Cela étant, je trouve particulièrement dommage de renvoyer ce projet de loi en commission. Le débat a été mené, nous avons procédé à un certain nombre d'auditions et si nous en tenons de nouvelles, les intervenants nous diront la même chose. Cela permettra éventuellement à quelques députés de se forger une opinion sur le sujet, mais la chose est déjà entendue.

J'aimerais insister sur ce que vient d'indiquer M. Conne, à savoir que hormis la question de la formation, nous proposons simplement d'élargir à la pratique du suicide assisté à domicile les conditions qui sont appliquées dans les établissements médicaux. Il ne s'agit pas d'être plus royaliste que le roi, d'imposer des mesures plus contraignantes chez les gens, mais de veiller à ce que leur volonté soit clairement établie. Et lorsqu'un doute survient - ce n'est pas systématique, mais si c'est le cas -, alors nous devons pouvoir opérer un contrôle. Il n'est pas question de reprendre le processus à zéro, mais bien de s'assurer que toutes les précautions ont été prises pour respecter la décision de la personne. Voilà ce qui nous importe.

M. Sylvain Thévoz (S), rapporteur de majorité. S'agissant du renvoi en commission, Mesdames et Messieurs, je vous invite à le refuser. L'article 12A avait été introduit un peu à l'arrache dans le projet de loi initial, et on constate après quelques années seulement, puisqu'il date de 2018, qu'il n'a pas fonctionné. Il faut donc le retirer. Il en va de même des amendements que vous découvrez aujourd'hui pour certains. J'espère avoir fait la démonstration auparavant qu'ils sont soit inutiles, soit potentiellement nocifs pour les personnes qui auraient le désir de mourir, et je vous recommande de tous les rejeter, puis de supprimer l'article 12A comme le demande le Conseil d'Etat afin que le droit de mourir dans la dignité soit préservé et simplifié, afin que celles et ceux qui souhaitent en bénéficier puissent le faire.

Un commentaire encore sur l'assistance au suicide, parce qu'on a entendu des propos assez durs sur Exit: les critères d'entrée sont stricts, ce n'est ni une secte, Monsieur Buchs, ni un «open bar» où on peut débarquer et se suicider avec du penthotal trois jours après. Il faut être membre de l'association, domicilié en Suisse, majeur, faire preuve d'une capacité de discernement, être atteint d'une maladie incurable, ce qui est vérifié par un médecin, et à tout moment, les personnes peuvent renoncer à aller au terme de leur projet. Ces conditions sont posées par l'association même afin de garantir une sécurité, puisqu'il ne s'agit pas de morts naturelles. D'ailleurs, une enquête de police a toujours lieu, et à ce jour, aucun cas n'est remonté d'un décès qui aurait été, comme certains l'ont évoqué, contraint, forcé, où le libre arbitre de la personne aurait pu être influencé par des proches.

Ainsi, cette prévenance ne procède pas de l'existence réelle, concrète, avérée d'une problématique, elle est le fruit d'un souci qui, comme je l'ai dit, constitue un facteur potentiellement aggravant pour les personnes souhaitant opérer un suicide assisté et donc un risque de les maintenir dans leurs souffrances. Par conséquent, je vous propose de refuser ces amendements.

Le président. Merci. Je cède enfin la parole à M. le conseiller d'Etat Antonio Hodgers sur le renvoi en commission. (Remarque.) Non ? Alors... Monsieur Conne ? (Remarque.) Mais c'est vous qui avez formulé la demande !

Des voix. Non, c'est M. Buchs.

Le président. Ah, toutes mes excuses: plein de choses se passent, je suis un peu inattentif ! Monsieur Conne, je vous redonne la parole.

M. Pierre Conne (PLR), rapporteur de deuxième minorité. Oui, Monsieur le président, merci. Pour ma part, je m'étonne de l'hémiplégie mentale du rapporteur de majorité, parce que le dispositif qu'il considère comme absolument nécessaire dans les EMS, cliniques et hôpitaux, il le décrit comme nocif ou inutile à domicile. C'est soit de la mauvaise foi, soit de l'ignorance, mais en tous les cas, j'en suis extrêmement surpris, voire déçu. Monsieur le rapporteur, vous soutenez que les garde-fous que nous offrons pour l'assistance au suicide à domicile, lesquels existent déjà dans les institutions, sont néfastes; pourquoi vous apparaissent-ils comme impératifs dans les établissements médicaux, mais superflus et nuisibles à la maison ? Je dois dire que vous jouez à un jeu extrêmement dangereux.

D'accord, nous avons adopté l'article 12A «à l'arrache», pour reprendre vos termes, mais alors je vous suggère de ne pas le supprimer «à l'arrache». Compte tenu de l'évolution des débats, du fait qu'il n'y a pas d'urgence, puisque la disposition actuelle est suspendue, que la présidente de la commission ne nous a pas laissé le temps de présenter nos amendements, qu'elle a mis le texte aux voix parce qu'elle savait qu'une majorité se dessinerait en séance pour l'accepter avant que nous déposions nos amendements, que nous nous retrouvons aujourd'hui avec des propositions essentielles pour garantir l'égalité de traitement de toutes les personnes bénéficiant de l'assistance au suicide dans le canton, que celles-ci soient à domicile, en EMS ou dans les hôpitaux, je pense qu'un renvoi en commission est le bienvenu. Nous pourrons ainsi réexaminer le texte, reprendre cette question sur un mode bien plus paisible.

S'il vous plaît, Mesdames et Messieurs, ne nous précipitons pas maintenant pour voter. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de malentendus, notamment entre le rapporteur de majorité, que je respecte, et moi-même par rapport à ce que je viens d'indiquer, donc je vous encourage à renvoyer ce projet de loi en commission; nous poursuivrons nos discussions là où nous en sommes actuellement, nous étudierons les amendements et reviendrons vers vous de manière plus sereine pour vous soumettre un projet finalisé. Merci.

Une voix. Bravo ! (Applaudissements.)

Le président. Je vous remercie. Mesdames et Messieurs, je soumets à vos voix la demande de renvoi en commission.

Mis aux voix, le renvoi du rapport sur le projet de loi 12530 à la commission de la santé est adopté par 46 oui contre 40 non. (Commentaires pendant la procédure de vote. Brouhaha.)

Le président. Un instant, s'il vous plaît ! (Commentaires.) Un certain nombre de propos relativement virulents ont été tenus, donc je céderai d'abord la parole à M. Sylvain Thévoz pour la mise en cause. Vous avez trente secondes, Monsieur. (Exclamations.)

Une voix. Quoi ?!

Des voix. Mais on a voté !

M. Sylvain Thévoz. Je renonce, Monsieur le président.

Une voix. Bravo !

Le président. Très bien. Madame Marjorie de Chastonay, c'est votre tour. (Brouhaha.)

Des voix. Chut !

Mme Marjorie de Chastonay (Ve). Je vais profiter de l'occasion d'avoir le micro...

Une voix. Mais c'est renvoyé en commission !

Mme Marjorie de Chastonay. Oui, mais j'avais demandé la parole bien avant.

Des voix. C'est renvoyé en commission ! (Commentaires.)

Mme Marjorie de Chastonay. Je ne sais pas, moi, on me donne la parole...

Le président. S'il vous plaît ! Un instant ! Cela n'a aucun impact sur le vote, c'est en rapport avec la mise en cause.

Mme Marjorie de Chastonay. Ah !

Le président. Laissez Mme de Chastonay s'exprimer.

Mme Marjorie de Chastonay. Eh bien je ne me sens pas du tout mise en cause, parce que je n'étais pas présidente... (Rires. L'oratrice rit.)

Le président. D'accord, merci.

Mme Marjorie de Chastonay. ...et que ce n'était pas une femme qui présidait la commission de la santé, mais un homme !

Des voix. Un homme PLR !

Le président. D'où la confusion.

Une voix. C'était Nicollier !

Une autre voix.  Ça figure dans le rapport ! (Rires. Brouhaha.)