Présentation de travaux de stages géomatiques (différents thèmes)

Date: 
Mardi, 3 Septembre, 2019 - 08:30 - 12:00
Lieu: 
Rue des Gazomètres 3, salle Galiléo, 3ème étage

Inscription gratuite mais obligatoire en bas de page

Programme

  • 8h30 - Introduction
  • 8h40 - Le système d’information géographique au service de l’organisation d’un évènement public – CERN Open Days 2019  (Mme Sarah El Assaoui  - CERN)
  • 9h00 - Géolocalisation et suivi des policiers pendant le marathon de Genève avec GeoEvent (M. Philippe De Pol – OCSIN et Police)
  • 9h20 - Indicateurs environnementaux de suivi des parcelles culturales genevoises à l'aide du Swiss Data Cube  (M. Alexander Folz - OCAN)
  • 9h40 - Création d'un graphe hydrographique transfrontalier comme donnée de référence transfrontalière à grande échelle  (M. Maxime Capponi – DIT)
  • 10h00 - Pause café
  • 10h30 - Année de construction des bâtiments : un jeu de piste à travers les bases de données  (M. Alexandre Bellwald - DIT)
  • 10h50 - Automatisation de création en 3D des plans de synthèse pour les demandes d’autorisation de construire  (Mme Zora Oswald – HKD Géomatique SA)
  • 11h10 - Transfert dans le SI Eau des mesures physico-chimiques dans les cours d'eau  (M. Pablo Lormand – OCEau)

Ce programme est susceptible d'évoluer.

8h30 : Introduction
 

8h40 : Le système d’information géographique au service de l’organisation d’un évènement public – CERN Open Days 2019

  • Mme Sarah El Assaoui
  • CERN

Qu’ils soient visiteurs ou parties prenantes à l’organisation des CERN Open Days 2019, chaque acteur s’attache à capter une ressource essentielle : l’information. L’information géographique peut être exploitée au travers d’un géoportail dans lequel l’information éphémère liée à l’organisation d’un évènement particulier côtoie l’information pérenne du site. Plateforme privilégiée de partage d’information, le géoportail repose sur une volonté d’échange. En ce sens, il constitue non seulement un point de rencontre entre l’offre et la demande d’information, mais aussi un formidable outil de communication destiné à des utilisateurs aussi bien débutants que chevronnés. Par l’intermédiaire de la localisation d’infrastructures ou de tout autre objet, ce n’est pas uniquement le partage d’information mais c’est aussi la planification des besoins matériels exprimés par chacun qui est assurée. 

 

9h00 : Géolocalisation et suivi des policiers pendant le marathon de Genève avec GeoEvent

  • M. Philippe De Pol
  • Etat de Genève - OCSIN et Police

Le marathon de Genève a eu lieu le 12 mai 2019. C'est l’un des plus beaux et des plus rapides marathons en Europe. Pour cet évènement les policiers encadrent la course de façon à en assurer la sécurité.

L'objectif du stage était d'utiliser les produits Esri, GeoEvent et ArcGIS Entreprise pour géolocaliser les policiers, de façon à connaitre en temps réel leurs positions et ainsi éviter les communications inutiles. Le stage a concisté à développer un flux Géoevent permettant de recevoir les données, modifier l'application sur les smartphones des policiers permettant d'envoyer les données, configurer la carte permettant la visualisation et sécuriser de la solution (infrastructure et téléphones).

 

9h20 : Indicateurs environnementaux de suivi des parcelles culturales genevoises à l'aide du Swiss Data Cube

  • M. Alexander Folz
  • Etat de Genève - OCAN

Depuis 2017, les exploitations agricoles genevoises au bénéfice de paiements directs ont l'obligation de géoréférencer chaque année les surfaces exploitées en renseignant notamment le type de culture principale. Le but de ce stage est d'étudier dans quelle mesure l'importation de cette couche dans le Swiss Data Cube permettrait d'apporter une plus-value à cette géodonnée inédite dans l'optique de servir aux exploitants.

 

9h40 : Création d'un graphe hydrographique transfrontalier comme donnée de référence transfrontalière à grande échelle

  • M. Maxime Capponi
  • Etat de Genève – DIT

Dans un contexte transfrontalier tel que le Grand Genève, il est apparu nécessaire de disposer d'un socle commun de données de référence transfrontalières à grande échelle (RTGE), constitué par agrégation de géodonnées existantes dans les différentes administrations des territoires concernés. La nécessité de disposer d'un graphe hydrographique transfrontalier représentant l'axe des cours d'eau dans la région du Grand Genève est manifeste depuis quelques années, notamment pour la réalisation de cartes régionales (numériques ou papier) de qualité homogène de part et d’autre des frontières, utilisées dans les nombreux projets de gestion et développement territorial dans la région.

La plus grande difficulté que constitue la mise en œuvre d'un tel socle provient de la disparité des différentes sources de données et notamment de leur modélisation. Ainsi, un groupe de travail GeoAgglo "Hydro" a mis en œuvre et validé un nouveau modèle minimal commun et a effectué un important travail sur la connexion des tronçons en frontière, conjointement avec l'IGN.

Le sujet du présent stage conciste à la création du graphe hydrographique lui-même à partir des données existantes.

 

10h00 : Pause café

 

10h30 : Année de construction des bâtiments : un jeu de piste à travers les bases de données

  • M. Alexandre Bellwald
  • Etat de Genève – DIT et OCStat

Le Canton de Genève cherche à garantir l'information liée aux dates de construction de tous les bâtiments de son territoire. Cette information permettra de fiabiliser les données transmises à l'office fédéral de la statistique (OFS) dans le cadre de l'extension du Registre fédéral des Bâtiments et des Logements (RegBL) à tous les bâtiments du canton mesurant une surface au sol de plus de 6m2.

En effet, l'année de construction des bâtiments n'est actuellement renseignée que pour une dizaine de pourcent des entités. Cette information permettrait alors d'accompagner favorablement toutes les demandes de citoyens dans de nombreuses démarches administratives. Dans un même temps, elle offrira une donnée utile à de nombreux domaines d'activité professionnels comme l'architecture, l'urbanisme, la statistique ou encore la recherche.

Pour pister l'information, tous les moyens sont bons : autorisations de construire, dossiers de cadastration, orthophotos et LIDAR, études historiques du patrimoine et sites, etc. Entrecouper les informations pour les vérifier, s'assurer de l'étendue temporelle des bases de données, hiérarchiser les sources par le biais d'un indice de fiabilité sont autant de processus incontournables qui permettront d'obtenir une estimation de l'année de construction.

 

10h50 : Automatisation de création en 3D des plans de synthèse pour les demandes d’autorisation de construire

  • Mme Zora Oswald
  • HKD Géomatique SA

Genève, ville pionnière dans l’utilisation de données du territoire en 3D, voit depuis quelques années, arriver dans le secteur de la construction de nombreuses maquettes numériques BIM (Building Information Modeling). En effet, architectes, ingénieurs et géomètres collaborent autour de cette méthodologie BIM pour préparer leur projet (rénovation, construction neuve, …), le présenter au public grâce à des niveaux de rendus de plus en plus réalistes et enfin, suivre leur exécution.

L’ingénieur géomètre officiel est aujourd’hui en charge de fournir les documents nécessaires au dépôt des autorisation de construire afin de garantir entre autres le respect du projet par rapport aux niveaux du terrain naturel et aux gabarits légaux fixés par la LCI. Dans le cadre de ce travail, tous les documents produits sont des documents 2D (plans, coupes, façades) alors qu’il dispose de données complètes en 3D via la maquette BIM, les relevés tridimensionnels du terrain et les différentes données fournies par le SITG.

Il y a un intérêt certain à exploiter la maquette BIM comme un objet 3D à part entière pour l’analyse foncière et légale dans le cadre des dossiers d’autorisations de construire. Ainsi, l’objectif de ce stage était de mettre en place un outil SIG à des fins de contrôle d’un modèle BIM dans le cadre de la production de documents pour autorisation de construire.

 

11h10 : Transfert dans le SI Eau des mesures physico-chimiques dans les cours d'eau

  • M. Pablo Lormand
  • Etat de Genève - OCEau

Illustration cours d'eauL’office cantonal de l’eau (OCEau) effectue un contrôle systématique et continu de la qualité physico-chimique et biologique des cours d'eau genevois et du Petit Lac. Pour ce faire, des prélèvements mensuels sont effectués sur un certain nombre de stations et, pour chaque échantillon, 47 paramètres sont déterminés en laboratoire. Les données sont renseignées dans un tableau Excel et des paramètres et indices sont calculés, permettant une catégorisation sur une échelle de qualité prédéfinie. 

Le travail de stage a permis une optimisation, une automatisation et une modernisation (passage d'Excel à ArcGIS) du processus, du terrain jusqu'à la publication des résultats sur le SITG et dans les bases de données métier, afin d'en augmenter la fiabilité et l'efficience. 

L'un des gros enjeux du stage a été la compréhension du processus, des acteurs et de leurs besoins, traduits du point de vue géomatique par la réalisation d'un modèle FME et d'un script Python.

 

Carte

Inscriptions - Espace public

CAPTCHA
Protection anti-robots
2 + 3 =
Veuillez SVP entrer le résultat de cette opération. Par ex. pour 1 + 3, le résultat est 4.