Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Rue TOLSTOÏ

En mémoire de Léon TOLSTOÏ, romancier et moraliste russe

Rue TOLSTOÏ

Description

Un des plus grands de la littérature mondiale, Léon Nikolaievitch, comte de Tolstoi, naquit à Iasnaia-Poliana (Russie) en 1828. Orphelin de bonne heure, il eut pour précepteur un français qui lui fit lire Voltaire et Rousseau.

Il abandonna l'Université en 1847 et se fixa au lieu de sa naissance dans le dessein d'être utile aux paysans. Mais cette première tentative ne réussit pas. En 1851, il partit pour le Caucase où il fut nommé sous-lieutenant d'artillerie. Sa première oeuvre "Enfance" fut écrite et publiée en 1852. Pendant la guerre d'Orient, il se distingua sous Sébastopol et fut nommé commandant de division.

Puis il séjourna à Saint-Petersbourg, publiant coup sur coup : "Jeunesse", "La matinée d'un pomestchilk". Il visita l'étranger en 1858, notamment la Suisse et passa quelques semaines à Genève au printemps 1857.Quelques-uns de ses écrits politico-religieux furent imprimés à Genève, parce qu'interdits de parution en Russie. En Suisse, il marqua fortement le socialisme religieux et le pacifisme.

Il fonda à Iasnaia-Poliana une école modèle pour les paysans, une revue pédagogique et fut nommé juge de paix.Il écrivit alors ses deux sommets, "Guerre et Paix" (1864-1869) et "Anna Karénine" (1873-1876).

Après une terrible crise morale qu'il a raconté dans "Ma confession", il a abandonné le monde, renonça à ses biens, se mit à cultiver la terre et à travailler de ses propres mains. En dépit de son travail manuel, il ne quitta pas la plume et écrivit encore de nombreux ouvrages dont "La Sonate à Kreutzer" et "Résurrection":

Ses oeuvres philosophiques et morales lui valurent les foudres de l'Eglise russe qui l'excommunia en 1901, comme athée.

En 1910, il quitta secrètement la maison pour aller vivre dans la solitude. Mais il ne résista pas et mourut d'une congestion pulmonaire.

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Avenue des Tilleuls / Rue Charles-GIRON

Anecdotes

Carte