Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Parc de la Comtesse-de-Saint-Bon

honore la mémoire de la Comtesse de Saint-Bon, Marie-Thérèse de Hauteville (1851-1943).

Parc de la Comtesse-de-Saint-Bon

Description

Cette dénomination honore la mémoire de la Comtesse de Saint-Bon, Marie-Thérèse de Hauteville (1851-1943).

Elle est la fille des nobles d'origine française, Jacques de Hauteville (1810-1859) et Hélène Perrault-de-Jotemps (château de Feuillasse). La famille vit une partie du temps dans son domaine de Mategnin (futur campagne Ste-Cécile) où grandit Marie-Thérèse.

En 1875, elle épouse le comte Alexis Pacoret de Saint-Bon, de Villard-Léger (Savoie). Le couple, sans enfant, alterne séjours au château de Villard-Léger et dans la propriété meyrinoise héritée des parents de Marie­Thérèse.

Figure connue de Meyrin, sous le nom de "Mme de Saint-Bon", Marie-Thérèse Pacoret de Saint-Bon, femme pieuse et amatrice de musique et de chant, s'occupe à Meyrin d'un groupe de jeunes filles catholiques (cours de chant, d'ouvrages). Chaque année à l'Ascension, elle mettait le parc de sa propriété, où se trouvait une statue de la Vierge, à disposition de la paroisse catholique pour un pèlerinage.

Elle a baptisé sa propriété "Sainte­Cécile" en l'honneur de la patronne des musiciens. Si la propriété a été détruite lors de la construction de la Cité, son nom perdure dans une rue de Meyrin proche du lieu où elle se trouvait. Mme de Saint-Bon était également vice-présidente de la Société des Vieillards français, qui possédait et gérait la maison de retraite du château de Feuillasse.

La Comtesse de Saint-Bon est décédée en 1943 ; elle est enterrée aux côtés de son mari au cimetière de Meyrin-Village où sa sépulture existe toujours.

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

à l'espace public situé le long de l'avenue de Vaudagne à l'angle de la rue de la Campagne-CHARNAUX, en face de l'auberge communale.

Anecdotes