Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Avenue Léonard-SISMONDI

En hommage à Jean-Charles Sismondi, économiste, historien et professeur

Avenue Léonard-SISMONDI

Description

Chêne-Bougeries a voulu honorer son plus illustre représentant, en donnant son nom à cette avenue.
Le célèbre économiste et historien Jean-Charles Sismondi (1773-1842) est né et a vécu dès 1821 sur sa propriété du "Tournant", dans la maison qui, aujourd'hui, abrite la mairie de la commune.
Bien que ce savant ait prétendu avoir des origines toscanes en italianisant son nom, la famille Simonde était originaire du Dauphiné et avait accédé à la bourgeoisie de Genève à la fin du XVIIe siècle.
Léonard Sismondi commença sa formation à Lyon, où il passa quelques années en apprentissage dans une banque. Fuyant les troubles de la Révolution, il quitta la France et l'Angleterre puis la Toscane où il s'intéressa à l'agriculture; il publia d'ailleurs à Genève, peu après, son premier texte, "Tableau de l'agriculture toscane"(1801).
Ses intérêts pour l'économie s'affirment, et deux ans plus tard il rédige son "Traité de la richesse commerciale" qui le rendra célèbre dans toute l'Europe. Ses réflexions modernes sur les phénomènes économiques et les conditions de travail des ouvriers lui permette de jouer un rôle important comme secrétaire de la Chambre de commerce à Genève où il contribue à l'élaboration des lois de protection ouvrière. Devinant les conséquences morales et matérielles de la révolution industrielle, Léonard Sismondi développe ses idées en accordant toujours la primauté au social sur l'économique. Cet intérêt pour l'homme fut d'ailleurs une de ses préoccupations constantes et bientôt il ressentit le besoin de doubler ses théories économiques de réflexions philosophiques et morales. C'est ainsi que, par ses oeuvres et ses relations avec le monde littéraire et savant de son temps, Léonard Sismondi se forgea une réputation de philosophe et d'historien qui dépassa largement le cadre de son pays.
Bien que le Gouvernement français lui ait offert une chaire au Collège de France et à la Sorbonne, il préféra demeurer à Genève, où il fut nommé professeur de philosophie et d'histoire à l'Académie; en 1812, il donna un cours sur la littérature du Midi européen qui eut un succès tel, que les éditeurs en firent trois réimpressions successives.
La rayonnement intellectuel de Léonard Sismondi fit de sa maison de Chêne-Bougeries le rendez-vous de nombreux esprits éclairés de son temps; tous les jeudis, il tenait un salon où se trouvaient des voyageurs et des émigrés de tous les pays européens, où des écrivains tels que Chateaubriand côtoyaient des savants et des érudits, ou encore des hommes politiques comme Louis-Napoléon. Le salon de Sismondi représenta un point de rencontre important pour les Italiens qui considéraient l'auteur de l"Histoire des républiques italiennes au Moyen Age" comme l'un des pères du Risorgimento et du patriotisme italien.
Ce texte est resté l'un des plus célèbres de Léonard Sismondi, dont il faut également citer l' "Histoire des Français", "les Nouveaux principes de l'économie politique" et son "Histoire e la chute de l'Empire romain".

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Artère partant du débouché du chemin de Grand-Falquet sur la route Jean-Jacques-RIGAUD et aboutissant au chemin de la Montagne.

Anecdotes

Carte