Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

9. Première "période française". Rousseau à Annecy, puis aux Charmettes (1729-1737)

Après son retour de Turin, Jean-Jacques Rousseau passe une dizaine d’années auprès de Madame de Warens, entre Annecy et Chambéry.

Annecy est depuis le Moyen-Age étroitement liée à Genève, qui, au milieu du XVe siècle, avait bien failli être incorporée à l’Etat savoyard. Après les événements de 1536, qui consacrèrent l’indépendance politique et religieuse de Genève, Annecy est le centre de la Contre-Réforme pendant tout le XVIIe siècle. L’évêque a quitté Genève en 1533 déjà et le siège de l’évêché est installé définitivement à Annecy en 1569. Au début du XVIIIe siècle, la cité est le centre administratif de la province savoyarde du Genevois.
 

AEG, Bibliothèque, 593
Vue d’Annecy au XVIIe siècle, tirée du
Theatrum Sabaudiae (AEG, Bibliothèque, 593)

Pour le jeune Rousseau, ces années annéciennes sont également une période de voyages, toujours à pied, en particulier un long périple en Suisse entre 1730 et 1731. Puis, après un premier séjour à Paris, il se fixe à Chambéry, à proximité de sa bienfaitrice.

Il passe par Genève en 1732 et ressent un «vif regret» d’avoir abandonné sa patrie. Au cours de ce même périple, il visite rapidement son père à Nyon et donnera dans ses Confessions un récit sentimental bien éloigné de la réalité de l’accueil reçu, tel qu’il apparaît dans sa correspondance.

A Annecy, Rousseau se trouve immergé dans un milieu culturel, social et religieux complètement différent de celui de ses jeunes années, marquées par son éducation genevoise et protestante. Madame de Warens essaie tout d’abord de faire de lui un prêtre en le confiant aux Lazaristes, mais sans succès: ses connaissances en latin sont trop lacunaires.

Il est alors placé quelques mois à la maîtrise de la cathédrale d’Annecy où il s’initie au chant et à la flûte. Jean-Jacques développe dès lors une passion pour la musique qui ne se démentira jamais. Elle lui permettra de gagner sa vie comme copiste de musique et lui inspirera de nombreux écrits sur cet art.

Installée aux Charmettes près d’Annecy, Madame de Warens tâche de transformer Jean-Jacques en un gentilhomme, rectifie sa tenue et l’introduit dans la bonne société annécienne.

Rousseau travaille aussi quelques mois au cadastre de Chambéry, où son goût du dessin et de la belle écriture s’épanouit, mais où il s’ennuie. Il complète au fil des années et des expériences professionnelles ou personnelles sa culture d’autodidacte, qui le leste finalement d’un solide bagage intellectuel.
 

BGE, Société Jean-Jacques Rousseau, Dépôt De Saussure 4
Cahier de géométrie de Jean-Jacques Rousseau. Vers 1729-1737 (BGE, Société Jean-Jacques Rousseau, Dépôt De Saussure 4)

A la fin de sa vie, les années passées auprès de Madame de Warens resteront dans ses souvenirs celles du bonheur.

CIG, Gir 790/1
Vue des Charmettes. Lithographie, par Rameau del., C. de Last lith. XIXe siècle (CIG, Gir 790/1)

haut de page