Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

6. Genève haut lieu du renseignement

Sa position géographique et politique fait de la Suisse un lieu privilégié de contacts entre divers offices de renseignement luttant contre l’Allemagne nazie. Un grand nombre de réseaux clandestins aboutissent à Genève.

Le réseau Agir, fondé et dirigé par le colonel français Michel Hollard, fait parvenir de Normandie à l’ambassade britannique à Berne des informations capitales sur les fusées V1 et V2 et leurs rampes de lancement. Ces données retransmises par radio à Londres permettront la neutralisation de ces installations par l’armée de l’air britannique (RAF).

L’efficace réseau Ajax, dont l’éminence grise à Genève est l’officier suisse Paul de Saugy, est dirigé par le Français Achille Peretti, Compagnon de la Libération.
 

AEG, Bibliothèque, B 33   1er Lt. Paul de Saugy (AEG, Bibliothèque, B 33)


Il est vital pour la Suisse, encerclée par l’Axe, de connaître les intentions des troupes allemandes autour de sa frontière. Le Service de renseignement (S.R.) de l’armée suisse recrute plusieurs agents de renseignement français et possède trois antennes à Genève: le premier-lieutenant Paul de Saugy déjà cité; le capitaine Pierre Clément, qui assure les passages transfrontaliers délicats et rapides, assisté de Roger Farquet, d’un secrétaire et de l’abbé Gaston Desclouds, curé de Thônex; enfin, Marcel Durupthy, qui est l’antenne des réseaux Gilbert à Genève.
 

Archives privées, P. Clément et l'abbé Desclouds
Pierre Clément et l’abbé Desclouds, 1943 (archives privées)
 

Le colonel Bernard Cuénoud, du Service de renseignement (S.R.) de l’Armée suisse, précise dans son Rapport général d’activité de la section Alliés (1939-45): «Le nombre total d’agents employés par la section Alliés durant la Seconde Guerre mondiale dépasse 1500. Sur ce nombre, nous avons à déplorer et à considérer comme morts pour notre service 47 agents à savoir: 31 fusillés, 11 morts en captivité, 5 morts accidentellement; dans ces chiffres figurent 6 citoyens suisses.»3
 

Archives fédérales, AF E 5792/27078 et E 5792/13237
Les colonels Roger Masson et Bernard Cuénoud, des S.R. (Archives fédérales, AF E 5792/27078 et E 5792/13237)

_______________________________

3 Christian ROSSÉ, Le Service de renseignements suisse face à la menace allemande, 1939-1945, Neuchâtel, 2006

haut de page