Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

6. 1556-1559, vers un nouveau collège

Après le retour de Calvin, sous des régents compétents, le Collège est redevenu prospère, mais l'ancien couvent est délabré et trop exigu, ce dont Calvin se plaint au Conseil en 1556. La question est cependant repoussée en raison des troubles civils et des menaces extérieures.

En janvier 1558, le Conseil ordonne que les commis aux forteresses choisissent le lieu le plus propice pour construire un nouveau Collège et qu'un plan en soit dressé. Au mois de mars, les syndics se rendent sur place avec les maçons et les charpentiers, y convoquant également «Calvin (…) et autres gens d'esprit, pour bien comprendre l'édifice». Le lieu choisi, adossé à la colline Saint-Antoine et dominant le quartier de Rive, a l’avantage d'être «bien aéré, pour être allègre et salubre aux étudiants». C’est donc là qu'il est décidé, le 28 mars, de bâtir six classes.

Les finances publiques, très sollicitées pour la défense de la ville, sont insuffisantes pour mener à bien le projet. Les autorités font appel à la générosité de la population, en commandant aux notaires «quand ils recevront des testaments, qu’ils exhortent et induisent les testateurs à léguer et à donner pour la fondation du Collège». Le peuple y répond favorablement, à l'instar de l'imprimeur Robert Estienne, qui lègue la somme de 150 livres pour l'édification du Collège. Les recettes des amendes sont également affectées à la construction de l'établissement. Malgré cela, les travaux tardent et ne seront achevés qu’en 1562.
 

AEG, Instruction publique A 1
Livre des affaires du Collège (AEG, Instruction publique A 1)
 

L'argent, reçu l'an 1559 des legs et donations faites pour la fondation du collège, réduit en l'arche ferrée [coffre en fer] ordonnée pour la garde du dit argent, de laquelle le recteur porte une clé, les autres deux sont en la Chambre des comptes.

Premièrement, le samedi 27 mai mille cinq cent cinquante neuf, a été réduit en l'arche du collège la somme de dix livres tournois, reçue par les mains de respectable François Lenfant, exécuteur du testament de feu respectable Claude Du Pont, ministre, pour un legs par le dit Du Pont fait, de la somme au contenu de son dit testament reçu par égrège Jean Ragueau, notaire de cette cité, le 2 février, an présent 1559, valant les dites livres                                                               ff. 20, s. 10, d. 0.

Plus, le mercredi 14 juin 1559, a été reçu, du legs fait par feu noble Etienne Faye, dit sieur de La Tour, bourgeois de Genève, contenu en l'instrument de son testament, reçu par égrège Jean Ragueau, notaire et bourgeois, le 6 janvier 1559, par les mains de respectable Jean Maccard, ministre et bourgeois de cette cité, et M. François Du Pont, exécuteurs du dit testament, la somme de cinquante écus soleil, de laquelle somme leur a été fait quittance sur le dit testament.

Plus, le lundi 3 juillet 1559, a été reçu, pour un legs fait par feu Jean Piccard, contenu en sont testament, signé par Tourtelon l’an 1558, 2 septembre, la somme de vingt livres tournois, par les mains toutefois de M. Arnaud de Bremond, de quoi lui a été fait quittance sur le dit testament, valent                                                                                                                                                      ff. 41, s. 8, d. 0.

 

  • Testament de Robert Estienne. 5 septembre 1559 (AEG, Notaire Jean Ragueau, vol. 3, p. 186) [non reproduit]

haut de page