Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

5. Les réfugiés aux portes de Genève

Les AEG conservent un fonds presque unique en Suisse, celui de l’Arrondissement territorial (Arr. ter. GE) qui est l’entité militaire chargée, durant la guerre, de gérer l'arrivée des réfugiés à la frontière. Près de 25'000 personnes ont été contrôlées par les services de l’Arr. ter. GE entre l’été 1942 et la fin de l’année 1945.
 

AEG, Bibliothèque, 4019/1942
Réfugiés au camp du stade de Varembé (AEG, Bibliothèque, 4019/1942)


De par sa situation géographique, tout le territoire genevois est considéré comme une zone frontière d’où il est possible d’être refoulé dans les plus brefs délais. Ces passages à travers la frontière genevoise concernent en grande partie des réfugiés civils de diverses nationalités, origines ou confessions et, dans une moindre mesure, des fugitifs militaires, déserteurs ou prisonniers de guerre évadés.

Les recherches menées aux AEG établissent qu’entre août 1942 et décembre 1945, 86% des réfugiés interceptés à la frontière genevoise sont accueillis après une ou plusieurs tentatives, qu’il s’agisse des réfugiés juifs ou non-juifs. Parmi les personnes refoulées définitivement, 35% sont des réfugiés juifs.

Ces moyennes ont toutefois des limites d’interprétation. Durant cette période, les conditions d’accueil et de refoulement, de même que les événements en France, évoluent. En outre, il se peut qu’un certain nombre de refoulements ne soit pas enregistré; à l’inverse, des réfugiés réussissent à passer entre les mailles du filet et à vivre clandestinement en Suisse. Enfin, le message officiel des autorités suisses annonçant dès août 1942 que la «barque est pleine» et que les frontières sont fermées aux réfugiés dissuade certainement un grand nombre de personnes de tenter d’entrer en Suisse.

Durant toute la guerre, des instructions différentes se succèdent. Le 26 septembre 1942, les autorités fédérales précisent quelles sont les catégories de réfugiés qu’il faut accueillir et celles qu’il faut refouler. Il faut attendre le 12 juillet 1944 pour que la frontière soit à nouveau ouverte à toutes les personnes menacées.


Accueil et refoulement des réfugiés civils étrangers à Genève, août 1942-décembre 1945

Arrestations et refoulement des civils étrangers par rapport aux réfugiés juifs, août 1942-décembre 1944

 

13 août 1942  Fermeture de la frontière
26 septembre 1942 Durcissement des conditions d'accueil et refoulement des Juifs français
14 décembre 1942 Refoulement des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO)
26 juillet 1943 Elévation de l’âge limite d’accueil des Hollandaises de 16 à 18 ans
12 juillet 1944 Ouverture de la frontière aux étrangers menacés pour des raisons politiques
ou autres, donc aux Juifs
18 août 1944 Libération de la Haute-Savoie

haut de page