Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

2. Généalogies familiales

Les familles Rousseau et Bernard

Par sa famille paternelle, les Rousseau, Jean-Jacques appartient à une lignée d’artisans respectables, réfugiés à Genève pour cause de religion dès le milieu du XVIe siècle: son aïeul Didier Rousseau quitte Montlhéry dans la région parisienne et s’installe à Genève, où il est reçu habitant de la cité le 15 octobre 1549, puis bourgeois en 1555. Fils de libraire, il s’établit d’abord comme marchand de vin à l’enseigne de La Main, puis comme libraire, tout en tenant l’auberge de L’Epée couronnée à la rue du Perron.

Allié à Jean de Budé, fils du célèbre helléniste Guillaume Budé, Didier Rousseau et sa seconde épouse Mie Miège, de Contamine-sur-Arve en Savoie, s’intègrent rapidement à la société genevoise et, financièrement aisés, font l’acquisition de biens immobiliers. Pourtant, à la mort de Didier en 1581, sa veuve doit faire face à des difficultés financières.

Leur fils, Jean, est mis en apprentissage chez un tanneur. Les descendants de Jean, ancêtres immédiats de Jean-Jacques, seront tous horlogers: son arrière-grand-père, son grand-père, David, maître juré dans sa profession et dizenier de son quartier, et enfin son père, Isaac.
 

CIG, no 274

Isaac Rousseau, père de Jean-Jacques. Miniature sur ivoire, auteur inconnu, s.d. (CIG n° 274)

Les Rousseau, artisans horlogers aisés, membres de la bourgeoisie, reçoivent non seulement une formation professionnelle, mais aussi musicale: les trois fils du grand-père David pratiquent le violon et l’un d’eux, Isaac, le père de Jean-Jacques, ne devient horloger qu’à contrecœur: il est ainsi quelque temps maître de danse.

Par contre, aucun des membres de la famille Rousseau n’accéda à la magistrature ni ne fut membre des Conseils de la République.
 

Musée d'art et d'histoire, Genève, Outils d'horlogers

Autour du métier d'horloger au XVIIIe siècle
1 tour, long. 22.5 cm, acier
1 outil de mesure, laiton gravé et doré
1 compas, laiton, acier
1 petite boîte à fournitures, bois tourné
1 loupe, corne, verre
1 support de travail pour mouvement de montre, laiton
1 huit-chiffre, laiton
1 outil à équilibrer les fusées, long. 32 cm, acier, acier bleui, laiton
1 marteau, acier
2 limes, acier, manches en bois
1 pince coupante, acier
1 paire de brucelles, acier

(Musée d'art et d'histoire, Genève)

Par son mariage avec Suzanne Bernard en 1704, Isaac Rousseau s’allie à une famille originaire du village genevois d’Arare, reçue à la bourgeoisie de la ville dès 1596.
 

AEG, E.C. Chêne-Bougeries 1
Acte de mariage d'Isaac Rousseau et Suzanne Bernard, parents de Jean-Jacques. 2 juin 1704
(AEG E.C. Chêne-Bougeries 1)

Samuel Bernard, grand-père de Suzanne, épouse la fille d’un riche marchand drapier, Louise Le Maire, et dès lors se trouve intégré dans les rangs de la bonne société de la cité: l’un de ses oncles est professeur à l’Académie, l’un de ses beaux-frères n’est autre que le savant helléniste Henri Estienne.

Son fils Jacques, horloger, épouse Anne-Marie Machard, fille de notaire, après une vie amoureuse agitée qui lui vaut les foudres du Consistoire. De cette union est issue Suzanne, mère de Jean-Jacques, qui bénéficie d’une bonne éducation et manifeste du goût pour le dessin, la musique et la poésie. Son décès prématuré ne lui permettra pas d’entourer de son affection son deuxième fils, mais la tante paternelle de celui-ci y suppléera en partie.
 

AEG, E.C. Morts 54, p. 85
Acte de décès de la mère de Jean-Jacques Rousseau. 7 juillet 1712 (AEG E.C. Morts 54, p. 85)

Jean-Jacques est doublement allié aux Bernard: en effet, Gabriel Bernard, frère de sa mère, a épousé l’une des sœurs de son père Isaac, Théodora. Le couple recueillera Jean-Jacques au moment où Isaac s’exilera à Nyon pour échapper à la justice genevoise après avoir été condamné pour une rixe.

Son oncle Gabriel, commis aux fortifications, présentera Jean-Jacques au graveur Abel Ducommun en 1725 pour qu’il effectue son apprentissage chez ce dernier. Gabriel Bernard, émigré en Amérique dès 1734, travaillera aux fortifications de la ville de Charleston en Caroline du Sud en tant qu’ingénieur. Il mourra dans cette ville en 1737.

Dans les familles paternelle et maternelle de Jean-Jacques Rousseau, on trouve ainsi des artisans horlogers consciencieux, des marchands bourgeois aisés et nombre de grands-oncles, oncles et cousins qui manifestent un goût certain pour les voyages: au XVIIIe siècle, des membres des familles Rousseau et Bernard sont installés dans divers pays d’Europe, en Turquie et en Amérique.

Nul doute que l’héritage de ces deux familles genevoises et les circonstances d’une vie affective chahutée dès l’enfance façonneront la personnalité et le rapport à sa ville natale du jeune garçon de Saint-Gervais puis de l’adolescent et de l’adulte, tour à tour ouvert sur le monde et replié sur lui-même.
 


Généalogie ascendante de J.J. Rousseau, Généalogie ascendante de J.J. Rousseau, élaborée par Roger Rosset

haut de page