Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

2. Economie

Genève va bénéficier du déclin des foires de Champagne qui s’amorce dès le XIVe siècle. Des courants commerciaux convergent vers la cité, venant du Rhin, de l’Allemagne du Sud et des pays danubiens à travers le Plateau suisse. Les localités situées sur cet itinéraire commercial tirent d'importants revenus des différents péages qui le jalonnent. C'est le cas notamment de Berne et de Fribourg. Lorsque Louis XI édicte en 1462 des mesures sévères contre Genève pour favoriser les foires de Lyon, les Suisses interviennent en faveur de Genève car ils n'ont pas intérêt à voir cette route abandonnée. Il s’agira là de la première relation entre Genève et les Suisses. La situation de Genève au débouché des passages alpestres comme le Grand-Saint-Bernard, le Mont-Cenis ou le Montgenèvre attirent également les marchands italiens.

AEG, P.H. suppl. 107bis
Publicité de 1480 pour le « Pétroléon », sorte de potion qui semble guérir tous les maux. On peut imaginer que ce produit miracle fut vendu sur les marchés genevois. En tous les cas, l'affiche a appartenu au notaire genevois Michel Dupuis, mort en 1571 (AEG, P.H. suppl. 107 bis)


Un pont gaulois en bois sur le Rhône est attesté dès le 1er siècle avant J.-C. En 58 avant J.-C., Jules César le fait détruire dans le but de stopper la migration des Helvètes. Il est reconstruit, probablement en pierre, une fois l'occupation romaine établie. Reconstruit et modifié au cours des siècles, il est muni d'un pont-levis au moment de la construction du château de l'Île au XIIIe siècle. Au gré du temps, des maisons de bois sont construites sur le pont et dans ses abords immédiats, allant jusqu'à former tout un quartier. Un terrible incendie le détruit en 1690. Cent vingt-deux personnes périssent et une soixantaine de maisons partent en fumée. Il est rebâti, mais formé cette fois-ci de deux passerelles séparées. Jusque dans la 1re moitié du XIXe siècle, il est l'unique pont que peuvent emprunter marchands ou voyageurs transitant par Genève pour se rendre d'une rive à l'autre du Rhône.

AEG, Archives privées 247/I/100
Vue de Genève extraite de la Cosmographie universelle de tout le monde, d'après Sébastien Münster, augmentée et enrichie par François de Belle-Forest, Paris 1575 (AEG, Archives privées 247/I/100)

 

AEG, Archives privées 247/I/27
Gravure représentant l'incendie du pont du Rhône en 1690 (AEG, Archives privées 247/I/27)

 

AEG, Panneau en bois non coté

AEG, Panneau en bois non coté
Ces panneaux en bois étaient accrochés à l'entrée du pont du Rhône et permettaient aux marchands de connaître le montant dont ils devaient s'acquitter pour passer leur marchandise (AEG, non cotés)

On notera sur le 1er panneau qu'un juif, pour le simple fait d'être juif, payait 4 deniers et qu'une juive «grosse d'enfant» en payait 8. Le 2e panneau date de 1515 et représente une scène de crucifixion qui fut en partie effacée après la Réforme en 1535. On conserva l'objet car il avait encore son utilité, mais tout ce qui rappelait l'ancienne religion fut détruit sans état d'âme.

haut de page