Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Archives

Archives

18. Le culte

1533-1538

Dès son retour à Genève en décembre 1533, Guillaume Farel se met à organiser le culte réformé. Sa liturgie, la plus ancienne en langue française, est parue à Neuchâtel quelque mois plus tôt (n° 1). Elle réglemente la célébration des sacrements de l’eucharistie et du baptême, ainsi que le mariage, la prédication et l’aide aux malades.

Lorsque Jean Calvin arrive à Genève en juillet 1536, l’Eglise naissante est encore dépourvue de structure. Il s’attelle dès lors à lui en donner une, avec l’aide de Guillaume Farel. Le 10 novembre déjà, ce dernier présente une série d’articles relatifs au « gouvernement de l’Eglise » au Grand Conseil. Adoptés en principe par celui-ci, les articles sont à nouveau examinés par le Petit Conseil le 16 janvier 1537. Outre l’application de l’excommunication et l’instruction de la jeunesse, ils réclament diverses mesures concernant la célébration du culte, notamment le chant des psaumes, la célébration hebdomadaire de la Cène et la communion des fidèles (n° 2).

En 1538, les Bernois veulent uniformiser le culte pratiqué dans les territoires romands soumis à leur domination et l’aligner sur le leur, et cherchent à convaincre Genève de s’y conformer également. A cette fin, ils organisent un synode à Lausanne au 31 mars. Le 15 avril, ils écrivent aux autorités genevoises pour les informer des conclusions du synode et leur demander de les approuver (n° 3). Le Petit Conseil adhère aux «cérémonies bernoises» le 19 avril, suivi par le Grand Conseil le 22 avril et par le Conseil général le jour suivant.
 

AEG, P.H. 1201 A/14

3. Conclusions du synode de Lausanne (1538) (AEG, P.H. 1201 A/14) .

Transcription

Nobles, magnifiques Seigneurs, singuliers amis, très chers et feaux combourgeois,

Puisqu’avez désiré de vous faire conformes quant aux cérémonies avec nous, [nous] vous voulons bien notifier la conclusion du seine [synode] dernièrement tenu à Lausanne, qu’est tel que tous les ministres de nos pays conquêtés [conquis] ont accordé de baptiser les enfants sur le baptistère. Secondement, de user en la Cène de notre Seigneur du pain non fermenté, toutefois la forme d’icellui libéré, petite ou grande. Tiercement, d’observer les quatre fêtes que nous avons instituées. A cette cause, pour entretènement [entretient] de union entre votre et notre Eglises, vous prions et admonestons fraternellement d’accepter même forme et avec vos ministres, maître Calvin et Farel, amiablement sur ce convenir, auxquels nous avons aussi écrit pour ce même affaire, espérant que, puis bien qu’il aient fait quelque difficulté, ils aviseront du mieux pour conformité des dites Eglises, ce que Dieu par sa grâce permette. Datum XV aprilis 1538.

L’avoyer et Conseil de Berne.

 

1541-1544

Rappelé à Genève en 1541, Jean Calvin expose au Conseil dès son arrivée, le 13 septembre, la nécessité de pourvoir l’Eglise d’une constitution et de mettre cette dernière par écrit. Présentées au Petit Conseil le 26 septembre, révisées le 29, les ordonnances ecclésiastiques régissant le «gouvernement» de l’Eglise sont approuvées en Conseil général le 20 novembre. Outre la répartition des compétences religieuses en quatre ministères, elles codifient les pratiques liturgiques en définissant les temps et lieux de la prédication (n° 4 et n° 5), ainsi que la célébration du baptême, du mariage et de la Cène. Cette dernière devra être célébrée à Noël, à Pâques, à Pentecôte et le premier dimanche de septembre. Tout comme ils l’ont fait dans les Articles, les ministres, poussés par Jean Calvin, insistent dans les ordonnances ecclésiastiques sur la nécessité d’introduire le chant dans la liturgie et d’y initier le peuple dès l’enfance.

Si au moment où il revient à Genève en septembre 1541, c’est encore La maniere et fasson de Guillaume Farel qui est en usage, Jean Calvin œuvre pour la remplacer et rédige un nouveau formulaire liturgique. Elle paraît en 1542 sous le titre La forme des prieres et chantz ecclesiastiques, avec la maniere d’administrer les Sacremens, & consacrer le Mariage : selon la coustume de l’Eglise ancienne. Dans l’épître au lecteur, il revient sur l’importance du chant dans la liturgie. La première partie de l’ouvrage, consacrée à cette question, contient trente-cinq psaumes ainsi que le cantique de Siméon, le Notre Père, le Credo et le Décalogue, avec leur mélodie, versifiés en langue vulgaire (français) par Jean Calvin et surtout par Clément Marot (n° 6).
 

Illustration

6. La forme des prieres et chantz ecclésiastiques, de Jean CALVIN (1542). Publié par P. PIDOUX, Kassel, 1959.
 

L’établissement durable de la religion nouvelle doit passer par la diffusion des idées réformées auprès de la jeunesse (n° 2 et n° 4). Pour inculquer aux jeunes l’essence du protestantisme, Jean Calvin a élaboré un catéchisme, publié en français à Genève au début de l’année 1537, sous le titre Instruction et confession de foy dont on use en l’Eglise de Geneve, qui reprend, en la résumant, la matière de son Institution de la religion chrestienne. En 1542, il est remplacé par Le Catechisme, c’est à dire le formulaire d’instruire les enfans en la Chrestienté, faict en maniere de dialogue, ou le Ministre interrogue, et l’enfant respond, avec un plan nouveau, conçu sous forme de questions/réponses (n° 7).
 

----------------------------
1. La manière et fasson… de Guillaume FAREL (1533) (BPU, Bd 1474 Rés.) [Non reproduit]

----------------------------
2. Articles des ministres (1537) (AEG, P.H. 1170). [Non reproduit]
Edités dans HERMINJARD, A.-L., 
Correspondance des Réformateurs dans les pays de langue française, recueillie et publiée avec d’autres lettres relatives à la Réforme et des notes historiques et biographiques, t. 4, n° 602, pp. 154-166.

----------------------------
4. Ordonnances ecclésiastiques (1541) (AEG, Cp Past. R 1, pp. 1-15). [Non reproduit]
Edité dans S.D.G., t. 2, n° 794, pp. 377-390.

----------------------------
5. L’église Saint-Pierre au XVIe siècle, gravure de 1822 (AEG, Archives privées 247/XII/I). [Non reproduit]

----------------------------
7. Le catéchisme de Jean CALVIN (1542). J. CALVIN,
Le catéchisme de l’Eglise de Genève, Genève, 1883, p. 2 et pp. 114-117. [Non reproduit]

haut de page