Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Rue Du-ROVERAY

En mémoire de Jacques-Antoine Du Roveray, homme politique genevois

Rue Du-ROVERAY

Description

Né à Genève, Du Roveray se destina à la carrière du barreau et devint avocat en 1771. Ses talents éminents lui valurent d'être nommé un des chefs du parti des Représentants. En 1775 il entra au Conseil des Deux Cents et fut appelé, deux ans plus tard, à élaborer avec le syndic Turrettini le projet de code, publié le 7 avril 1779. Il parvint, le 19 décembre 1779, à la charge de procureur général. Du Roveray ayant cependant porté au Conseil des Deux Cents des remontrances au sujet des droits des natifs, fut privé de ses emplois et exclu du Conseil le 13 janvier 1781.

La France, la Sardaigne et Berne étant intervenus pour faire cesser les troubles qui désolaient Genève, envoyèrent des troupes qui cernèrent la ville, le 29 juin 1782. La bourgeoisie se prépara à la défense, malgré le conseil de Du Roveray et quelques autres citoyens qui jugeaient toute résistance inutile. A la prise de la ville, il fut au nombre des vingt et un citoyens exilés sur l'ordre des plénipotentiaires le 2 juillet 1782. Réfugié dès lors à Neuchâtel, puis à Paris, il ne revint de l'exil qu'en 1790.

A cette époque, il rentra au Deux Cents et fut chargé de la rédaction d'un nouvel édit, adopté le 22 mars 1791. L'insurrection de 1794 le força de se rendre à Paris, tandis que le tribunal révolutionnaire de Genève le condamnait à mort par contumace. Il dut bientôt quitter la France pour ses opinions politiques et s'établit en Angleterre. Du Roveray ne devait plus revoir sa patrie, car il mourut à Londres en 1814 au moment où Genève, redevenue libre, rappelait ses bourgeois émigrés.

Anecdotes

Carte