Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Rue du Général-DUFOUR

En hommage à Guillaume-Henri DUFOUR, général, ingénieur, cartographe et homme politique suisse.

Rue du Général-DUFOUR

Description

Guillaume-Henri Dufour, né à Constance le 15 septembre 1787 et mort le 14 juillet 1875 à Genève, est un général, ingénieur, cartographe et homme politique suisse. Guillaume-Henri Dufour est le fils de Bénédict Dufour, horloger et député à l’Assemblée nationale genevoise, et de Pernette Dufour, née Valentin. Sa famille avait trouvé refuge à Constance après les troubles de Genève en 1782 menés par le parti aristocratique genevois. Au moment de la Révolution française, sa famille put retourner à Genève, et l’enfant y fit ses études. Il eut comme maître de physique Marc-Auguste Pictet, qui sut lui donner le goût des mathématiques et de la physique. Jeune homme, il suivit les cours de l’École Polytechnique (Promotion X1807) de Paris, où il apprit les bases techniques civiles et militaires, puis il continua ses études à l’École d'application de l'artillerie et du génie de Metz et en sortit officier du génie dans le service actif français.

Il fut envoyé à Corfou, capitale de la République des Sept-Îles occupée par la France, exécuter des travaux défensifs contre les Anglais. Il y resta jusqu’en 1814 et y devint un maître dans l’art des fortifications. Après la bataille de Waterloo, le capitaine Dufour se retira derrière la Loire pour continuer la lutte. Son bonapartisme le fit mettre en disponibilité par les Bourbons.

Il retourna alors à Genève devenue suisse, et y devint coup sur coup professeur de mathématiques à l’Académie, chef du génie cantonal, puis ingénieur cantonal de Genève, comprenant les affaires militaires et l’urbanisme. Il introduisit l'enseignement de la géométrie descriptive; il établit des cours dans cette branche, et de nombreux élèves venaient y assister. Dans le nombre, on remarquait plusieurs étrangers de haute distinction.

Dès 1817, Dufour propose un drapeau fédéral suisse, de couleur rouge, en forme de carré divisé en 9 secteurs carrés, dont les 5 secteurs centraux forment une croix blanche. Déployé pour la première fois en 1821 et adopté en Argovie en 1833, il fut adopté par la diète pour l’armée fédérale en 1840, et consacré par la Constitution de 1848 avec une petite modification.

Dès cette époque, il étendit son patriotisme genevois à toute la Suisse, qu'il s'efforça d'instruire et d'éclairer en créant dans son sein des forces dont il le voyait dépourvu. Il fit naître en elle l'esprit du militarisme. En août 1819, il fait partie des fondateurs de l’École militaire centrale fédérale de Thoune, où il fut capitaine instructeur des troupes de génie et des officiers d’artillerie. En 1827, il est promu au grade de colonel, et fut le directeur de l’École centrale de 1831 à 1834. Il eut comme élève, le futur Napoléon III.

En tant qu’ingénieur, responsable de l’urbanisme, il fit effectuer à Genève des grands travaux, dont les nouveaux quais, plusieurs ponts et passerelles, les anciens bastions, l’aménagement de l’île aux Barques (île Rousseau). Il s'efforçait d'améliorer et d'embellir la ville par de nombreuses créations. En 1823, il réalise avec Marc Seguin et Marc-Auguste Pictet, le premier pont suspendu à câble métallique d’Europe, la passerelle de Saint-Antoine, avec un pilier central sur lequel reposent six câbles porteurs, qui aboutissent à chaque extrémité à deux autres piliers, disposés de part et d’autre du fossé. Le pont pesait seulement 8 tonnes et pouvait supporter jusqu’à 10,5 tonnes de trafic, sur une chaussée large de 2 m.

Nommé quartier-maître en chef, il prend aussi la direction des missions de topographie et fonde en 1838 le Bureau topographique fédéral avec comme mission d’élaborer l’Atlas des cartes nationales de la Suisse. Ce premier atlas topographique complet de la Suisse, appelé « Carte Dufour », fut terminé en décembre 1864. C'est l'oeuvre qui l'a le plus illustré. Aidé d'une armée de collaborateur dévoués et expérimentés, il mena l'oeuvre à chef. Il arrive ainsi à produire cette carte, objet de ses rêves, regardés à juste titre comme chef-d'oeuvre. Elle fut déroulée toute entière pour la première fois à l'Exposition de Paris en 1867.

En son honneur, le plus haut sommet de Suisse fut baptisé Pointe Dufour.

En 1847, il prend la tête de l’armée suisse avec le grade de général. Cette même année, il mena la guerre du Sonderbund contre les 7 cantons séparatistes catholiques et gagna la paix, grâce à ses talents de stratège, en 27 jours de guerre, avec un minimum de pertes pour toutes les parties. Lors de cette guerre, il ordonna à ses soldats d’épargner les blessés, les prisonniers et ceux qui étaient sans défense. La diète le désigna sous le vocable de « pacificateur », et une nouvelle Confédération suisse fut fondée en 1848.

En 1852, il fut un des fondateurs de la compagnie de chemin de fer Lyon-Genève, et il fut mandaté pour la planification de la construction de la ligne. Lors de l’affaire de Neuchâtel avec la Prusse en 1856, il essaya d’obtenir la conciliation de Napoléon III en tant que diplomate mais le 19 décembre, le conseil fédéral, trouvant les garanties de l’empereur insuffisantes, nomma un conseil de guerre présidé par le chef du département militaire fédéral, le colonel Friedrich Frey-Herosé et composé du général Dufour et des colonels Adolf Fischer, Johann Konrad Egloff, Christoph-Albert Kurz, Frédéric Veillon, Eduard von Salis, Johann Jakob Stehlin, Louis-Henri Delarageaz et de Linden. Le 30 décembre 1856, l’Assemblée fédérale le nommait à nouveau à la tête de l’armée. Il fut fait grand officier de la Légion d'honneur le 15 janvier 1852.

Le général Dufour se retira définitivement de l’État-major fédéral en 1867 et de toutes ses fonctions publiques pour s’éteindre le 14 juillet 1875 à l’âge de 87 ans dans son domaine familial des Eaux-Vives à Genève, où il est enseveli au Cimetière des Rois. Il reçut des témoignages d'estime de plusieurs souverains et lors des belles funérailles, l'hommage d'admiration, de reconnaissance, des foules accourues à Genève pour la cérémonie funèbre.

Guillaume-Henri Dufour participe activement, dès sa création par Henri Dunant au développement de la Croix-Rouge et à ses projets. Il est nommé président de l’Assemblée du Comité de 1863 à 1864, et reste ensuite le président honoraire. Il organise la première conférence internationale à Genève pour l’Assemblée du Comité en août 1864, dont est issue la «Convention pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne». Cette première Convention comprend les premières recommandations pour la conduite de secours sur les champs de bataille, et détermine les droits des victimes, leur permettant d’être prises en charge, et d’avoir accès à un soin de secours suffisant. Henri Dunant et Guillaume-Henri Dufour se connaissent depuis longtemps, malgré leur différence d’âge de 40 ans, car le général connaît bien la famille d’Henri Dunant d’autant plus qu’en 1859, Guillaume-Henri Dufour entre au Conseil d’administration de la « Société anonyme des Moulins de Mons-Djémila » d’Henri Dunant. Dans le développement de la Croix-Rouge, Dufour joue un rôle important et actif. On le dit souvent à l’écoute des autres. Sa capacité de négociateur lui permet de gérer les conférences ainsi que les débats. Issu d’une famille modeste, il a de la facilité à comprendre les plus démunis et à s’ouvrir aux gens, avec la même neutralité. Ce n’est donc pas étonnant qu’il soit nommé président du Comité de l’ancienne Croix-Rouge, dont il illustre bien la neutralité.

Il est considéré comme « un disciple humble et fervent du Christ » dont la devise est « Honneur et Fraternité ». C’est un officier valeureux à la recherche de ce qui peut assurer la paix dans le monde. Guillaume-Henri Dufour participera au total à deux-cents quatorze des deux-cents vingt-sept réunions de la Croix-Rouge. Il est très attaché à l’association et en fait partie jusqu’à sa mort en 1875.

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Secteur 001 : 57. Rue du Général-DUFOUR - Place de la Synagogue / Place René-PAYOT

Anecdotes

Carte