Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Rue BOVY-LYSBERG

En mémoire de Charles-Samuel Bovy-Lysberg, grand pianiste Genevois

Rue BOVY-LYSBERG

Description

Charles Bovy-Lysberg est né en 1821 à Genève dans une famille d'artiste. On reconnait bien vite en lui non seulement le goût passionné pour la musique mais encore des dispositions extraordinaires. 

Pendant un séjour à Paris, il prit des leçons de composition musicale avec Marmontel et de piano avec Chopin. Sous Chopin, son caractère et son tempérament se développèrent d'une façon toute particulière. Liszt, qui le vit alors en 1836, s'intéressa à ses premiers pas. Il reconnut dans le virtuose genevois, un talent hors ligne.

De cette époque datent ses premières compositions. Comme d'autres, il se choisit, pour les publier,  un surnom qu'il accola au nom de sa famille: celui de Lysberg. Ce surnon lui fut très probablement inspiré par le petit village bernois du même nom.

A la révolution de 1848, Bovy-Lysberg quitta Paris. Il revint à Genève où son talent, son brillant et aimable professorat et ses concerts illustrèrent la Conservatoire. Il y forma jusqu'à sa mort une longue suite d'élèves.

Par le feu sacré qu'il avait de son art, Bovy-Lysberg sut inspirer à Genève le goût de la musique, en créant ici et là des réunions de chant, des soirées musicales, des sociétés d'harmonies.

Retiré dans sa petite maison de campagne au village de Dardagny près de Genève, Bovy-Lysberg menait une vie calme et douce qu'il mit à profit constamment pour travailler à la composition. Ses oeuvres se composent de 150 morceaux de piano, qui tous se distinguent par un grand sentiment de poésie, une forme toujours plus correcte et parfaitement soignée.

Il voulut s'essayer dans l'opéra. En 1854, il fit représenter au théâtre un opéra comique intitulé "La fille du carillonneur"; mais la musique de Bovy-Lysberg n'était pas faite pour réussir sur scène.

Il mourut en 1879 à la suite d'une courte maladie.

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Secteur 001 : 21. Rue BOVY-LYSBERG - Boulevard Georges-FAVON / Rue François DIDAY

Anecdotes

Carte