Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Rue Albert-GOS

En souvenirs de Gos Albert, peintre genevois.

Rue Albert-GOS

Description

Albert Gos naît à Genève le 6 avril 1852. Il suit d’abord les cours de violon au Conservatoire de sa ville natale et fait de la musique avec Madame Alexandre Calame.Comme peindre, c'est une rencontre avec DIday en 1871 qui décide de sa carrière.

La révélation des peintures de Calame décide de sa nouvelle vocation. Il bénéficie durant un semestre de l’enseignement du fameux Barthélemy Menn, puis se met à l’étude directe de la nature; le monde alpestre le séduit. Il se sent de plus en plus attiré par la montagne, à laquelle il se consacre presque exclusivement. Il remporte le premier prix Diday en 1880 (devant Hodler) et le prix Calame en 1887 (à nouveau devant Hodler !). A Paris, il exposa dans plusieurs salons et fut très remarqué par la critique. Aux USA, il exposa dans les plus grands musées et partout il fut reçu avec enthousiasme.

Chantre de la haute montagne, il devient le peintre quasi attitré du Cervin. Il est souvent appelé "Le peintre du Cervin", montagne qu'il peignit sous tous ses aspects. Ses oeuvres figurent dans d’importantes manifestations, de la Royal Academy de Londres en 1880 à l’Exposition universelle de Paris en 1900, où il obtient une médaille. Octogénaire, il sillonnait encore les sentiers des Alpes avec son matériel de peinture et son violon dans son sac de montagne.

Il décède à Genève le 23 juin 1942. Ces oeuvres sont présentent dans de nombreux musées suisses et américains (Louisville, Buffalo ou Brooklyn/NY).

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Route de Florissant / Rue de l'Athénée

Anecdotes

Prononcer le nom de Albert Gos, c’est évoquer aussitôt la figure mythique du sommet le plus fameux de l’arc alpin, dont l’artiste genevois donna cent interprétations, qui le firent connaître dans le monde entier.

Dans ce petit tableau, où ne figure aucune référence topographique, le mystère est total. Au moment précis où le peintre semble se dégager du sujet, pour travailler en toute liberté, il nous fait pénétrer au coeur même de la montagne, dont l’évocation est plus forte que nature. La peinture pure a pris le dessus sur l’imitation appliquée et servile. Et pourtant, un miracle se produit: les traces colorées du pinceau suggèrent le roc, l’eau, la glace et jusqu’aux oiseaux, des choucas, d’une manière beaucoup plus convaincante que si l’artiste avait parlé un langage délibérément figuratif. Le pouvoir de l’allusion sublime l’image ainsi inventée.

Carte