Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Route Jean-Jacques-RIGAUD

En mémoire Jean-Jacques Rigaud, homme politique.

Route Jean-Jacques-RIGAUD

Description

Jean-Jacques Rigaud (1785-1854) a été, au début du XIXe siècle, un homme d'Etat qui eut une grande influence sur l'histoire suisse et genevoise.
Il appartenait à une très ancienne famille, établie à Genève dans les dernières années du XVIe siècle, dont plusieurs membres avaient déjà occupés de hautes fonctions dans la cité. Après une enfance assombrie par les troubles politiques qui l'obligèrent même à s'exiler pendant quatre ans près de Vevey, Jean-Jacques Rigaud, poussé par son goût pour la peinture, poursuivit des études d'art à Genève, jusqu'en 1804. Deux ans plus tard, il partit pour la capitale française où il accomplit un stage dans les milieux d'affaires parisiens. Dès son retour à Genève, il eu vite à remplir des fonctions publiques importantes qui allaient lui ouvrir une brillante carrière, faisant de lui un grand homme d'Etat.
Lié à l'opposition libérale, il fut membre du Conseil représentatif en 1814, conseiller d'Etat, puis commissaire des districts du Pays de Gex nouvellement annexé ; dix fois élu premier syndic (de 1825 à 1843), il fut choisi comme chef de la députation genevoise à la Diète fédérale entre 1831 et 1842; à ce titre, il remplit avec succès plusieurs missions diplomatiques à l'étranger.
Jean-Jacques Rigaud contribua à imprimer au Gouvernement genevois son évolution libérale, comme président de l'assemblée chargée d'élaborer une nouvelle constitution en 1842; il prit part à de nombreuses améliorations telles que l'organisation judiciaire, la séparation des pouvoirs ou l'abaissement de cens électoral. Les grands problèmes politiques ne lui firent pourtant jamais oublier les questions commerciales de la Suisse, et il montra toujours un grand intérêt pour l'industrie principale de Genève, l'horlogerie et la bijouterie.
De plus, sa passion pour les arts plastiques demeura très vive et il contribua à la promotion de jeunes artistes genevois, par ses fonctions au sein de la Société des Arts.
Lorsque sa santé l'obligea à se retirer de la vie publique, il entreprit une notice sur l'histoire des beaux-arts à Genève (1894).

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Artère partant du chemin de la Gradelle et aboutissant à la jonction chemin de la Montagne / chemin de la Seymaz / chemin du Petit-Bel-Air

Anecdotes

Carte