Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Place de Neuve

Evoque la nouvelle porte d'entrée dans la Genève fortifiée.

Place de Neuve

Description

En 1564, pour mieux protéger la ville contre les attaques surprises, on décida de supprimer plusieurs sorties de ville et de les remplacer par une seule et nouvelle porte appelée la porte Neuve (à gauche du boulevard de l'Oie).

En 1740, on édifia en avant de cette porte, un bâtiment monumental auquel on accédait par un pont-levis jeté sur les larges fossés appelés "la grande mer". L'ingénieur cantonal Guillaume-Henri Dufour avait ses bureaux dans ce bâtiment.

L'espace ainsi dégagé fut utilisé pour construire en 1783 un théâtre du côté des Bastions et, en 1826, le Musée Rath, en face.

Quand la porte Neuve fut démolie en 1853, en même temps que les fortifications et une place fut créée à l'emplacement de la Porte Neuve. Et c'est pourquoi, la place actuelle est officiellement dénommée: Place de Neuve. (Place de "la Porte" Neuve)

La place de Neuve reçut sa forme actuelle avec l'édification en 1858 du Conservatoire de musique et, en 1879, du nouveau Grand-Théâtre.

La statue équestre du général DUFOUR y fut élevée en 1884.

 

Place Neuve ou Place de Neuve ??

La dénomination officielle, selon l'arrêté du Conseil d'Etat est " Place de Neuve".

Au fil de l'histoire genevoise les deux appellations "Place de Neuve" et "Place Neuve" sont utilisées.

En 1853, lorsqu'on détruit la porte de Neuve, on parle bien de place de Neuve (et non plus de place de la porte de Neuve), ce qui est logique puisque ce n'est pas la place qui est neuve mais la porte du XVIIIe siècle que l'on démonte alors. Mais l'usage ne retient pas cette logique, comme c'est souvent le cas (boulevard Saint-Georges au lieu de boulevard de Saint-Georges, (en revanche route de Saint-Georges s'est maintenu) ; cour Saint-Pierre et non cour de (la cathédrale de) Saint-Pierre, etc.. D'ailleurs avant la destruction des fortifications, on parlait des bains de Neuve qui étaient dans les fossés.

Le Conseil d'Etat a retenu cette logique pour la place de Neuve.

Les cartes confirment ce passage de la place de la porte Neuve au raccourci place Neuve plutôt que place de Neuve, comme on peut le voir sur ces deux cartes de Briquet, l'une vers 1853-1854 (au moment de la démolition de la porte) et l'autre de 1863.


Plan Briquet et Dubois de 1853-1854.


Plan Briquet 1863

L'usage porte de Neuve se maintient quand même sporadiquement,
par exemple à la fin du XIXe siècle par Auguste Magnin.

ou dans cet article du Journal de Genève de 1879 :

Le Grand Théâtre de Genève,  un des plus anciens lieux de la vie culturelle genevoise, portait le nom au 18e siècle de Théâtre de Neuve, dès sa création.

Le nom de la place actuel privilégie donc la dénomination d'origine.

De manière générale la nomenclature a pour objectif de garder la mémoire des noms et des lieux, donc de garder également l'orthographe des vieilles dénominations.

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Place de Neuve - Rue de la Corraterie / Rue du Conseil-Général

Anecdotes

  • Retrouvez les images de la bibliothèque de Genève sur www.fildutemps.tdg.ch

    Contribution 2014-02-26
     
  • Une recherche dans les archives du Journal de Genève montre que l'usage de:  "porte Neuve" s'est imposé très tôt : plus de 1000 occurrences entre 1850 et 1900 pour 28 occurrences "place de Neuve"; entre 1900 et 2000, il n'en reste plus que 16 occurrences dans des articles surtout historiques.
    Contribution 2014-02-26
     
  • L'usage du nom "Place Neuve" a été généralisé durant le vingtième siècle par le nom de l'arrêt TPG "Place Neuve", qui a été corrigé il y a peu en "Place de Neuve".
    Contribution 2014-09-08

     

Carte