Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Place BORDIER

A la mémoire de deux anciens maires de Versoix.

Place BORDIER

Description

Pierre BORDIER (1872-1958)

Pierre Bordier est né en 1872. Fils d’Ami et Fanny Reverdin. Epouse Mathilde Perrier, qui rédigea en 1940 l'histoire de "la Vieille Maison" de Versoix qu'elle signa dous le diminutuf de "Tilla".

Après des stages en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis, il rejoint son père à Genève pour devenir son associé. Il fera partie de plusieurs conseils d’administration et sera notamment président de l’Association Financière. Il s’occupera plus particulièrement des affaires intérieures de la maison Bordier & Cie.

A l’extérieur, il situera plutôt les aspects de sa vie non professionnelle : sa passion pour la montagne, son intérêt pour les traditions anciennes de la Suisse et son goût pour la musique. Par ailleurs, son désir de servir la communauté le portera à la présidence de l’Hospice général et il sera maire de Versoix de 1920 à 1927.

Membre du Club Alpin Suisse, Pierre Bordier n’hésite pas à faire un don important qui conduira à la construction d’une cabane au-dessus de Saint-Nicolas.

Pierre Bordier est convaincu de la nécessité de moments d’arrêt, dans l’agitation de la vie actuelle-, d’occasions d’apaisement et de retour aux sources : une manière pour chacun de retrouver ses racines, son identité, sa spécificité. S’il adhère à la Fédération Suisse des Costumes Nationaux, c’est pour résister à l’uniformité que crée le vêtement "international" , commode parce qu’on le retrouve partout mais qui met tout le monde sur le même plan, qui efface les caractères locaux et fait disparaître le cachet de l’œuvre personnelle.

 

Pierre-Jean BORDIER (1796-1862)

Pierre-Jean Bordier et né en 1796, fils de Daniel-Aimé et Jeanne Gaudy. S’occupe principalement de son domaine agricole, qu’il agrandit par des achats au gré des circonstances.

Il se montre fort actif dans la vie politique du canton, puisqu’il est non seulement, à deux reprises, maire de Versoix , de 1831 à 1833 et de 1844 à 1847, il utilisera comme mairie une des pièces du rez-de-chaussée de la maison familiale : "La Vieille Maison", où il recevait ses administrés et conservait ses dossiers. Il fut encore membre du Conseil représentatif de 1831 à 1841 et membre du Grand Conseil genevois de 1842 à 1846. Il a le grade de colonel dans les milices en 1845.

"Tilla" Bordier dira de lui :
Il avait une volonté tenace et une droiture inattaquable. Il avait l’habitude de dire que l’esprit et l’intelligence n’était pas l’essentiel, mais que la droiture, la bonté et le bon sens ne pouvaient pas se remplacer. Il parlait peu ; il était équitable dans ses jugements. Il avait un sourire bienveillant et il aimait poser affectueusement sa main sur la tête des enfants qu’il rencontrait.

Pierre-Jean Bordier et son épouse Julie Frölicher auront sept enfants. Marie n’a vécu qu’un mois et le premier garçon, Aimé-Jules, est décédé à trois ans et demi. Ensuite viendront au monde Adèle, Hortense, Julie, Ami et Louisa.

Atteint dans sa santé par une maladie dans la région de la gorge, Pierre-Jean Bordier décède. Le 26 février 1862, son cercueil est porté à bras jusqu’au cimetière de Versoix.

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

A la place (de stationnement) située au débouché du chemin du Vieux-Port sur la route de Suisse.

Anecdotes

Carte