Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Chemin du Théâtre-Mobile

Fait référence au Théâtre mobile créé par quatre comédiens genevois indépendants

Chemin du Théâtre-Mobile

Description

Cette dénomination fait référence au Théâtre mobile créé en décembre 1969, lorsque quatre comédiens genevois indépendants, Marcel Robert, Jacques Probst, Jane Friedrich et François Berthet décident de  monter "Fin de partie", de Samuel Beckett.

Ils sont désireux de s'exprimer hors de circuits traditionnels, de lutter contre certaines formes sclérosées du théâtre, et de trouver de nouvelles relations, plus directes, entre public et acteurs. A partir de cette réalisation, le théâtre mobile se développe progressivement, malgré des moyens extrêmement limités, propose au cours des années suivantes plusieurs pièces qui sont jouées dans les endroits les plus divers. En plus de ces réalisations, le Théâtre mobile organise deux années de suite (1971-72) un "Festival du Bout-du-Monde".

Malgré l'engouement critique et populaire qu'elle suscite, la troupe, qui compte dorénavant une vingtaine de comédiens, rencontre toujours de grandes difficultés tant à survivre financièrement qu'à trouver un endroit où se fixer. La même année, la Ville de Genève propose au Théâtre mobile de s'établir dans la salle de gymnastique de l'ancienne Ecole du Grütli, rue du Général-Dufour. Les comédiens mettent la main à la pâte et transforment cette salle en un "Grand Café du Grütli" qui ouvre ses portes en 1977.

Finalement, les travaux commencent en 1984 et la troupe se retrouve une nouvelle fois sans scène fixe. Il joue encore deux pièces en 1991 à la SIP puis cesse définitivement son activité.

 

Images

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

au chemin reliant la route de Frontenex à la promenade Louise-BOULAZ, débouchant sur la place des Tréteaux-Libres.

Anecdotes

Carte