Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Chemin de l'Impératrice

Evoque le bref séjour au château de Pregny de l'impératrice Joséphine, épouse de Napoléon Bonaparte.

Chemin de l'Impératrice

Description

De tout temps, ce chemin a représenté une limite importante: au Moyen Age entre les paroisses de Saint-Gervais et de Pregny, dès le XVIe siècle entre le territoire du Pays de Gex et les Franchises de Genève et, aujourd'hui, entre les communes de Pregnyy-Chambésy et du Grand-Saconnex.

Sa dénomination actuelle évoque le bref séjour au château de Pregny de l'impératrice Joséphine (1763-1814). Joséphine, qui avait vu son mari le vicomte de Beauharnais partir sur l'échafaud pendant la Révolution, avait brillé dans les salons après la chute de Robespierre. C'est là qu'elle fit la connaissance de Bonaparte qui l'épousa en 1796 et la fit couronner impératrice après le coup d'Etat de Brumaire et son mariage religieux (1804). Elle fut pour Napoléon Bonaparte une compagne particulièrement précieuse, comme instigatrice de sa politique de ralliement envers l'ancienne noblesse. Toutefois, n'ayant pu lui donner d'héritier, elle dut accepter le divorce en 1809 et, largement dotée, se retira dans son château de Malmaison.

En 1810, elle acquit la propriété de Pregny et fit transformer le château médiéval afin de pouvoir y accueillir toute sa suite. Séduite par la beauté de la région, Joséphine s'installa, en juillet 1812, à Chambésy afin d'y passer l'été; elle repartit dès les premiers jours d'automne dans son domaine de Malmaison.

Durant son séjour, elle avait été accueillie avec chaleur par les Genevois, honorés de sa présence, et avait participé à la vie mondaine de la cité, recevant dans son château les notables genevois et répondant à leurs invitations. Nous savons, par les quelques lettres dans lesquelles elle fit mention de son séjour sur les rives du lac, que l'endroit lui était très cher et qu'elle conserva un souvenir particulièrement agréable. Elle n'eut cependant jamais l'occasion de revenir à Pregny, car elle mourut deux ans plus tard, laissant le château à sa fille Hortensia qui le vendit, à un notable genevois.

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

de la rue de Lausanne à la route de Pregny

Anecdotes

  • Visualisez l'image du Château de l'Impératrice.

Carte