Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Chemin CASTOLDI

En hommage à Jean-Jacques Castoldi, homme politique genevois.

Chemin CASTOLDI

Description

Famille milanaise, bourgeoise de Genève en 1827. Jean-Jacques Castoldi (1804-1871), avocat, fut professeur de droit pénal et de droit romain à l'Académie de Genève, membre du Gouvernement provisoire dès 1846, du Conseil administratif de la ville de Genève, député du Grand Conseil, conseiller national, conseiller d'Etat de 1853 à 1855, juge du Tribunal fédéral.
Jean-Jacques Castoldi est un avocat progressiste qui a joui d'une grande popularité dans la Genève troublée du XIXe siècle.
Son nom constitue un premier reflet de ses idées de sa personnalité; Jean-Jacques évoque les tendances libérales de ses parents, sensibles aux idées nouvelles propagées par le grand philosophe au XVIIIe siècle; Castoldi rappelle les origines milanaises de ce fougueux jurisconsulte.
Né et élevé à Genève par un mère pieuse protestante, Jean-Jacques Castoldi resta toujours profondément attaché à sa ville. Après des études de théologies et de droit à l'Académie, il est reçu avocat en 1839. De retour d'un bref séjour à Paris, il ouvre sa propre étude à Genève e se fait rapidement une réputation d'avocat progressiste. Jean-Jacques Castoldi, saisi par le démon de la politique se lance alors dans l'action en participant à l' "Association du Trois Mars", mouvement de réformes institutionnelles et politiques en faveur d'un plus grande autonomie de Genève. Après la Révolution de 1841, il est élu à l'Assemblée Constituante, puis au Grand-Conseil (1842-1871).
Il occupera par ailleurs de hautes fonctions au moment de la révolution fazyste (1846), comme conseiller juridique et membre du gouvernement provisoire, et jouera un rôle important en participant à la commission de préparation de la nouvelle constitution. Cependant, profondément indépendant, Jean-Jaques Castoldi ne suit pas longtemps la ligne du parti James Fazy et se détache des radicaux, continuant à défendre seul ses idées libérales. Ainsi il lutta pendant tout sa carrière d'avocat et d'homme politique contre la peine de mort à Genève.

Définition de l'Arrêté du Conseil d'Etat

Part du chemin de la Chevillarde et aboutit à l'avenue Pierre-ODIER

Anecdotes

Carte