Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Noms géographiques du canton de Genève

Noms géographiques du canton de Genève

Genève : Collonge-Bellerive

La commune de Collonge-Bellerive a une superficie de 610 hectares. Elle est composée essentiellement des villages de Collonge et de Vésenaz, ainsi que des hameaux de Saint-Maurice, de Bellerive et de la Repentance. D’abord appelée Collonges en 1153, elle changea de nom pour celui de Sancto-Mauricio en 1275, puis pour celui de Collonge-Bellerive en 1799.

Les habitants de la commune s’appellent les Collongeois ou Belleriviens.

Si l’on peut affirmer que l’église de Collonge existe au moins depuis 1153, date à laquelle elle a été mentionnée dans une bulle du Pape Eugène III, la paroisse, quant à elle, est certainement encore plus ancienne. Jusqu’à la Réforme, elle dépendait du prieuré de Saint-Jean-hors-les-Murs. C’est en 1536 que Berne prend possession du territoire de Collonge-Bellerive. Elle devient ensuite savoyarde après la conclusion du traité de Lausanne en 1564, puis française lorsque les troupes de la République envahissent la Savoie en 1792, et redevient sarde à nouveau en 1814. C’est le 16 mars 1816 que Collonge-Bellerive sera enfin rattachée définitivement à la Suisse et au canton de Genève par le traité de Turin conclu avec la Savoie.

Armoiries : « De gueules à la bande d’or chargée de trois trèfles de sinople ».
Ces armes sont celles de la famille de Plonjon, seigneurs de Bellerive. La seigneurie de Bellerive appartint à la famille Plonjon de 1565 à 1666. Celle-ci donna plusieurs magistrats à la République de Genève. Le syndic Louis Plonjon fut un des membres du parti des Eidguenots du temps de Berthelier.

Pages