Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Sur terrains privés

Mail des comestibles

Le "mail des comestibles" se propose de végétaliser l'espace central des immeubles et de sensibiliser les habitants à un retour à la nature, à ses bienfaits tant sur le plan moral que physique, au travers de la mise en place de murets aux valeurs esthétiques, recréant une micro–biodiversité avec un entretien minime. Cela offrira la possibilité aux habitants de profiter du lieu pour se ressourcer et se nourrir des herbes aromatiques, ainsi que des "simples" qui pousseront au fil du temps.

Un espace central pouvant être végétalisé

La cour en jardins

Le projet prévoit le réaménagement des espaces verts de la cour intérieure des immeubles de la Société Coopérative du Rhône avec des plantes indigènes qui favorisent la biodiversité locale ainsi que des plantes comestibles qui pourront être cueillies par les habitants.

Davantage de nature, davantage de fleurs

Val Fleuri est un grand établissement médico-social (EMS) qui accueille plus de 200 Résidants. Il se situe sur une parcelle presque carrée de 2 hectares, inclinée au Sud. Les sept bâtiments qui le composent aujourd'hui se sont développés au fil des besoins de l'institution. Le jardin qui les entoure a suivi cette évolution; il forme une promenade continue autour de la parcelle, avec de nombreuses plantes ornementales, mais sans véritable vision paysagère. 

Le jardin est entretenu par l'Association Réalise (insertion professionnelle) qui pratique un jardinage écologique en utilisant peu de machines et pas de pesticides. Les jardiniers ont déjà mené un grand travail pour donner aux lieux un aspect plus agréable, autant pour les êtres humains que pour la petite faune. Egalement sensibilisée au thème de la Nature en Ville, la direction de Val Fleuri s'est engagée dans la Charte des Jardins, dont elle affiche l'emblème à l'entrée de la réception.

L'appel à candidatures de la Direction Générale de la Nature et du Paysage (DGNP) a été l'occasion de réfléchir à un véritable projet à mener sur plusieurs années : amener non seulement davantage de nature, mais aussi davantage de fleurs au fil des saisons, tout en faisant découvrir la faune et la flore des lieux aux Résidants, à leur famille, aux visiteurs et au personnel. Il s'agit de donner du sens au jardin, qui offre de nombreuses possibilités d'aménagement par la diversité de terrains, d'expositions au soleil, et de perspectives visuelles. Le projet vise ainsi à faire évoluer peu à peu les lieux, sans grands bouleversements, pour offrir de nombreux "coins" où l'on ait envie de contempler la nature, les massifs, la vue vers le Salève – et aussi de s'asseoir, seul ou en groupe, et en toute saison.

Une première étape consiste à :

  • Défricher une longue butte plantée essentiellement de cotoneasters pour y créer une zone d'arbustes indigènes sauvages, avec environ 15% d'arbustes ornementaux à floraison tardives placés du côté des bâtiments, afin d'amener des couleurs dans la vie des Résidants.
  • Créer un biotope de sous-bois sous un hêtre pleureur situé près de la réception.
  • Installer 2 nichoirs munis de webcam sur les arbres situés près de la réception, afin de montrer la vie des nids sur un écran: les Résidants pourront suivre le développement des jeunes oiseaux en vidéo, tout en ayant un oeil sur les nichoirs "en vrai".
  • Monter une pyramide en pierres sèches, avec du sable dans sa base, qui servira à la fois de sculpture artistique et de lieu de reproduction pour les lézards.
  • Mettre en place un site de stockage de copeaux et de compostage pour éviter l'évacuation de déchets verts en camion, et pour obtenir du paillage et du terreau "maison" pour l'horticulture et le potager.

Pavillon Cayla

Le pavillon Cayla est une charmante maisonnette située au carrefour entre l'avenue d'Aïre et le chemin François Furet.

En 2010, l'association Pavillon Cayla s'est créée avec pour mission de restaurer le bâtiment et son jardin et d'y implanter un atelier vélo.  Ce lieu est conçu comme une boîte à outils  au bénéfice des habitants, des associations et acteurs sociaux du quartier.

L'enjeu est de faire de cet endroit un espace de rencontre et d'apprentissage, en offrant des places de stages aux jeunes, en développant la convivialité, en proposant des activités par et pour tous.

L'aménagement du jardin est l'un des vecteurs qui permet d'atteindre cet objectif. D'une part, il s'agit d'offrir au sein du quartier un espace nature de proximité et de qualité. D'autre part, la restauration, le développement et l'entretien du jardin s'effectuent dans une dynamique de participation citoyenne et de transmission de connaissances/compétences.

Établit telle une oasis de verdure au milieu des grands ensembles de logements et d'axes routiers majeurs, cet espace est un témoin de la persistance de la nature en ville.

Toiture des Cerisiers

Le projet des Cerisiers comprend deux immeubles de logements locatifs, situés chemin Jules-Edouard Gottret à Veyrier, à quelques minutes à pied du centre historique du village. Plusieurs typologies végétales se relaient depuis la rue, jusqu’au fond de la parcelle, servant de fils conducteurs et de filtres entre espaces privés et publics (cordon boisé, massifs arbustifs indigènes, arbres isolés, arbustes et vivaces d’ornement, grimpantes…). La végétalisation extensive des toitures des casquettes de l’entrée du parking souterrain (108m2) et des quatre entrées d’immeubles (37m2), s’inscrit dans la démarche du projet : offrir un cadre de vie largement planté, garant d’une grande biodiversité.

Noue HIG

Dans le cadre de la construction de la Hall HIG (Hôtel industriel des Galants) destinée à des entreprises de logistiques et à des activités artisanales avec les surfaces de bureaux qui leur sont nécessaires, le projet prévoyait la réalisation d’une toiture végétalisée. Pour des raisons techniques, celle-ci n’a malheureusement pu être mise en œuvre.

Parallèlement à ce projet privé, la stratégie paysagère du Grand Projet Zimeysaver est de constituer une structure forte et unificatrice des espaces publics. Le long de la route de Satigny une structure paysagère est ainsi projetée par des continuités vertes de mobilité douce et biologiques, accompagnés par une récupération des eaux pluviales en surface (Noues).

En partenariat entre le canton (DGNP et DGEau) et les privés, il est proposé de reverser  le montant compensatoire alloué à la toiture dans la réalisation d’une noue situé au pied du bâtiment. Cette noue permet ainsi de gérer à ciel ouvert les eaux de toitures du bâtiment, de créer un milieu naturel propice aux batraciens et de re-végétaliser l’espace.


Mise à jour : 31.05.2016