Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Politique forestière genevoise

La politique forestière genevoise repose sur les principes suivants (art. 3, loi sur les forêts (M 5 10) :

  • a) maintenir et améliorer la santé des forêts et réduire les influences nocives qu'elles subissent;
  • b) restaurer et maintenir la chênaie en tant qu'élément de haut intérêt biologique et culturel;
  • c) assurer la conservation du patrimoine forestier cantonal dans sa diversité et poursuivre sa mise en valeur;
  • d) créer les conditions économiques permettant la conservation de la forêt en tant qu'écosystème produisant des bois de qualité;
  • e) assurer, dans les possibilités de sa gestion, la participation de la forêt à la production d'énergie renouvelable;
  • f) garantir l'aide financière publique pour la réalisation des objectifs assignés à la forêt, y compris les prestations de service des propriétaires forestiers;
  • g) maintenir, dans la mesure du possible, des lisières étagées.

Plan directeur forestier

Le plan directeur forestier définit les diverses fonctions qui sont attribuées aux massifs forestiers et fixe les grands principes guidant leur gestion.

Conformément à ce que prévoit la loi cantonale sur les forêts (LCFo), le plan directeur forestier vise à

  • défendre les intérêts publics propres à la forêt ;
  • assurer la coordination avec l’aménagement du territoire.

Il assure la mise en œuvre de la politique forestière et permet une juxtaposition harmonieuse des différentes fonctions assignées à la forêt, telles la conservation de la nature, l’accueil du public, la protection des terrains instables et la production de bois. Le plan directeur est conçu comme un outil d’aide à la décision pour les actions à entreprendre au niveau de la gestion forestière. Il est complété par des plans sectoriels et des plans de gestion qui précisent plus directement les travaux à effectuer.

Plan sectoriel : Document définissant les objectifs et les moyens à mettre en œuvre pour des ensembles d’objets regroupés selon leur problématique commune.

Plan de gestion : Document planifiant de manière précise les travaux et interventions à effectuer sur une surface de forêt déterminée : calendrier pluriannuel des travaux à effectuer dans un massif.

Par ailleurs, le plan directeur apporte de nombreuses informations sur la forêt à Genève (inventaires, cartes...), les fonctions de la forêt, les projets et mesures à prendre ou les dispositions légales concernant la gestion des forêts. Edité en 2000, sa durée de validité a été fixée à 20 ans afin d’assurer une continuité à l'échelle des forêts.

Un ambitieux programme de rajeunissement

L'essentiel de la forêt genevoise était jusqu'il y a peu constitué des rejets issus d'anciennes souches, épuisées par une exploitation intensive. Pour corriger cette situation et assurer le bon renouvellement des arbres, un programme de rajeunissement de la forêt est prévu dans le Plan directeur forestier.

Celui-ci est mené par l'Etat de Genève et a débuté en 2000. Ce projet prévoit des techniques adaptées à chaque contexte, avec des coupes lorsqu'elles s'avèrent nécessaires, ainsi que des restaurations naturelles.

Afin de tirer parti de ces mesures souvent lourdes, les forestiers de l'Etat de Genève, mettent à profit les surfaces ouvertes pour réinstaller des zones plus favorables à la biodiversité, comme les clairières ou les lisières. En effet, les écosystèmes forestiers, notamment lorsqu'ils sont diversifiés, constituent l'habitat de nombreuses espèces – comme le sanglier, amateur de glands, le pic mar, rare à Genève, ou encore la barbastelle, une chauve-souris, qui occupent les vieux arbres – et représentent donc des milieux naturels de grande valeur. Lors des interventions, un soin particulier est également accordé à la préservation du sol en limitant les impacts dus aux véhicules utilitaires. De plus, les forêts domaniales genevoises peuvent se prévaloir du label FSC®.

Toutes les conditions sont donc réunies pour assurer une gestion durable des espaces forestiers dans notre canton. Ainsi, depuis plus de dix ans, 10 ha boisés sont régénérés chaque année. Ils constituent d'ores et déjà la forêt genevoise de demain.

Un enjeu : les lisières

La lisière constitue la zone de transition entre la forêt et les terrains ouverts. Lorsqu'elle est naturelle, elle présente une structure étagée et un contour sinueux. Elle est composée de jeunes arbres et arbustes indigènes entourés d’une frange herbeuse. Ensemble, ils procurent des habitats variés et une nourriture abondante pour de nombreuses espèces telles que les chevreuils, renards, lièvres, fouines, pics verts, bruants jaunes et orvets.
Hélas, le manque d’entretien a fait disparaître la quasi totalité des lisières naturelles. Les arbres de la forêt jouxtent sans transition les champs cultivés. Sans la frange arbustive et herbeuse, le paysage se banalise et les espèces se raréfient.
Conduit par l'Etat de Genève, un programme de traitement des lisières remplissant les objectifs biologiques est en cours.

Réserves forestières

Actuellement, à Genève, la quasi totalité des réserves naturelles sont situées en forêt.
Un concept visant à renforcer la mise en réserve d’une quarantaine de secteurs forestiers particulièrement importants pour la biodiversité ou par le mode de sylviculture pratiqué a été établi dans la foulée du plan directeur. En 2009, un premier lot de 14 objets (institués «réserves biologiques forestières» selon les bases règlementaires de 1982) ont vu leur statut de réserve forestière et naturelle confirmé par arrêté du Conseil d’Etat. Cette reconnaissance a permis de concrétiser les engagements du canton vis-à-vis de la Confédération et des organes de certification forestiers (FSC®). Des travaux d’entretien et de régénération ont permis de mettre en valeur ce patrimoine.


Mise à jour : 08.08.2013