Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

La gestion de la forêt à Genève

La forêt est bien plus qu'une addition d'arbres, c'est un organisme vivant ! A ce titre elle est en constante évolution, soumise à différentes phases de vie allant de la jeunesse à la vieillesse en passant par la force de l'âge. Au fil du temps, le sol forestier est d'abord dénudé, ensuite occupé par de petits arbres puis par de plus gros ; la forêt est un patrimoine naturel changeant et sa gestion prend en compte cette caractéristique.

En Suisse, la législation protège la forêt très efficacement depuis plus d'un siècle. En effet, sa superficie ne doit pas être diminuée et sa gestion doit garantir la pérennité de toutes ses fonctions. Elle tient compte des intérêts de la protection de la nature, du paysage et de la diversité biologique en assurant une conservation qualitative. Il en va de même à Genève où il est même précisé que la chênaie, spécificité genevoise riche en biodiversité, doit être maintenue et restaurée en tant qu'élément naturel et culturel de grande valeur (milieu digne de protection au sens de l'Ordonnance fédérale de la protection de la nature). L'Etat et certaines communes s'engagent même davantage dans la gestion durable en répondant aux exigences de la certification.

L'exploitation de la forêt est plus complexe qu'il n'y parait. Nous avons besoin de bois et il est logique de le récolter chez nous. Cependant, la multifonctionnalité ne facilite pas la tâche de la planification forestière ; la présence de vieux arbres sur des terrains instables ou à des endroits fréquentés pose d'importants problèmes de sécurité. Mais ces vieux arbres sont également vitaux pour certaines espèces, Les forestiers travaillent donc en concertation avec les protecteurs de la faune, les collectivités publiques et tous les acteurs impliqués. Une pesée d'intérêt est inévitable et, même si elle peut être coûteuse, ce principe est le seul adapté à Genève.

La multifonctionnalité et la durabilité de la forêt implique de couper des arbres.


Exemples de taillis avant et plusieurs années après qu'un entretien par les forestiers bûcherons ait eu lieu.

La gestion de la forêt est un outil essentiel de la régénération de la forêt genevoise. Elle passe obligatoirement par la coupe d'arbres d'espèces, de tailles et d'âges divers. La différence entre une forêt gérée de manière durable n'est pas le fait de couper ou non des arbres mais dans le choix des tiges à abattre, la planification des interventions, ainsi que dans la manière d'exécuter les travaux.

Ainsi à Genève, des arbres peuvent être coupés pour les motifs suivants :

La sécurité, soit que ces arbres menacent directement des personnes ou des biens, soit que leur présence menace la stabilité du terrain.

Permettre le développement d'autres arbres ou plantes que l'on désire favoriser. Les tiges qui croissent très serrées n'ont pas la place nécessaire pour se développer de manière harmonieuse. La flore et la faune qui en dépend, a également besoin de la lumière jusqu'au sol.

Le rajeunissement : afin de garantir un équilibre à long terme, il est nécessaire que la forêt se rajeunisse de manière régulière. Le canton est trop exigu et les exigences imposées à la forêt trop élevées pour laisser les peuplements vieillir sur de grandes surfaces à leur propre rythme. La gestion doit veiller à un tournus adapté tout en laissant un nombre suffisant de très vieux arbres.

La planification des travaux, suivie par des inventaires réguliers, prévoit de ne pas récolter plus de bois que la forêt n'en produit. Cette gestion porte ses fruits : on estime que le volume de bois n'a jamais été aussi important à Genève depuis 500 ans !

A Genève, la gestion des forêts c'est : 

  • 16'000 m3 c'est la croissance annuelle moyenne (soit environ 2 m3/h !) . 6'000-7'000 m3 sont prélevés pour la gestion de la forêt et valorisés économiquement, sous forme de bois-énergie pour le chauffage, par exemple de l'école Bois-Gourmand à Veyrier, d'Ecogia à Versoix ou encore de l'HES de Lullier. Ce bois permet l'économie d'environ 1'200'000 litres de mazout annuels.
     
  • Un travail exécuté par des entreprises privées et les forestiers bûcherons cantonaux de l'Etat de Genève.

Les interventions forestières sont souvent spectaculaire. L'information du public est indispensable à une bonne compréhension de la gestion qui en est mise en oeuvre. Ainsi, lorsque des travaux forestiers touchent des milieux boisés à proximité de zones habitées, les collectivités organisent des séances publiques d'information ou des communiqués sont transmis aux journaux communaux. 

Pour plus d'information :


Mise à jour : 16.04.2014