Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Le Lynx

Le Lynx boréal (Lynx lynx)

Le Lynx boréal, aussi appelé Lynx d'Eurasie, est sans doute le plus discret des hôtes de nos forêts. Il est facilement reconnaissable à ses favoris et ses oreilles surmontées d'une touffe de poils noirs, sa queue courte et sa fourrure tachetée. C'est un prédateur spécialisé sur le chevreuil, le chamois étant aussi une proie recherchée quand elle est présente.

Situation

Présent à l'origine sur l'ensemble du continent européen, le lynx a quasiment été éradiqué suite à la surexploitation des forêts et du gibier par l'homme et au commerce de sa fourrure. Dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest, les derniers individus ont été abattus au début du 20ème siècle.

Aujourd'hui, le lynx est une espèce protégée dans presque tous les pays européens. En Suisse, ce carnivore, comme le loup et l'ours, a été classé en 1962 dans la liste des espèces protégées par la loi fédérale sur la chasse et la protection de la nature, à une époque où ces animaux avaient disparu du pays.

Pour rétablir l'équilibre écologique des forêts, la Confédération s'est engagée au début des années 70 dans un programme de réintroduction : le lynx a ainsi retrouvé sa place parmi la faune suisse. On estime qu'une trentaine d'individus ont été relâchés dans le pays, en vue d'établir des populations résidentes dans les zones qui lui sont favorables. Cette opération est un succès : aujourd'hui, on évalue la population de lynx suisses à environ 150 individus, répartis principalement dans le Jura et dans les Préalpes. Ces effectifs restent néanmoins très faibles et fragiles et c'est pourquoi le lynx a été identifié en 2011 comme espèce prioritaire l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

En France voisine, on estime qu'environ 180 individus sont présents dans l'est du pays (surtout chaîne jurassienne, mais aussi Alpes et Vosges).

Ponctuellement présent à Genève

A Genève, la présence de l'espèce est confirmée dans les grands massifs forestiers du canton de façon rare et ponctuelle (observations directes ou traces). Ces observations s'expliquent par les liens – les corridors biologiques encore fonctionnels - entre les forêts du canton et le massif du Jura, où l'espèce est bien établie.

En effet, le suivi des lynx relâchés - assuré en Suisse par le KORA - a permis de démontrer que ces animaux peuvent se déplacer sur de grandes distances, séjournant parfois à proximité des zones habitées, voire des grandes villes. Peu farouche, le lynx sait se faire très discret, passant la plupart du temps inaperçu. Il faut rappeler que la présence en Suisse depuis plusieurs décennies de ce carnivore n'a jamais été à l'origine d'attaque avérée à l'égard des humains.

Photos: Etat de Genève / Céline Rochet, Jean-Marc Mitterer et Laurent Geslin

Rencontrer un lynx et reconnaître sa trace

Une rencontre avec un lynx, ou au moins un indice de présence (trace ou proie) n'est donc pas exclue sur le territoire genevois. Il est utile de documenter ces données et les promeneurs peuvent contribuer à améliorer les connaissances sur cette espèce dans le canton.

Toute observation ou indice de présence devrait être signalé à la direction générale de la nature et du paysage T 022 388 55 00.

Un lynx surpris dans ses déplacements nocturnes. Massif du Jura, mars 2010
Image : Alain Rauss

 

Reconnaître une trace de Lynx

Une empreinte de Lynx a une forme ronde similaire à celle laissée par un chat domestique mais est 2 à 3 fois plus grande (6 cm de long par 7 cm de large). Comme pour tous les félidés, les griffes du lynx sont rétractables et ne marquent pas le sol, sauf en cas de glissade ! Son pas mesure environ 80 cm de long mais le lynx peut faire des bonds de plus de 7 m !

Pour en savoir plus :

Visionner le lâcher de Talo, le lynx


Mise à jour : 08.08.2013