Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Faune menacée

Même si elle a de beaux restes, la faune genevoise a fortement souffert et souffre encore du développement de l'agglomération urbaine et de la pression accrue sur ce qu'il reste de campagne.

Les facteurs négatifs suivants sont particulièrement importants pour la faune genevoise :

  • L'urbanisation inexorable qui a englouti bientôt la moitié du territoire genevois (sans compter la ceinture frontalière en France voisine) et qui a fait disparaître la quasi-totalité des rives naturelles du lac. A Genève, un dernier morceau de rives lacustres naturelles est bien conservé au sein de la Réserve Naturelle de la Pointe-à-la-Bise.
     
  • La fragmentation du paysage, par des constructions et des routes, qui divisent les territoires de la faune en des surfaces de plus en plus petites et de plus en plus isolées, empêchant pour beaucoup d'espèces un développement normal des populations. Une politique de conservation et de restauration des corridors à faune se met toutefois lentement en place.
     
  • L'intensification de l'agriculture qui a littéralement désertifié les campagnes du point de vue faune. Les changements d'orientation de la politique agricole entamés depuis une dizaine d'années et notamment la réalisation de réseaux agro-environnementaux ont toutefois permis de retrouver des richesses perdues et sont de bonne augure pour le futur.
     
  • La pollution et la correction des cours d'eau qui ont pris une ampleur catastrophique. Là aussi, les récents efforts de renaturation des cours d’eau ont toutefois permis de commencer à regagner le terrain perdu.
     
  • Les activités de loisirs d'une population de plus en plus importante, qui cause des dérangements considérables dans les campagnes et les forêts du canton. Une coopération accrue du public, obtenue par une bonne information et la mise à disposition d'infrastructures adéquates, s'avère indispensable pour permettre la coexistence avec une faune digne de ce nom. Cette politique est testée avec succès dans le site naturel des Teppes de Verbois.
     
  • Les introductions, volontaires ou non, d'espèces non-indigènes d'animaux pèsent également lourdement sur la faune locale, allant jusqu'à causer la disparition totale de plusieurs espèces.


Mise à jour : 08.08.2013