Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Moustique-tigre

Malgré sa dénomination féroce, le Moustique-tigre est un moustique de petite taille noir et blanc – d'où son nom - difficile à reconnaître des autres espèces de moustiques. Comme chez la plupart de ces espèces, sa femelle pique parfois les humains, suscitant des démangeaisons passagères. Cependant le Moustique-tigre justifie une attention particulière : dans certaines circonstances, peu probables sous nos latitudes, il peut être le vecteur de maladies exotiques.

Un moustique urbain

Venu d'Asie, le Moustique-tigre colonise aujourd'hui certaines régions d'Europe. Détruit par ses prédateurs dans les étangs et les zone humides, il profite avant tout des petites flaques d'eau artificielles – récipients, vieux pneus, etc. - pour se reproduire, notamment dans les espaces habités. Encore absent du canton de Genève, son arrivée est probable dans les années à venir. C'est pourquoi un dispositif de suivi et de gestion est mis en œuvre.

Comment reconnaître un Moustique-tigre?

Le Moustique-tigre se trouve dans les zones urbaines et non pas en milieu naturel

Il est plus petit que la plupart des espèces de moustiques indigènes.
Il ne dépasse pas une pièce de 5 centimes avec les pattes déployées et le corps mesure environ 5 mm.
Il est zébré de noir et de blanc mais plusieurs espèces locales ont une coloration similaire.
Examiné de près, on le reconnaît à ses pattes sombres marquées d'anneaux blancs.

 

Que faire en cas de présence du Moustique-tigre ?

En l'absence de foyer des maladies exotiques concernées, être piqué par un Moustique-tigre n'implique aucune mesure particulière. Cependant, afin d'assurer la gestion adéquate de cette espèce, tout soupçon sérieux de présence de Moustique-tigre dans la région genevoise peut être signalé (avec photo ou spécimen) à la direction générale de la nature et du paysage qui se chargera de vérifier l’identification en collaboration avec des spécialistes.

 


Mise à jour : 13.05.2015