Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Faune

Le canton de Genève abrite une faune remarquable au niveau suisse, malgré sa petite surface et une urbanisation importante. Sa situation climatique privilégiée, ses forêts de chênes, sa campagne, ses nombreuses rivières et plans d’eau, ses réserves naturelles soigneusement gérées, sans parler de sa position sur un grand axe de migration (entre la vallée du Rhône et l'arc alpin), font de Genève un canton riche de plus de 20 000 espèces animales.

Les phénomènes liés à l’urbanisation (diminution de l'espace disponible, augmentation du trafic routier,…) font de la faune genevoise une faune menacée. Mais l’intérêt que lui porte la population ainsi que les autorités permet d'établir une protection efficace.

De nombreuses mesures sont aussi mises en place pour permettre à la population d’apprendre à connaître cette richesse faunistique, tout en limitant les impacts négatifs que pourraient avoir certaines espèces, sur l'agriculture notamment.

Afin de garantir durablement la diversité de cette faune la DGNP met en place une gestion adaptée, basée sur 3 grands principes :

  • Préserver ou accroître la diversité naturelle et l’abondance des espèces indigènes, par une amélioration de leurs milieux et la lutte contre les espèces invasives
  • Protéger les espèces les plus menacées, par la mise en place de plans d’action spécifiques
  • Limiter les impacts indésirables de la faune, sur les plans sanitaires et économiques, en agissant prioritairement sur la prévention.

Les rôles de la faune sauvage, notamment d'un point de vue social et culturel, se traduisent par l'engouement de plusieurs artistes à observer et à faire apprécier au public la nature qui l'entoure.

Pour en savoir plus
Le saviez-vous?

L'interdiction de la chasse

A Genève, la chasse est interdite depuis 1974. La population apprécie la tranquillité et la sécurité liées à cette interdiction et prend plaisir à côtoyer une faune riche et diversifiée. Cette interdiction a en effet su profiter à de nombreuses espèces "chassables": oiseaux d'eau, cervidés, sangliers, lièvres, petits carnivores, etc. Ces augmentations d'effectifs s'accompagnant de certaines contraintes, la DGNP a mis en place des mesures de gestion adaptées afin de limiter les impacts négatifs de la faune sauvage.

 

L'équilibre faunistique est sensible: sans autorisation spécifique de la DGNP, ne relâchez pas d'animaux dans la nature, n'en capturez pas et n'en déplacez pas.

De plus, afin de ne pas perturber la faune sauvage, les chiens doivent être sous la parfaite maîtrise de leurs propriétaires.


Des techniques de suivi adaptées











Les sites naturels – et notamment les milieux protégés - sont des havres pour la biodiversité. Souvent discrète durant la journée, la faune genevoise n’est pas toujours facile à observer. Les gardes de l’environnement, avec l’appui des spécialistes de l’Etat de Genève, procèdent au suivi des espèces prioritaires en s’appuyant sur les techniques les plus adaptées, à l’instar des amplificateurs de lumière, des lunettes infra-rouge, du radio-tracking ou des pièges photographiques. Ces derniers, installées sur certains sites conformément aux principes de respect de la sphère privée, fournissent de précieuses informations, notamment sur les activités et les déplacements des mammifères.


Mise à jour : 23.12.2016