Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Nature

Nature

Réseau équestre, recommandations

Pour des randonnées équestres en harmonie avec la nature dans le canton de Genève

Quoi de plus merveilleux qu’une promenade à cheval dans la campagne genevoise ! Les nombreux itinéraires cavaliers aménagés à travers champs et forêts permettent au cavalier de découvrir au gré de ses balades un paysage largement préservé grâce à un aménagement du territoire bien pensé. Dans une même optique, les loisirs doivent répondre à des codes de conduite pour que le plaisir des uns respecte le travail des agriculteurs et garantisse des espaces suffisants pour la survie de la faune sauvage.

De l’éthique à la réglementation… ou les conseils du domaine nature et paysage du canton de Genève

Le domaine nature et paysage  entretient de bons rapports avec les quatre associations de cavaliers qui couvrent le canton. Cette collaboration est indispensable pour parvenir à concilier les loisirs et la protection des sites et des espèces qui forment ensemble la richesse naturelle de notre canton. 

Code de bonne conduite

De manière générale, le cavalier et la cavalière perpétuent une tradition d’éducation, de bonne tenue et de respect des usagers rencontrés dans les bois: on met son cheval au pas pour croiser des piétons, on se salue, on respecte la propriété privée. C’est bien ! Mais il y a encore beaucoup de règles, notamment celles attachées à la législation routière et à la protection de la nature qui sont par trop méconnues ou sciemment ignorées…

Respect mutuel

Il est une règle fondamentale, que l’on soit cavalier, cycliste, automobiliste ou conducteur d’attelage : chacun doit se comporter de manière à ne pas gêner ni mettre en danger ceux qui utilisent la route conformément aux règles établies.

En forêt, restons sur les chemins !

Les forêts sont librement accessibles pour les piétons. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elles n'appartiennent pas à quelqu'un !
En conséquence, leur accès est réglementé: ainsi, le passage des chevaux et des attelages est limité aux chemins des réseaux équestres validés. Ces cheminements sont indiqués par des panneaux caractéristiques (losange bleu avec silhouette de cheval monté).

Les sentiers au gabarit étroit, les sous-bois, les ouvertures d’exploitation forestière (layons) leur sont interdits.De plus, lorsque les chemins de forêt autorisés sont détrempés, il faut s’abstenir d’y chevaucher.

Respectons le travail de l’agriculteur !

Faut-il le répéter ? Certes, oui ! Il est strictement interdit de chevaucher sur des terrains agricoles quelle qu’en soit la nature et à tous les stades de développement de la culture. Attention, les jachères, semées par les agriculteurs pour favoriser la biodiversité dans le paysage rural, sont aussi des cultures, ceci même en hiver! Naturellement, le chien qui accompagne parfois le cavalier ne doit pas divaguer dans les cultures !

Les bandes herbeuses… des espaces convoités !

Au bord des forêts, des haies et des rivières, les agriculteurs sont incités à installer des bandes d’herbe d’une largeur de 3 m au-moins. Ces bandes, riches en fleurs et en petits animaux, ne sont pas des pistes de galop, mais des surfaces à ménager, qu’il est interdit de franchir à pied, à cheval ou avec un véhicule. Ceci sous peine de sanctions infligées à l’agriculteur, lequel peut perdre le droit à une partie des contributions qu’il reçoit pour les prestations écologiques.
Un cours d’eau doit être franchi perpendiculairement et non sur une bonne longueur pour rafraîchir la monture…

Reconnaître la signalisation

En zone rurale, les chemins agricoles sont en principe ouverts à la circulation équestre. Le signal « Interdiction générale de circuler dans les deux sens » ne concerne, exceptionnellement, pas les cavaliers. Ces derniers peuvent donc passer outre, mais pas les attelages !
En revanche, le signal « Circulation interdite aux animaux » s’adresse aux animaux de trait et de selle. Les cavaliers n’ont pas le droit de le franchir. L’attelage oui, puisque considéré comme véhicule hippotracté.
Les chemins pour piétons et les pistes cyclables signalées comme tels sont interdits aux cavaliers. La bande cyclable fait partie de la chaussée et le cavalier doit se tenir sur le côté droit de celle-ci, donc contre la marque jaune. Sur les cheminements mixtes, séparés ou non, les cavaliers n’y sont pas autorisés, car seuls deux groupes d’usagers peuvent circuler sur ces voies sans se gêner. Le signal rond, bleu, ne peut donc comporter que la silhouette du piéton et du cycliste ou du piéton et du cavalier. 

Un équipement irréprochable

De nuit ou par brouillard, même en lieu éclairé, le cavalier doit porter du côté de la circulation une lumière jaune non éblouissante. Les guêtres réfléchissantes ne remplacent pas la lumière jaune.

En conclusion, le cavalier qui chevauche dans la nature rencontrera toujours des gens pour qui la terre est l’outil de travail et les récoltes leur gagne-pain. Cela mérite respect.

Liens


Mise à jour : 06.05.2016