Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Mobilité

Mobilité

Stationnement

Le stationnement est l'un des piliers de la politique de la mobilité, avec les transports individuels motorisés, les transports publics et la mobilité douce. En effet il joue un rôle central dans le choix du moyen de transports pour réaliser les déplacements. La disponibilité du stationnement à la destination du déplacement revêt une importance au moins comparable au temps de déplacement, aux conditions de déplacement et au coût du déplacement. Le stationnement est donc un "outil" très puissant pour orienter l'organisation des déplacements et inciter à l'utilisation d'autres formes de mobilité que les modes individuels motorisés.

La gestion du stationnement permet également d'augmenter l'offre en stationnement à disposition, notamment via les durées autorisées et la tarification du stationnement. Sans gestion du stationnement, une même place de stationnement va être occupée en moyenne par 1 à 2 voitures par jour. A l'inverse, en limitant la durée autorisée, il peut être observé 8 à 10 voitures par jour sur la même place.

La direction générale des transports est l'autorité compétente en matière de stationnement à Genève. Ses domaines d'actions couvrent le stationnement dans les rues, dans les parkings en ouvrage à usage public et dans les parc-relais (P+R). Un plan directeur du stationnement est prévu d'être adopté par le Conseil d'Etat en 2010, qui sera accompagné par un plan d'actions 2011-2014.

L'offre publique représente moins de la moitié de l'offre totale de stationnement au centre-ville. Ainsi, le stationnement privé revêt une importance cruciale pour la politique de mobilité. L'Etat de Genève l'aborde au moyen du règlement de construction des places de stationnement sur fonds privés, adopté en 2008 par le Conseil d'Etat. Ce règlement définit le nombre maximal de places constructibles par les entreprises et le nombre minimum de places à construire pour les logements.

___________________________

Voir aussi


Mise à jour : 26.05.2016