Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch    
 
Ge.ch > Mobilité

Mobilité

Transports publics

Quel mode de transport choisir pour se déplacer à moindre coût ?

Le moindre coût, après la marche à pied et le vélo, ce sont les transports publics. Le coût d'une voiture - que l'on estime, en moyenne, à 80 ct le km, sans compter le parking, est beaucoup plus élevé que celui du bus. De même pour le scooter (on estime environ son coût à 2500 F pour 5000 Km par an. ). Avec un abonnement annuel TPG et à raison d'un aller/retour quotidien,  la course en bus revient à peine plus d'1 franc.

Pourquoi ne pas rendre les TPG gratuits ?

Le développement comme le fonctionnement des transports publics ont un coût, et un coût élevé. Actuellement, les transports publics sont subventionnés, à Genève, à raison de 60 %, c'est-à-dire à hauteur d'environ 130 millions. C'est dire que, pour qu'ils soient moins chers encore, voire gratuits, les impôts et la dette publique devraient faire la différence. La gratuité coûterait au Canton de Genève environ 167 millions de plus par année. Une telle somme serait plus judicieusement utilisée pour continuer à développer l'offre, seule moyen d'agir positivement sur la fréquentation. Le 24 février dernier, la population genevoise a refusé l'initiative populaire 127 intitulée "Pour la gratuité des transports publics genevois".

Les transports publics seraient-ils davantage utilisés s'ils étaient gratuits ?

Différentes études réalisées, notamment à partir de cas concrets, démontrent que le coût n'a qu'un effet marginal sur la fréquentation des transports publics. C'est la qualité et la quantité de l'offre qui poussent les usagers à utiliser les transports publics, et non le fait qu'ils soient gratuits ou non. Si la fréquence des trams et des bus est bonne et qu'ils desservent bien les endroits où les gens habitent et où ils se rendent, c'est alors qu'ils les utilisent.

Peut-on prendre son vélo dans le bus ?

Oui, il est possible de prendre un vélo à bord des véhicules, sur l'ensemble du réseau, si il y a assez de place. Ils sont transportés au plein tarif (tarif réduit pour les détenteurs d’abonnement demi-tarif). A noter que les tandems, vélos horizontaux ou munis d'une remorque demeurent prohibés
Pour en savoir plus : site internet TPG

Peut-on prendre son vélo dans le train ?

Le chargement des vélos est possible dans la majorité des trains.
Pour en savoir plus:  site internet des CFF

Combien cela coûte-t-il de mettre son vélo dans le train ?

Il existe des cartes journalières à 15 CHF voire à 10 CHF pour les détendeurs de certains abonnements. En plus, une personne voyageant régulièrement avec son vélo dans le train peut bénéficier du Passeport Vélo valable une année au prix de 195.00 CHF seulement. Finalement, les vélos dont la roue avant est démontée et qui sont transportés dans un sac peuvent être emportés gratuitement.
Pour en savoir plus:  site internet des CFF

J'habite la campagne genevoise, un endroit peu ou pas desservi par les transports publics, que faire ?

Essayez Proxibus, qui  vous mènera de chez vous au réseau TPG le plus proche, ou Telebus, qui fonctionne sur appel dans l'ouest genevois. Conçus pour s'adapter aux besoins particuliers de chacun, les services de bus sur appel renforcent la desserte en campagne.

Je dois rentrer chez moi tard un vendredi ou un samedi soir, comment faire ?

Noctambus vous ramènera à la maison sans risque d'accident de la route : douze lignes de bus circulent tous les vendredis et samedis soir jusqu'aux petites heures du matin.


Mise à jour : 17.03.2017