Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la pageContactez-nousPlan du siteFoire aux questionsConditions d'utilisation

Formulaire de recherche

ge.ch Démarches en ligne Thèmes Organisation Chemin de vie  
 
Ge.ch > Thèmes > Mobilité > Actualités > Réseaux de transports collectifs genevois : satisfaire des usagers toujours plus nombreux et préparer l’agglomération ferroviaire

Mobilité

Réseaux de transports collectifs genevois : satisfaire des usagers toujours plus nombreux et préparer l’agglomération ferroviaire - 12.09.2013

 Unireso a dépassé les objectifs au premier semestre 2013, signant une fidélisation renforcée des usagers sur les lignes des réseaux de la communauté tarifaire du Grand Genève. Par ailleurs, la satisfaction des usagers des transports collectifs genevois est au beau fixe, selon l'enquête internationale BEST, comparant Genève à cinq grandes villes européennes. Les réclamations de la clientèle des TPG ont de plus enregistré une importante diminution entre le premier semestre 2012 et le premier semestre 2013. Parmi les mesures qui seront mises en oeuvre à l'occasion de l'étape 2014, le prolongement de la ligne 18 de Bel Air au rondeau de Carouge signe le retour d'une liaison de tramway directe entre Carouge et la gare Cornavin.

 «La difficile mise en place du réseau des TPG de décembre 2011 doit désormais être considérée comme révolue. Grâce, d'abord, aux améliorations immédiates mises en place conjointement par le département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement (DIME) et l’opérateur et, surtout, grâce aux 30 mesures d'amélioration de fond qui ont été présentées ici il y a une année. Grâce enfin aux dernières nouveautés qui seront mises en oeuvre lors de l'Etape 2014, soit le 15 décembre prochain», a déclaré Michèle Künzler, conseillère d'Etat en charge du DIME, en introduction de la conférence de presse consacrée aux réseaux de transports collectifs genevois, le 12 septembre à l'Hôtel de Ville. «Avec cette dernière série de mesures, nous clôturons deux ans de travail intense, durant lesquels les services du département que je préside auront oeuvré en partenariat avec les TPG à améliorer le réseau, et à matérialiser un contrat de prestations ambitieux, voté en début de législature, avec à la clé une augmentation de l'offre de près de 32%.»

Fréquentation en hausse

La stabilisation du réseau se traduit par les excellents résultats du premier semestre 2013 de la zone tarifaire Unireso: «Les objectifs de fréquentation ont été dépassés et la fidélisation des usagers s'est renforcée », a souligné Benoît Pavageau, directeur des transports collectifs à la direction générale de la mobilité (DGM). Ainsi, les ventes Unireso enregistrent une forte croissance (+5,8% par rapport à 2012), notamment grâce à l'augmentation des abonnés mensuels (+10,4%), stimulant par ailleurs la croissance de la fréquentation: «une personne qui prend un abonnement voyage davantage» a analysé Benoît Pavageau. Cette importante croissance touche tous les réseaux et tous modes de transports collectifs (tram, bus et trolley).

De son côté, Guy Larmanjat, président du GLCT-transports s'est félicité du succès des lignes transfrontalières: «Sur l'ensemble du réseau interurbain transfrontalier, la fréquentation a augmenté de 30%. Cela s'explique notamment par la forte progression de la ligne 71 (Genève-Thonon-Evian), due au succès du P+R de Veigy et à la poursuite du développement urbain du Bas-Chablais.»

François Gatabin, chef du trafic régional Romandie des Chemins de fers fédéraux (CFF), a lui aussi présenté de bons chiffres de fréquentation. Ainsi, la ligne Genève-La Plaine affiche une progression de 5,4%. La ligne Genève-Coppet affiche quant à elle un niveau de fréquentation proche de la limite de la capacité de la ligne, soulignant ainsi la nécessité des améliorations de l'infrastructure ferroviaire qui doivent débuter dès 2014 pour accroître les cadences et allonger les trains (voir plus bas).

Les conditions météorologiques très défavorables depuis janvier ont causé une diminution globale de -9,6% de la fréquentation des mouettes de la SMGN SA. En revanche, bien que tardive, la tendance estivale ainsi que les bonnes conditions climatiques ont fait progresser la fréquentation de +2%. Plus particulièrement, la fréquentation durant les extensions d'horaires est en nette augmentation par rapport à 2012 (+36% en avril et +20% en juillet).

Succès des lignes passant par le pont du Mont-Blanc

La croissance globale de la fréquentation, tant en terme de voyages effectués que de kilomètres parcourus par les usagers, est notamment due à l'attractivité des lignes de bus empruntant le pont du Mont-Blanc, grâce à la nouvelle voie réservée aux bus inaugurée en février 2012. Cette optimisation des liaisons entre la rive gauche et la rive droite et, partant, de la desserte de la gare Cornavin rencontre un vif succès auprès des usagers, au point que l'on assiste à un transfert de passagers du tram 12 vers le réseau bus transitant par le pont du Mont-Blanc. La plus forte fréquentation est signée par la ligne 8 avec +11,2% au deuxième trimestre 2013.

Satisfaction accrue des usagers

«En plus d'une fréquentation en hausse sur ses réseaux, Genève retrouve la confiance des usagers, a souligné Blaise Hochstrasser, directeur général de la mobilité. Selon les résultats de l'enquête européenne BEST, notre canton se place en deuxième position dans l'étude comparant Genève à cinq villes européennes (Helsinki, Vienne, Stockholm, Copenhague et Oslo) ». Les différents indicateurs (offre, ponctualité, confort, information…) ont retrouvé un niveau équivalent ou supérieur à l'enquête menée en 2011, avant le changement de réseau. «Le nombre de réclamations enregistrées par les TPG a par ailleurs fortement baissé, a ajouté Roland Bonzon, directeur général des TPG. Entre le premier semestre 2012 et le premier semestre 2013, le volume général a diminué de 41%.» Les plaintes liées à l'offre, qui était un des thèmes principaux en 2012 (21% des réclamations) ne représentent plus que 6% des réclamations cette année.

Liaison de tram directe entre Carouge et Cornavin

«L'Etape 2014 verra l'introduction de plusieurs mesures d'amélioration qui renforceront encore celles mises en place en décembre 2012», a annoncé Benoît Pavageau. La plus importante interviendra dès le printemps 2014 avec l'extension du parcours de la ligne de tram 18 (CERN – Bel-Air) jusqu'au Rondeau de Carouge. «Depuis une année, nous travaillons à cette prolongation visant à adapter le réseau de tram au besoin des citoyens, a indiqué Michèle Künzler. Elle est doublement pertinente, parce que jusqu'ici, la ligne 18 était une ligne tronquée et inachevée. D'autre part, cette nouvelle ligne 18, qui s'intègre parfaitement au réseau né le 11 décembre 2011 avec la mise en service du tram de Bernex, circulera presqu'entièrement en site propre: elle sera rapide, et sa desserte s'effectuera sans impact majeur sur les autres modes de transports.» Cette extension entraînera la suppression de la ligne de bus 27 introduite au printemps 2013 pour relier Carouge à la Gare Cornavin, en raison des coûts importants engendrés par cette ligne dont la fréquentation s'est avérée faible.

Des mesures sont par ailleurs prévues pour améliorer la ligne de bus transfrontalière 61 (nouveaux bus et meilleure coordination avec les horaires de trains arrivant en gare d'Annemasse). Mise en service le 1er avril 2013, notamment afin d'offrir une substitution à la fermeture du chemin de fer entre Annemasse et Chêne-Bourg durant les travaux de CEVA, la ligne 61 transporte près de 3300 voyageurs par jour en semaine, entre les gares d'Annemasse et Cornavin.

Parmi les autres changements prévus, les lignes K et L seront étendues jusqu'à Pont-Rouge et la Praille, afin de répondre à la forte demande des communes de la Champagne. Fort du succès rencontré par l'offre renforcée des lignes E et G, mise en service pendant le chantier de la tranchée couverte de Vésenaz, l'Etat a décidé son maintien pour renforcer les transports publics sur la rive gauche. Cette mesure s'ajoute au passage au quart d'heure de la fréquence de la ligne transfrontalière T71, entre Douvaine et Genève.

Sur la rive droite, le parcours de la ligne 57 sera optimisé, permettant de gagner 10 minutes sur le trajet entre Meyrin-Cité et l'aéroport de Cointrin.

Exigences accrues du Conseil d'Etat

« En plus de ces améliorations du réseau lui-même, le Conseil d'Etat a souhaité fixer des exigences accrues aux TPG en matière de transparence et de service à la clientèle », a souligné Michèle Künzler. Ainsi, sur la base d’un arrêté daté du 5 juin dernier, les TPG fournissent désormais au gouvernement genevois un tableau trimestriel d'indicateurs permettant le suivi des performances de leur réseau. De plus, dans un arrêté adopté le 4 septembre, le Conseil d'Etat demande aux TPG d'achever le déploiement des nouveaux distributeurs de billets pour le 15 décembre prochain et de mettre en place un système de gestion systématique des pannes avec un rapport mensuel de suivi à l'attention des autorités. Concernant l'information aux voyageurs, les TPG s'assureront d'ici au printemps prochain que les correspondances entre les principales lignes soient annoncées à bord de leurs véhicules et que des écrans d'information grand format soient installés aux principales interfaces en collaboration avec les autres acteurs concernés. Le Conseil d'Etat demande enfin que d'ici la mi-2015 un partenariat entre les TPG et les CFF permette un affichage réciproque des correspondances ferroviaires et urbaines dans les véhicules des deux transporteurs.

Pour tout complément d'information :
Mme Michèle Künzler, conseillère d'Etat chargée du DIME, par l'intermédiaire de Mme Dorothée Zarjevski, responsable de la communication institutionnelle, +41 (0)22 327 96 07

Prochaine étape : bâtir l'agglomération ferroviaire

«Il est à présent temps de travailler à l'avenir et de préparer 2017 et la mise en service du réseau express du Grand Genève que permettra l'achèvement des travaux de CEVA», a annoncé Michèle Künzler. Pour assurer les besoins de mobilité de sa population, Genève développe en effet aujourd’hui son infrastructure ferroviaire de façon inédite. Ainsi, en plus de la construction en cours de la liaison Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse (CEVA), d'autres travaux sont prévus sur les autres lignes de ce qui constituera demain le réseau express du Grand Genève.

La modernisation de l'électrification de la ligne Genève – La Plaine aura lieu durant l'été 2014, juste avant la mise en circulation de nouveaux trains plus confortables, dès septembre. A l'horizon 2019, l'ensemble des quais de la ligne sera allongé pour permettre d'y faire circuler des trains plus longs offrant plus de places assises.

Fin 2014 débuteront les travaux de construction de points de croisement entre Chambésy et Mies (VD) permettant, fin 2016, de faire circuler les trains régionaux chaque quart d'heure entre Genève et Coppet (VD). «Avec l'achèvement de la construction de CEVA et ces améliorations de l'infrastructure ferroviaire, ce sont pas moins de 230 kilomètres de ligne que parcourra le réseau express pour desservir 45 gares dans tout le Grand Genève», a souligné Blaise Hochstrasser.

Le directeur général de la mobilité a par ailleurs rappelé qu'avec la mise en service du réseau express, la capacité de la gare de Cornavin devra être augmentée. A cet effet, le 5 juillet dernier, l'Etat et la Ville de Genève, l'Office fédéral des transports et les CFF se sont prononcés en faveur d'une extension souterraine, laquelle sera mise en service en 2025. «Le financement fédéral de cette extension doit encore être approuvé par le peuple, a rappelé Blaise Hochstrasser. En effet, c'est vraisemblablement en février prochain qu'aura lieu la votation fédérale sur le programme FAIF (Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire), qui inclut les 800 millions prévus pour Cornavin.»

Préparer la mise en service de CEVA

«Nous devons désormais mettre à profit les quelques années qui viennent, lors desquelles peu de changements sont attendus sur le réseau TPG, pour préparer sereinement la mutation des transports collectifs de demain, lorsque les travaux de CEVA seront achevés, a expliqué Michèle Künzler. Il s'agit en effet rien moins que d'organiser à neuf l'ensemble des réseaux de trams, de bus et d'autobus autour de la colonne vertébrale ferroviaire que sera le réseau express du Grand Genève. Ce changement doit être préparé de façon responsable et avec tous les acteurs de la société genevoise.» La conseillère d'Etat a ensuite présenté l'organisation développée par son département pour préparer cet important changement de réseau.

Comme pour l'agrandissement de Cornavin, l'appui d'experts de référence pour trouver les solutions les meilleures et les plus compétitives s'avère nécessaire. Ainsi, dans un premier temps, un concours international sur invitation sera mis sur pied. Seront invités à concourir plusieurs bureaux d'ingénierie en mobilité d'envergure genevois, suisses et européens. Ils devront s'associer les compétences de représentants d'autres spécialités intervenant dans le champ de la mobilité collective, qu'il s'agisse d'urbanisme ou d'exploitation. C'est sur la base de leurs propositions concrètes que s'ouvrira un important processus de concertation et de co-construction avec les communes, les associations et groupes d'intérêts, l'ensemble des autorités et des exploitants du Grand Genève, avec la classe politique genevoise dans son ensemble et surtout avec la population. A l'issue de cette phase de consultation, le choix de la nouvelle organisation des réseaux de transports collectifs sera arrêté pour permettre d'abord la production du plan directeur la formalisant, puis pour préparer sa mise en service.

«Il s'agit là d'un processus ambitieux par son projet, mais aussi par la nature de la démarche qu'il entend inaugurer, a estimé Michèle Künzler en conclusion. C'est ainsi, je le pense, que doivent s'élaborer les grands changements que l'autorité a la charge de mettre en oeuvre: en associant la société à ses réflexions et à ses travaux, en accompagnant chacun à travers les évolutions d'envergure: au service de la population et non pas à son détriment.»


Mise à jour : 13.01.2014