7504
Ecusson de la République et du canton de Genève

REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE
Prestations en lignes Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la pageContactez-nousPlan du siteFoire aux questions
Accueil    
 

Erwin Sperisen renvoyé en jugement devant le Tribunal criminel

COMMUNIQUE DE PRESSE

Ministère public. 10.01.2014 (Communiqué de presse en pdf)

Erwin Sperisen renvoyé en jugement devant le Tribunal criminel

Le Ministère public a renvoyé ce jour devant le Tribunal criminel M. Erwin Sperisen. Ce dernier est accusé d'avoir planifié, ordonné ou commis l'assassinat de dix détenus au Guatemala.

Ancien chef de la police nationale civile du Guatemala, Erwin Sperisen, double national suisse et guatémaltèque, a été arrêté le 31 août 2012 sur instruction du Ministère public, alors qu'il était installé à Genève. Il lui est reproché d'avoir, durant son mandat à la tête de la police du Guatemala entre juillet 2004 et mars 2007, organisé, planifié et dirigé des opérations visant à éliminer des détenus. 

  • Le 25 septembre 2006, dans le cadre d'une reprise de contrôle d'une prison par les services de sécurité du Guatemala, Erwin Sperisen est accusé d'avoir ordonné l'exécution de sept détenus, tués par des tirs d'arme à feu. De par son rang hiérarchique suprême au sein de la police nationale, M. Sperisen, né en 1970, aurait participé de manière décisive à ces exécutions extrajudiciaires. Dans un cas, il aurait de plus agi en qualité d'auteur direct.                          

 Afin de dissimuler ces exécutions, les membres des forces de l'ordre auraient ensuite procédé à l'altération des scènes de crime et à des manipulations afin de simuler un  affrontement entre policiers et prisonniers. 

  • Le 3 novembre 2005, un prisonnier évadé d'un centre pénitentiaire guatémaltèque a été capturé par des agents de la police nationale civile. Il aurait alors été tué par arme à feu, conformément aux instructions données par M. Sperisen. La scène de crime aurait ensuite été remaniée, de sorte à faire croire à un échange de tirs entre policiers et prisonnier. 
  • Le 1er décembre 2005, deux autres détenus évadés du même centre ont été appréhendés par des agents de la police nationale civile. Peu après, agissant d'après les ordres et avec l'autorisation de M. Sperisen, ces derniers auraient tué les deux prisonniers à l'aide d'arme à feu. 

Aussi, pour avoir planifié, organisé et participé à ces exécutions, tout en procédant pour certaines à des manipulations des scènes de crime afin de faire croire à des affrontements entre forces de l'ordre et prisonniers, le prévenu se serait rendu coupable, aux yeux du Ministère public, de meurtre avec la circonstance aggravante de l'assassinat.  

Depuis son arrestation, le prévenu a été entendu à 11 reprises. Il conteste les faits qui lui sont reprochés. Durant les seize mois d'instruction, 20 audiences consacrées à l'audition de 14 témoins s'étant déplacés de France, du Guatemala et d'Espagne se sont tenues. Par ailleurs, 4 commissions rogatoires internationales ont notamment été adressées en Autriche, en Espagne et au Guatemala.

Au terme de l'instruction, le Ministère public a décidé de saisir le Tribunal criminel et a renvoyé en jugement Erwin Sperisen pour assassinats.  

La compétence des autorités genevoises est fondée sur l'art. 7 du Code pénal qui impose de poursuivre des crimes commis à l'étranger par un ressortissant suisse lorsque l'auteur présumé se trouve en Suisse et qu'il ne peut pas être extradé.

Il ne sera fait aucun commentaire supplémentaire sur cette affaire.  

Pour rappel, le Tribunal criminel juge les auteurs d'infractions pénales, contre lesquels le Ministère public entend requérir une peine privative de liberté supérieure à dix ans.

 

Contact : Henri Della Casa, chargé de relations médias, +41 (0)22 327 62 77, communication_AT_justice.ge.ch