Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la pageContactez-nousPlan du siteFoire aux questionsConditions d'utilisation

Formulaire de recherche

ge.ch Démarches en ligne Thèmes Organisation Chemin de vie  
 
Ge.ch > Thèmes > Eau > Actualités > La Suisse et la France s'accordent sur une nouvelle gestion des sédiments du Haut Rhône

Eau

La Suisse et la France s'accordent sur une nouvelle gestion des sédiments du Haut Rhône - 19.05.2015

Communiqué de presse conjoint du département de l'environnement, des transports et de l'agriculture du canton de Genève et de la préfecture de l'Ain

Barrages de Verbois et de Chancy-Pougny sur le Rhône

Les autorités du canton de Genève et l'Etat français renoncent aux vidanges des barrages du Rhône au profit d'un mode de gestion plus respectueux de l'environnement. Le comité de pilotage franco-suisse a opté pour une solution qui permet de limiter les impacts environnementaux et économiques de ces chasses hydrauliques tout en assurant la protection des riverains face aux risques de crues. Une première opération selon ce nouveau mode de gestion est planifiée au printemps 2016.  Ces opérations s’inscriront dans le cadre d’une stratégie globale de gestion à 10 ans des sédiments du Haut-Rhône.

Depuis la construction du barrage de Verbois en 1942, la Suisse et la France ont procédé régulièrement à des opérations de vidanges des ouvrages de Verbois et de Chancy-Pougny. Ces interventions périodiques avaient pour but de réduire le risque d'inondation en ville de Genève en évacuant les sédiments qui se déposent en couches successives dans le lit du fleuve. Cependant, ces interventions présentant d'importants impacts tant environnementaux qu'économiques, ont fait l'objet de nombreuses remises en cause. Suite à la dernière opération de vidange en 2012, les autorités suisses et françaises ont mandaté un groupe de travail pour trouver des solutions alternatives aux vidanges complètes des barrages de Verbois et de Chancy-Pougny. Ce groupe de travail était composé de représentants des administrations française et suisse et des exploitants des barrages du Haut Rhône.

A l'issue des travaux de ce groupe de travail et d'un large processus de concertation incluant les collectivités publiques ainsi que les associations de protection de l’environnement, le comité de pilotage franco-suisse, présidé par le Préfet de l'Ain, Laurent Touvet et le conseiller d'Etat chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA), Luc Barthassat a opté pour une nouvelle gestion des sédiments du Rhône. La nouvelle méthode combine un abaissement partiel du niveau de l'eau des barrages de Verbois et Chancy-Pougny avec l'extraction localisée des dépôts résiduels et un accompagnement des crues de l'Arve favorisant le transit des matériaux.

Afin de permettre cette nouvelle gestion, les autorisations seront délivrées de part et d'autre, après consultation des citoyens genevois et français ainsi que les parties prenantes, courant 2015. C'est grâce à une gestion coordonnée des sédiments entre la Suisse et la France que les autorités parviennent à sauvegarder les intérêts des riverains en cas de fortes crues comme celle qu'a connu l'Arve au début de ce mois de mai.

Les avantages de la nouvelle gestion des sédiments du Rhône

La nouvelle gestion d'évacuation des sédiments du Rhône consiste à abaisser partiellement le niveau d'eau des barrages de Verbois et de Chancy-Pougny tous les trois ans. Elle permet de maîtriser le taux de particules fines en suspension dans l'eau, préservant ainsi le développement des poissons. Les matériaux n’ayant pu être évacués de cette manière, seront pris en charge lors de dragages ponctuels et d’opérations d’accompagnement des crues de l’Arve. Il s’agit pour celles-ci de réguler le débit d'eau du Rhône provenant du Léman avant qu'il ne soit rejoint par L'Arve, pour permettre un meilleur transit des sédiments.

Les vidanges, une pratique du passé

Chaque année, 360'000 m3   de sédiments, transportés principalement par l'Arve et en provenance des massifs du Mont-Blanc, se déposent dans le lit du Rhône en amont du barrage de Verbois, dans le canton de Genève.Depuis la mise en eau du barrage en 1942 et jusqu'en 2003, vingt vidanges ont été effectuées afin de protéger les riverains en cas de crues et d'entretenir les barrages genevois et français le long du Rhône. Les impacts des chasses-vidanges sur l’écosystème du Rhône étant importants, les services industriels de Genève ont décidé en 2003 de suspendre pendant neuf ans cette pratique jusqu’alors triennale afin d'étudier en détail les alternatives possibles. Toutefois, le comblement de la retenue progressant rapidement, il a été nécessaire d'effectuer en 2012 une nouvelle vidange. Les impacts de cette opération ont été particulièrement importants, en raison de la grande quantité de sédiments à évacuer, de sa durée particulièrement longue pour permettre le remplacement des grilles du barrage ainsi que des conditions météorologiques délicates. C'est pourquoi, les autorités françaises et suisses ont choisi l’option de n'abaisser que partiellement le Rhône pour en évacuer les sédiments.

Le rapport final est consultable sur les sites Internet suivants :

Pour tout complément d'information :

  • Monsieur François Pasquini – Directeur du service de l'écologie de l'eau – Direction Générale de l'eau - Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture  (DETA) – Etat de Genève,  tél. +41 (0) 22 388 80 61
  • Monsieur Gérard Perrin – Préfecture de l’Ain-Direction départementale des territoires,  tél. +33 4 74 45 62 02

 


Mise à jour : 26.05.2015