Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liens Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
ge.ch
 
Ge.ch > Département de l'instruction publique, de la culture et du sport

Département de l'instruction publique, de la culture et du sport

Surendettement des jeunes: actions dans les écoles

Photo: shutterstock
Mardi 11 avril 2017

Face à l'augmentation du surendettement des jeunes, l'Etat de Genève et le centre social protestant de Genève (CSP) intensifient leurs efforts de prévention. Le partenariat entre le département de l'instruction publique, de la culture et du sport (DIP), le département des finances (DF) et le CSP prend une nouvelle ampleur.

Plus de 80% des personnes surendettées ont contracté leurs premières dettes avant l'âge de 25 ans. Le surendettement est une spirale dont il est difficile de sortir et qui peut conduire à solliciter des prestations d'aide sociale. Il est donc crucial de prévenir le surendettement chez les jeunes. Comme le souligne Mme Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat chargée du DIP : « L'école publique, ayant aussi pour mission de préparer les élèves à l'autonomie et à l'indépendance, a un rôle central à jouer dans la problématique du surendettement. »

Depuis de nombreuses années, le DIP, le DF et le CSP ont noué un partenariat pour mettre sur pied un projet de sensibilisation des jeunes dans les écoles.  Les ateliers du CSP permettent d'apporter une panoplie d'outils pédagogiques pour la gestion d'un budget et d'aborder des questions de fond concernant le rapport à l'argent. L'office des poursuites, pour sa part, effectue des présentations aux jeunes sur les risques entraînés par des factures non payées et les conséquences d'une mise en poursuite.

L'année scolaire 2016-2017 marque une intensification des efforts. Le nombre d'ateliers augmente, les interventions du CSP passant à 120, contre quelques dizaines auparavant. Grâce à l'augmentation du nombre d'ateliers, presque toutes les filières du secondaire II sont concernées.

Communiqué de presse conjoint


haut de page